ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mercredi 9 décembre 2015

Mal à la France par Daphna Poznanski


MAL À LA FRANCE

Par Daphna POZNANSKI
Conseiller Consulaire en Israël

           
           C’était écrit sur le mur. Avec pas mal d’hypocrisie, les journaux français ont titré presque en chœur : «LE CHOC», pour souligner le fait désormais patent d’un FN devenu premier parti de France. J’ai failli, sautant une étape, écrire «l’arrivée au pouvoir de Marine Le Pen». La route de l’extrême-droite vers le pouvoir a pourtant commencé il y a 40 ans environ quand, passé le gaullisme et le communisme triomphants de l’après-guerre, peu à peu, les réseaux d’extrême-droite se sont reconstitués sous divers moutures, structures, cénacles, groupuscules : Occident, GUD, GRECE, cercles négationnistes etc…





            Droite et gauche classiques ont alors minimisé le danger -il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir-, ont préféré jeter un lourd manteau sur les incidents qui se multipliaient, obtenaient des premières victimes le  respect d’un bienséant silence. N’aurait-il pas plutôt fallu combattre pour étouffer dans l’œuf la renaissance de la «bête immonde» ?
            La lepénisation des esprits s’est accentuée lorsque Nicolas Sarkozy a entrepris, pour des raisons de stratégie personnelle -il voulait être Président- de dédiaboliser le discours des Le Pen père et fille. Certes, Sarkozy a réussi son coup en 2007. Mais n’était-ce pas là une victoire à la Pyrrhus ? Repris par la droite classique, soi-disant pour mieux les endiguer, les thèmes du FN se sont banalisés, s’enracinant peu à peu dans la terre de France, des campagnes aux villes, puissamment aidés par l’immobilisme chiraquien, la crise financière de 2008, la peur de la mondialisation, le flou idéologique de l’UMP devenu LR, la persistance du chômage, un PS incapable de faire son aggiornamento entre social-démocratie et social-libéralisme.

            Aujourd’hui, le FN représente pour les électeurs l’espoir d’un renouveau, cela fait vraiment mal d’écrire cela, pourtant, c’est ce que les électeurs ont dit. Ils ont essayé la droite et la gauche. Déçus des deux, comment ne seraient-ils pas tentés de céder aux sirènes du parti de Marine Le Pen et Florian Philippot ? Ces sont les ouvriers qui votent FN et non plus pour un PC évanescent. Ce sont les électeurs de l’ex-UMP qui votent FN car, pourquoi prendre une copie quand on peut avoir l’original ? S’il faut saluer le retrait «républicain» des candidats socialistes arrivés troisièmes et la position des dirigeants centristes sur la même ligne, comment ne pas considérer avec amertume la position du parti LR «soi-disant républicain» qui préfère ne pas se retirer dans le même cas de figure ? La République et les croyances en ses valeurs n’auraient-elles pas dû être prioritaires par rapport au désir de conserver quelques postes et menus avantages aux conseils régionaux ?
            Assurément, le chômage, la crise migratoire et les attentats de Paris ont fabriqué un bel écrin au FN, en tête au premier tour des régionales dans 6 régions sur 13. Alors, où va la France ? Le chômage ne disparaîtra pas avec une baguette magique ni de droite ni de gauche, les migrants non plus, même si la France en a reçu plutôt moins que bien d’autres pays européens. Même une Marine Le Pen à l’Elysée, et c’est elle qui gagnerait face à Sarkozy en 2017 si ce duel avait lieu, ne pourrait empêcher que des attentats puissent néanmoins se produire. 
Grand Croix Légion d'honneur 

          Face aux temps troublés que nous vivons -crises énergétique, climatique, multiples conflits de basse intensité qui créent d’importants flux migratoires, incertitudes financières et économiques dues à une mondialisation chaotique-, face à la crise de l’offre politique en France, n’est-il pas temps de refonder la République par la possibilité de faire émerger des coalitions «républicaines» rassemblant tous les Républicains, droite, gauche et centre confondus comme aux lendemains de la Seconde guerre mondiale ? France, ressaisis-toi avant que Marine Le Pen ne soit décorée du Grand Cordon de la Légion d’Honneur, privilège réservé aux Présidents de la République  française.   

8 commentaires:

Georges KABI a dit…

Si MLP arrive au pouvoir, les attentats cesseront. Le programme du FN rappelle ad nausea le rapprochement necessaire et ineluctable avec la Russie de Poutine et l'eloignement previsible de l'OTAN et des USA. C'est au moins cela de gagner ;)

Jo MARTIN a dit…

Quand un décoré de la francisque a reçu la grand croix de la légion d'honneur ça n'a choque personne..

דוב קרבי a dit…

Cette avancée du FM me désole -- encore qu'il ne s'agisse, en matière régionale, que de la vie quotidienne des citoyens et non des fonctions régaliennes de l'Etat.

Mais les premiers responsables, ne vous en déplaise, sont les partis de droite et surtout de gauche qui lui ont ouvert les portes par leur aveuglement volontaire, leur bien-pensance, leurs dénis itératifs, leur antiracisme de pacotille, leur pêche aux voies arabo-musulmanes et leur chasse aux soi-disant "nouveaux réacs" (ceux qui annonçaient les catastrophes prévisibles -- mais toujours niées pour complaire aux demandeurs d'accommodements déraisonnables).

Vous pouvez remercier Terranova, les alliés du PS nommant citoyens d'honneur (!) des terroristes avérés, et les clones de Pascal Boniface. Sans oublier les partis d'extrême gauche contempteurs de l'Etat d’Israël, ni ceux au pouvoir ayant autorisé les manifestations antijuives en juillet '14. Et bien sûr une presse idéologue plutôt qu'informative.

Ça fait du monde à blâmer.

evygold a dit…

Ça fait du monde à blâmer! Toujours la même chanson...

Après l'assassinat de Rabin par un extrémiste fanatique juif, tout le monde avait honte... Ceux de droite auraient dû mieux maîtriser leur public. Ceux de gauche auraient dû soutenir un peu plus leur premier ministre. Oublier, pour une fois, les rivalités politiques...

Oui, Daphna a raison de nous rappeler que seule une coalition, avec ou sans pince à linge, contre les rêves irresponsables d'exclusion de ceux qui dérangent, nous évitera de laisser insidieusement les odeurs nauséabondes des vieux totalitarismes nous remonter au nez.

Quand les paroles sages ne s'entendent plus qu'à travers une lutte politicienne pour le pouvoir, les "Rabin" sont assassinés et les "Marine le Pen" deviennent président de la "république" française.

merci pour cet article clair

Evelyne Goldstein.



Georges KABI a dit…

Le FN ne peut strictement rien faire contre les communautes musulmanes francaises. Il le sait mais feint de vendre une politique anti-migratoire qu'aucun pays europeen n'a vraiment reussi a appliquer. Par contre, le FN peut devenir dangereux pour d'autres categories "indesirables" de la France, en l'occurence les Roms et les Juifs. Les premiers sont des victimes sans defense, les seconds sont apprehendes comme proprietaire de richesse qui, en se les appropriant, pourrait ameliorer la balance des paiements. Un peu comme quand les Juifs au Moyen-Age etaient accueillis puis expulses par Saint Louis et Philippe IV le Bel. En fait, le FN manipule des images d'Epinal car la "richesse" des Juifs reside, si elle existe, dans leurs savoir-faire.
Mais ce qui est peut-etre rassurant, c'est que le FN doit remporter les presidentielles et les legislatives. Si sa victoire au deuxieme tour des regionales apparait comme "decisive", on peut commencer a preparer nos valises.

Marianne ARNAUD a dit…

@ Georges Kabi

Votre commentaire intéressant à plus d'un titre. Cependant dans un souci d'objectivité vous devriez préciser où et quand Marine Le Pen a appréhendé les Juifs comme propriétaires de richesse ?

Véronique ALLOUCHE a dit…

@marianne Arnaud
ayant toujours plaisir à vous lire, je risquerai une réponse à l'interrogation faite dans votre dernier commentaire.
Curieuse de nature j'ai fait une petite recherche concernant la thèse du FN associant les juifs et, entre autre, le mythe de l'argent s'y rapportant.
J'ai donc trouvé dans "la vie des idées" une étude sociologique sur la question. L'article a pour titre "le mythe de la dédiabolisation du FN" par Nonna Meyer.
Il reflète un sondage effectué par la commission nationale consultative des droits de l'homme auprès des sympathisants du FN dont je vous livre un extrait:

-La technique des échelles d’attitude, déjà utilisée, montre que sur les dix questions relatives à la perception des Juifs seules cinq relèvent d’une même attitude « antisémite « : la croyance dans le pouvoir excessif des Juifs, le déni de leur pleine citoyenneté française, le fait qu’ils formeraient un groupe « à part », le sentiment qu’Israël pour eux compte plus que la France et leur rapport particulier à l’argent. Les opinions sur Israël et le conflit n’y entrent pas, pas plus que les thèses négationnistes, l’antijudaïsme religieux ou la sensibilité aux insultes antisémites. Sur cette échelle d’antisémitisme, les sympathisants du FN se distinguent des autres par leur niveau très élevé de préjugés antisémites : plus de la moitié ont des scores élevés (supérieurs à 3), contre un gros quart des sympathisants des autres partis.-
Ce questionnaire, destiné aux sympathisants du FN, démontre que malgré le discours plus nuancé de Marine , les idées instaurées par son père restent bien ancrées dans les esprits.
Et c'est cela que les juifs retiennent.
Bien cordialement
Véronique Allouche

Marianne ARNAUD a dit…

Chère Véronique,

La peine que vous avez prise pour essayer répondre à ma question sans y parvenir, démontre bien que Marine Le Pen n'a jamais tenu de propos antisémites, sinon, soyez-en sûre, ils traineraient sur tous les réseaux sociaux.
D'autre part, s'il y a sans doute des antisémites parmi les électeurs du FN, il y en a probablement plus parmi les électeurs de gauche. Mais il est vrai que ceux-là s'honorent d'être des antisionistes. Nuance !

Très cordialement.