ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mercredi 23 décembre 2015

Comités d'éthique tocs par Jean SMIA



COMITÉS D'ÉTHIQUE TOCS

Le billet d'humeur de Jean SMIA


            

          Qu'il s'agisse de la FIFA, de l'UNESCO, de la Ligue des droits de l'homme, ou de toutes diverses autres associations sénescentes supposées protéger des droits proclamés «imprescriptibles» : elles sont toutes par leur sénilité, infiltrées et dirigées par ceux qui s'opposent à l'application de ces droits. Le prestige du sigle est la seule chose qui reste en garant de ces droits: Car le fonctionnement, le vote, et l'orientation, non seulement sont dévoyés, mais il n'y a rien en regard qui puisse faire revenir ces institutions à leur mission première.




            Lorsqu'il s'agit de partis politiques vieillissants: soit ils changent de nom pour paraître nouveaux, soit, comme en Espagne, les électeurs se regroupent autour de nouveaux partis. Ce qui est une façon de tenter de renouveler leur façon de gouverner. Mais pour ces institutions, indépendantes des votes et des autorités gouvernementales, qui fonctionnent en autarcie, nous n'avons aucun moyen de contrôle ou d’empêchement. Il suffit de créer un comité de défense de ceci ou de cela, de se faire reconnaître officiellement, pour pouvoir paralyser la défense du ceci ou du cela. Tout comme des comités de défense de travailleurs, officiellement reconnus, qui obéiraient aux patrons.
            On pourrait imaginer que «l'opinion» pourrait représenter un contre-pouvoir, mais l'obédience et la soumission politiquement correcte des medias envers ces types d'institutions en place est indécrottable. C'est ainsi que, sans que personne ne s'en émeuve outre mesure, nous avons eu l'Arabie Saoudite qui préside la ligue des droits de l'homme tout en continuant à décapiter, l'Unesco qui finance, sans vergogne, des publications scolaires qui incitent au terrorisme, et un mystérieux «comité d'éthique» de la FIFA à la tête de laquelle les journalistes, d'habitude si curieux, évitent de donner les noms des participants ni la façon dont ils sont désignés.

            Ce qu'il y de plus terrible : c'est la docilité avec laquelle l'opinion accepte et se soumet à cet état de fait. Tels des veaux, dans une étable, ils avalent leurs granulés d'informations et attendent, sans se poser de questions, le prochain repas.......jusqu'au dernier repas.
            Ce qu'il y a de plus terrible : c'est qu'il n'y a rien de démocratiquement réalisable pour remettre ces institutions dévoyées sur le chemin de leur raison d’être. Ce qu'il y a de plus terrible : c'est qu'on ne peut reprocher aux gens qui se sentent impuissants de chercher une voie nouvelle et d'envisager d'aller voir du côté des extrêmes. Quels que soient les penchants de ces gens et quels que soient ces extrêmes.

Aucun commentaire: