ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

dimanche 9 août 2015

MGR BARBARIN ET L'ARCHEVÊQUE DE LYON Par Marianne ARNAUD



MGR BARBARIN ET L'ARCHEVÊQUE DE LYON

Par Marianne ARNAUD


Je viens de lire le très beau portrait consacré à Mgr Barbarin, par le magazine Valeurs actuelles. On nous y explique qu'il y a un an, jour pour jour, le 31 juillet, Mgr Barbarin se trouvait au Kurdistan irakien pour sa première visite aux Chrétiens d'Orient qui avaient fui l'avancée de l'État islamique. Dans la foulée de ce voyage, Mgr Barbarin décida d'un «jumelage complet» de son diocèse avec celui de Mossoul, ce qui implique apport de matériel, de vivres, de vêtements et même de constructions de logements ou d'écoles. Il va de soi, que l'engagement est également spirituel.




Cependant, il doit reconnaître que l'emprise de l'État islamique qui se prolonge, joue sur le moral des Chrétiens d'Irak. Et pourtant : «Les deux choses qui m'ont le plus frappé chez les Chrétiens d'Irak c'est : pas un seul reniement de leur foi, pas un seul appel à la vengeance. Les 21 martyrs coptes qui meurent en disant : «Jésus est avec nous», c'est la même histoire que Jeanne d'Arc qui meurt sur le bûcher en répétant le nom de Jésus... Il y a pas mal de Chrétiens qui font la sieste en France, et tout à coup ils se disent : Et moi, je suis chrétien ou pas ?»

Comment rester insensible à ce discours ? Mais alors, comment expliquer que le jour de Pâques, dans son homélie en la cathédrale Saint Jean, l'archevêque de Lyon, n'ait pas eu un mot pour les 148 étudiants et étudiantes de l'Université de Garissa, au Kenya, massacrés après que les miliciens somaliens aient vérifié qu'il s'agissait bien de Chrétiens, au matin du Jeudi Saint, c'est-à-dire trois jours avant Pâques ? Comment expliquer qu'il ait évoqué les martyrs lyonnais du premier siècle, sans faire le rapprochement avec ceux de Garissa ? Est-ce à dire que les Chrétiens lyonnais n'ont pas besoin d'être réveillés de leur sieste ? Ou devrais-je me contenter de l'explication qu'un paroissien m'a donnée à la sortie de la messe : «L'archevêque n'a pas voulu nous gâcher la fête !»

Je n'ai pas compris !

4 commentaires:

Véronique ALLOUCHE a dit…

L'auto-censure est de mise en France. Je me souviens de cette fameuse affiche dans le métro au profit des chrétiens d'orient qui avait fait scandale.
Et combien de français, chrétiens ou laïques, sont descendus dans la rue pour manifester contre la tentative d'attentat d'une église de Villejuif?
Le reproche constant fait aux juifs, croyants ou pas, de défendre les leurs, qu'ils vivent en Israël ou ailleurs, devrait pourtant servir de leçon à ceux qui ont oublié ce qu'ils sont.
Pour les chrétiens, et en priorité pour les évêques de france,ce n'est pas faire la guerre des croisés que de dire haut et fort les choses, même si ça doit " gâcher la fête"!
La solidarité, chrétienne ou juive, n'est pas forcément une entrave à la laïcité.
A force de ne pas faire d'amalgame afin de complaire à certains, on en arrive à perdre son identité.
Bien cordialement
Véronique Allouche

Marianne ARNAUD a dit…

@ Véronique Allouche

C'est toujours un plaisir de vous lire. Merci d'exprimer si bien ce que je pense aussi. Mais je vais aller plus loin. Coupés de nos racines historiques et diplomatiques forgées au cours des siècles, n'ayant plus de nation, ni de patrie puisque n'ayant plus de frontières à défendre, après avoir été réduits à n'être que des individus entièrement livrés au seul Marché, nous voici à la veille d'être submergés par un chaos que nos "élites" ne semblent pas avoir vu venir et devant lequel elles sont, pour l'heure, complètement désarmées.

Très cordialement.

Unknown a dit…

Si vous n avez pas compris il faut ecrore en direct a monseigneur
Qui sait comment il est. Informe??
J ose esperet que jacques a deja envoye sa question !!!

jean Smia a dit…

Il semblerait que vous venez de prendre conscience qu'à propos de tout ce qu'il se passe sous allégation de religion, le mot d'ordre est « éviter les propos polémiques ». Qu'il s'agisse d'autorités religieuses, de personnalités politiques, ou de commentateurs.
Cependant, entre la bienséance d'éviter l'ostentatoire religieux et la précaution d'éviter de « froisser » des gens à la susceptibilité exacerbée: il reste un énorme espace pour que s'exprime l'actuelle veulerie servile dont nos médias sont les champions incontestés.
Avec toute mon empathie,