ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

samedi 27 juin 2015

COMMEDIA DELL’ARTE Par Jean SMIA



COMMEDIA DELL’ARTE

Le billet d'humeur de Jean SMIA


Festival d'Avignon
En avant-première du Festival d'Avignon, nous avons eu droit, cette semaine, à deux «Commedia dell’arte».
La première comédie avait pour sujet la Grèce : le synopsis est le suivant. Il faut «baronner» le FMI pour qu'il accorde un prêt à la Grèce pour lui permettre de rembourser au FMI une partie d'un prêt antérieur. Aussi subtil que le scénario de l'«Arnaque» avec Paul Newman. Chaque acteur a admirablement interprété son rôle: L'Humaniste, le Technicien, l'Avare, le Légaliste, le Solidaire, le Charitable. Y compris le FMI qui a parfaitement joué le rôle de «celui qui ne se rend compte de rien». On attend l'arrivée de la course... C'est qui, qui va perdre? Quel suspens !!




Le toit de l'ambassade américaine accueillerait une station d'écoutes dissimulée par une bâche en trompe-l'oeil.

La seconde a pour sujet : les centres d'espionnage diplomatiquement baptisés «ambassades». Comme si, depuis Richelieu, chaque ambassade dans le monde, n'a pas toujours été un bureau d'espionnage. Mais sur ce thème, l'interprétation des acteurs laisse à désirer car en dépit de toutes ces postures offusquées et des subtiles litotes utilisées par les politiques interviewés ou par les chroniqueurs : je ne peux m’empêcher de penser à «Paul Bismuth».
Cependant, le fait de savoir que nous sommes écoutés a l'avantage de nous faire prendre conscience que depuis que nous communiquons à travers des ondes et des flux, l'intimité et la complicité n'existent plus. Je commence me lasser de ces amis aussi virtuels qu'impalpables. Désormais, si j'ai quelque chose à faire savoir à quelqu'un qui m'est proche : j'irai, comme il y a très longtemps, sonner à sa porte. Je suis sur-stocké en SMS qui finissent par «bises»: les bises, je préfère les faire et les recevoir.
Enfin, ces deux comédies sentent l'approche de vacances. Car, à la rentrée, on nous prépare l'arrivée d'un nouvel «État observateur non-membre de l'ONU» : l’État Islamique (ce qui est le cas de ces États aux frontières indéterminées) avec, en prime, l'Arabie Saoudite à la tête du Conseil des Droits de l'Homme à l'ONU.
Vous aviez oublié la loi de Murphy ? «Tout ce qui est susceptible de mal tourner, tournera nécessairement mal.»


1 commentaire:

Anonyme a dit…

"Je commence me lasser de ces amis aussi virtuels qu'impalpables".
Oh oui Jean Smia ! Sur Facebook,cela devient lassant de se faire des "amis", que l'on ne connait ni d'Eve ni d'Adam, que l'on ne connait que virtuellement,par des photos aussi idiotes que narcissiques, que cela tombe dans le ridicule. Les bisous, les likes ( malheur à celle ou à celui qui n'a pas "liké" votre petite contribution matinale, ou son petit chabbat chalom orné de photos, de fleurs, toutes aussi ringardes les unes que les autres. Cette semaine, j'ai fait le grand nettoyage de Pessah, ne conservant que les vrai(e)s ami(e)s que je connais dans la vrai vie, la famille bien sûr, et les hommes ou femmes d'écrit qui apportent vraiment une vrai valeur ajoutée à l'information. Et je ne m'en porte que mieux! Ouf!