ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

jeudi 21 mai 2015

BILLET D’HUMEUR : SYLVAIN SHALOM, L’ALIBI D’UNE NOMINATION



SYLVAIN SHALOM, L’ALIBI D’UNE NOMINATION


Tous les partis et tous les ministres de la nouvelle coalition gouvernementale ont exprimé officiellement leur opposition à la création d’un État palestinien et œuvrent ouvertement pour un État binational. La question se pose donc de l’utilité de la désignation du ministre de l’Intérieur et vice-Premier ministre Silvain Shalom comme responsable des négociations avec les Palestiniens. Cette désignation paraît vide de sens, sauf à faire naître des espoirs là où il n’y en a pas. Le processus de paix est mort depuis longtemps et seul le coordinateur de Tsahal dans les territoires, Yoav Mordechai, maintient un faible contact technique avec les Palestiniens.



Sous des dehors modérés et une attitude réservée, Sylvain Shalom a toujours adopté les thèses générales de la droite dure. Ses déclarations rares et discrètes allaient toujours dans le même sens. Il n’avait pas approuvé le discours de Netanyahou à Bar Ilan en 2009. Il avait désapprouvé la décision de novembre 2009 de geler les constructions en Cisjordanie. Lors d’une visite à Ariel il avait déclaré que «le gel était une grave erreur. Pour décider d’un gel avant les négociations et prononcer le discours de Bar-Ilan avant les négociations, que reste-t-il à négocier ?»
En octobre 2011 il avait confirmé qu’il n’y avait aucun accord au gouvernement ni au Likoud pour le principe de deux États. Il avait exprimé publiquement cette position en 2012 à Rehovot : «Nous sommes tous contre un État palestinien, il n'y a aucune réserve à ce sujet». 
Projet Rawabi

Enfin en septembre 2014, il s’était entretenu avec les chefs du conseil Yesha des implantations : «La Judée et la Samarie sont le gilet pare-balles de l'État d'Israël». Dans le même esprit, il avait été jusqu’à interdire le branchement au réseau d’eau de la nouvelle ville palestinienne de Rawabi pour lui enlever toute possibilité de viabilité.
La nomination de Sylvain Shalom donne l’impression d’être une nomination de circonstance, purement symbolique. En attribuant cette fonction politique au deuxième personnage du gouvernement, il s'agit de faire un coup politique mais sa portée réduite ne fait qu'illusion. Et pendant ce temps, les Palestiniens accumulent les succès diplomatiques auprès des Occidentaux, de l'ONU et  même du Vatican.

1 commentaire:

Daniel GAL a dit…

Je ne vois pas le succès diplomatique des palestiniens avec le vatican sinon une gaffe avec le vatican . le mensonge flagrant sur le titre d'ange dont monsieur Mahmoud Abbas a voulu se parer a tel point que le vatican a été oblige d'expliquer le sens de la phrase que les palestiniens ont transformée avec la complicité de certaines agences de presse.. le vatican n'a jamais déclaré que le président de l'autorité palestinienne était un ange. si les palestiniens avaient eu le réalisme politique d'un Mandela ou d'un Bourguiba ils auraient un état de puis bien longtemps peut être au moment du plan de partage de 1947 mais hélas. LEURS LEADERS ET .leurs frères arabes ne les ont jamais vraiment aides