ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mercredi 15 avril 2015

LE DROIT D'ASILE : UNE PROCÉDURE DÉVOYÉE Par Marianne ARNAUD



LE DROIT D'ASILE : UNE PROCÉDURE DÉVOYÉE

Par Marianne ARNAUD



C'est du moins ainsi que la Cour des Comptes, dans un rapport confidentiel cité par Le Figaro, voit la politique du droit d'asile telle qu'elle est pratiquée en France. En effet, les premières conclusions de la Cour des Comptes, sur «l'accueil et l'hébergement des demandeurs d'asile» est sans appel. «La politique d'asile est devenue la principale source d'arrivée d'immigrants clandestins en France». Et les Sages de la rue Cambon d'ajouter : «in fine, 75% des demandes d'asile sont rejetées annuellement, en moyenne. La majorité des demandes d'asile adressées à la France est donc, a posteriori, infondée.»




Demandeurs d'asile sous un pont à Lyon

La Cour estime à 990 millions d'euros le coût global des demandeurs d'asile en 2013, contre 626 millions d'euros en 2009, soit une augmentation de presque 60% en cinq ans. Le coût par demandeur serait de 13.724 euros. La dépense totale pour les personnes déboutées de l'ordre de un milliard d'euros, auquel il faut ajouter un milliard d'euros consacré aux demandeurs d'asile. La Cour des Comptes juge ce coût financier «insupportable».

Or ainsi que le remarque la Cour, sur les 40.000 étrangers déboutés par an, en moyenne, seuls 1% quittent effectivement le territoire. Les autres restent en situation irrégulière en France, et attendent d'être régularisés au bout de cinq ans de présence sur le territoire, ainsi que le permet la circulaire du 28 novembre 2012, de Manuel Valls ministre de l'Intérieur de l'époque. Mais le même Manuel Valls, devenu premier ministre, veut «sauver un système à bout de souffle».


Et c'est ainsi que Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, défendra ce mercredi 15 avril devant le Parlement sa réforme pour «faire en sorte que tous ceux qui relèvent de l'asile en France puissent être dignement accueillis dans ce pays, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui». Alors qu'importe si les magistrats de la Cour des Comptes sont formels : «Des stratégies d'évitement voire de fuite, ont été mises en place... Le taux d'annulation des vols réservés pour l'éloignement des déboutés ou de leurs familles ne cesse d'augmenter. 90% des vols dédiés pour l'éloignement ont été annulés en 2013 contre 65% en 2011».  Et s'ils concluent : «Cette situation relève d'une absence de choix explicite et assumé entre éloignement des personnes déboutées du droit d'asile et leur régularisation».

1 commentaire:

AMMONRUSQ a dit…

C'est clair,merci Marianne ARNAUD