ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

samedi 28 mars 2015

DE DÉRIVE EN DÉRIVE par Marianne ARNAUD



DE DÉRIVE EN DÉRIVE

Par Marianne ARNAUD

Marine le Pen à Angers
       
          Dans son article intitulé : «Le cas Marine Le Pen», monsieur Benillouche écrit : «De dérive en dérive, le cas Marine Le Pen s'impose dans le paysage français». Mais essayons de cerner ces fameuses dérives dont on ne nous dit rien, pour essayer de comprendre comment le Front National qui représentait 1 % des suffrages exprimés dans les années 1980, se voit aujourd'hui crédité de plus de 25 %, avec des pics à 50 % dans les endroits où il est bien implanté ?



Parti néo-nazi ?

Marine le Pen avec le nazi Franz Shonhuber

Ce parti, dont on nous disait, à l'origine, qu'il était néo-nazi, pourquoi la gauche au pouvoir n'a-t-elle pas demandé son interdiction ? Parce que Mitterrand a compris qu'il pourrait se servir de la montée du FN comme d'une arme politique contre la droite républicaine. Et le piège a d'autant mieux fonctionné que la Droite craignait plus que tout le jugement moral de la Gauche. Qui ne se souvient du cri de Michel Noir : «Mieux vaut perdre les élections que perdre son âme» ? C'est ainsi qu'un nombre de plus en plus important de voix, au fur et à mesure que le FN gagnait et notoriété et en suffrages, se sont trouvées «gelées», pour le grand bénéfice de la gauche toujours minoritaire dans le pays.

Or depuis que Jean-Marie Le Pen a laissé les rênes du FN à sa fille Marine, les choses ont bien changé. D'une part, parce que la diabolisation du FN semble avoir atteint ses limites et d'autre part, parce que la France vit une crise économique, morale, identitaire et même institutionnelle telle qu'elle n'en a pas connue depuis des années, le peuple dans son ensemble, ayant perdu toute confiance dans ses élites politiques et intellectuelles.

Apparatchiks

L'électeur, qui observe la classe politique au pouvoir et celle prétendant vouloir la remplacer, ne voit que des apparatchiks se votant de confortables revenus, augmentés par le cumul des mandats et les mille avantages attachés à leur fonction, l'ayant complétement abandonné à son sort, surtout s'il est rural et s'il vit en dehors des métropoles de la mondialisation. L'électeur a de plus en plus le sentiment que la classe politique étant incapable de résoudre ses problèmes, la Gauche comme la Droite n'ont plus, pour tout programme politique, que celui d'empêcher le Front National d'accéder au pouvoir.
L'étude de la sociologie du vote FN est pleine d'enseignements et montre, avec un score à 17% pour les catégories socio-professionnelles supérieures, qu'il est difficile de ne voir dans le vote FN que l'expression de la seule mauvaise humeur des classes les plus vulnérables et les moins diplômées, comme on a eu trop souvent tendance à nous le faire croire. Le vote Front National signe le grand malaise de la société française qui ne se reconnaît plus dans ses élites, qui a perdu le fil du roman national dont elle a cependant gardé le souvenir et la nostalgie.
Denis Tillinac

Et comme l'écrit Denis Tillinac : «Les historiens à venir pèseront la part de responsabilité d'une gauche aux abois et d'une droite aux abris.»



5 commentaires:

Laurent CHAINEUX a dit…

Et sinon, mis à part cet irrépressible besoin de faire de la mousse, elle en pense quoi elle (si tant est que ce soit intéressant) madame... comment déjà... Marianne Arnaud ?

Marianne ARNAUD a dit…

Elle en pense que, pour avoir provoqué une réaction aussi inepte, elle a dû appuyer là où ça faisait mal.

Ahmed DJEBALI a dit…

Petit à petit elle tisse sa toile et, les apparitions de ce parti acquièrent une normalité qui est de plus en plus inquiétante!

Corto74 a dit…

Certainement inquiétante mais révélatrice d un état d esprit de la population française que gauche et droite n'ont pas su prendre en compte.
CQFD, Marianne Arnaud voit juste :)

Bernard ALLOUCHE a dit…

Marine le Pen sait qu'elle n'atteindra pas la fonction suprême avec uniquement les électeurs de l'extrême droite.
Son comportement se voulant irréprochable n'a de but que de s'allier les voix de droite que l'ancien président n'a pas su garder.
Elle est le seul leader politique qui donne aux francais le sentiment d'un renouveau.
Au lieu de la blâmer, les partis dits républicains n'ont d'autres choix que de porter de nouvelles idées pour faire revivre une responsabilité politique à chaque citoyen.
Mais quel est le leader homme ou femme "républicain" actuellement capable de relever le gant ?
Bernard Allouche