ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

samedi 3 janvier 2015

LES ÉLECTIONS ISRAELIENNES POUR LES NULS



LES ÉLECTIONS ISRAELIENNES POUR LES NULS

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps

Mise à jour du 04 février 2015

Le panorama électoral d’Israël est très complexe et pour ceux qui veulent comprendre l’enjeu des élections du 17 mars 2015, cet article servira de document de base. Il est purement informatif et sans parti pris, avec pour but de vous permettre de voter en toute connaissance de cause. Il sera modifié au fur et à mesure de l'évolution des sondages et de la constitution des listes de candidats. Les professions de foi de chaque parti seront publiées sans commentaires ainsi que les derniers sondages.









Système électoral



Le système israélien est fondé sur la proportionnelle intégrale c’est-à-dire qu’il n’y a qu’une seule circonscription et les sièges des députés sont rigoureusement attribués selon le pourcentage de voix obtenues. La Knesset est constituée de 120 députés. Ainsi, si une liste obtient 10% des voix, elle se voit attribuer 12 députés. Le nombre de voix pour ouvrir le droit à un député est calculé en divisant le total des voix exprimées par 120. En 2013, un député était élu par tranche d'environ 28.400 voix exprimées. Les chiffres n’étant jamais ronds, chaque liste dispose alors de voix en surnuméraire qu’elle peut perdre ou partager avec un autre parti.
Supposons qu’un député soit attribué par tranche de 10.000 voix. Si une liste A reçoit 13.000 voix, elle est créditée de un seul député. Les 3.000 voix résiduelles sont perdues et reportées sur les autres listes. Mais si une liste B fait un accord, avant les élections, avec la liste A, elles peuvent se partager les voix résiduelles. Ainsi, si la liste B obtient 28.000 voix, elle se voit attribuer 2 députés mais elle peut fusionner ses 8 .000 voix résiduelles avec les 3 .000 voix de la liste A pour un total de 11.000 voix permettant de gratifier la liste B d’un député supplémentaire. Pour les élections de mars 2015, le Likoud a signé un accord avec HaBayit Hayehudi tandis que la liste Kahlon a signé avec Israël Beiteinou pour le partage des voix résiduelles.
En janvier 2013, le minimum de voix pour entrer à la Knesset était de 2% des voix exprimés soit environ 2 députés. Mais pour éliminer les petits partis et limiter leur influence, le Comité législatif de la Knesset a relevé le seuil électoral de 2 à 3.25%, un taux qui équivaut à trois sièges de députés au moins. Les listes qui n’atteignent pas ce minimum de  3,25% (environ 125.000 voix) n’obtiennent aucun député et leurs voix perdues sont réparties entre les autres listes.
Le ministère de l'intérieur a clôturé les listes des électeurs et a précisé que 5.881.696 électeurs sont inscrits. 5.656.705 étaient inscrits en 2013. Il faut donc prévoir 4 millions de votants environ fixant à 130.000 voix le seuil exigible pour entrer à la Knesset.



SONDAGES DU 02 Février 2015


Likoud  : 25 sièges
Travailliste-Hatnoua : 24 sièges
HaBayit Hayehudi : 13
Liste arabe : 12
Yes Atid – Lapid : 9
United Torah : 8 
Kulanu – Kahlon : 8
Shass – Dehry : 7
Meretz : 5
Israël-Beteinou : 6
Yahad-Yshaï : 3






ÉLECTIONS PRIMAIRES INTERNES


Certains partis procèdent à des élections primaires internes pour définir l’ordre des candidats dans la liste du parti. Cet ordre est fondamental puisque les députés à la Knesset sont choisis dans l’ordre de la liste et en fonction des voix obtenues.  Pour d’autres, le chef du parti, avec quelques dirigeants, impose les candidats qui figureront sur sa liste. Pour d’autres enfin, la liste est mixée de noms de candidats imposés par le leader et de candidats désignés par les militants aux élections primaires.





LISTE CENTRISTE LAPID

            

Il n’y a pas de changements significatifs par rapport à la liste qui avait été établie pour les élections de 2013. À noter que le leader du Conseil régional d’Eshkol, Haïm Yelin, a remplacé le député Adi Kol parmi les dix premiers de la liste et que le député transfuge de Hatnoua, Elazar Stern, remplace l’éthiopien Shimon Salomon au douzième rang. Le député Boaz Toporovky a obtenu la meilleure promotion en passant de la 18ème à la 14éme place tandis que Aliza Lavie a été rétrogradée de la septième à la dixième place.



            


      À noter la présence sur la liste d’une candidat gay Zehorit Sorek, une lesbienne religieuse mariée à une femme et d’un candidat druze.


Sur le front diplomatique, Lapid a déclaré «qu’Israël a besoin d'une solution diplomatique régionale avec les États arabes modérés, ce qui nous permettra de nous séparer des Palestiniens. Nous devons garantir des mesures de sécurité strictes, désarmer Gaza et  reconstruire les relations que Netanyahu a détruits avec les États-Unis et la communauté internationale.»



LISTE ARABE UNIE

Les trois factions arabes à la Knesset ont décidé de former une liste commune pour les élections. Cette fusion a été imposée par le relèvement du seuil électoral pour les partis politiques de 2% à 3,25% pour un minimum de quatre sièges. Le liste s’établit comme suit :


1. Aiman ​​UDA (Hadash)
2. Masud GANAIM (Mouvement islamique)
3. Jamal ZAHALKA (Balad)
4. Ahmad TIBI (UAL-Ta'al)
5. Aida TOUMA-SLIMAN (Hadash)
6. Abd al-Hakim HADJ YAHYA (Mouvement islamique)
7. Hanin ZOABI (Balad)
8. Dov KHENIN (Hadash)
9. Taleb ABU ARAR (Mouvement islamique)
10. Yosef JABAREEN (Hadash) Bâle GHATTAS (Balad)
11. Basel  GHATTAS (Balad)
12. Osama SAADI UAL-Ta'al 
13. Abdullah ABOU-MAARUF Hadash
14. Juma AZBARGA Balad 









PRIMAIRES DU MERETZ

            Les primaires ont eu lieu le 19 janvier avec l’arrivée en première place de Ilan GILON. La liste se présente donc comme suit :
.      1.  Zehava GAL-ON
       2.  Ilan GILON, député
       3.  Issawi FREJ, député
       4.  Michal ROZIN, députée
       5.  Tamar ZANDBERG, député
       6.  Mossi RATZ, ancien député
       7.  Gaby LASKY, avocat

       8.  Avi DABUSH



Ce parti d’extrême-gauche, dispose de 6 députés à la dernière Knesset. Il est en lien avec "Shalom Archav", la Paix Maintenant, qui entretient des relations étroites avec les Palestiniens au point que ses détracteurs à droite le considèrent comme anti-sioniste.





LISTE ISRAËL BEITENOU


Le Ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, a présenté sa liste des candidats  à la 20e Knesset qui ne comporte aucune des personnalités historiques du parti. Il a indiqué qu’il tenait à «mettre en place une mosaïque représentant toutes les composantes de la société ». Il a précisé que l’un des avantages de sa liste est qu’elle comportait des prétendants dont l’âge est inférieur en moyenne à celui des candidats Likoud.
Le parti disposait de 13 députés à la Knesset sortante. Au parti Israël Beitenou, comme dans ceux de Yaïr Lapid et de Moshé Kahlon, il n’y a pas de primaires pour désigner la liste des candidats; c’est le président du parti qui décide seul de la composition de la liste.

 
 


. 1. Président -. Avigdor LIEBERMAN 
. 2. Orly LEVY-ABECASSIS, fille de David Levy 
. 3. Sofa LANDWER, député 
. 4. Ilan SHOHAT, maire de Safed 
. 5. Sharon GAL, journaliste à la chaîne 20 
. 6. Hamad AMAR, de la communauté druze 
. 7. Robert ILATOV 
        . 8. Oded FORER, directeur du ministère de l’alyah 

. 9. Yulia MALINOVSKY, conseil municipal de Holon 
       . 10. Shira MISTRIEL - Présidente de l'Union des étudiants de l'Université Ariel. 

          Lieberman a présenté les principes de sa philosophie politique : «Nous pouvons vaincre la terreur, et donc ne jamais soutenir la frénésie des Accords d'Oslo et le plan de désengagement, et nous n’aurons jamais laissé le Hamas au pouvoir après 50 jours de combats ».
          Lieberman a révélé son slogan de campagne «Ariel pour Israël, Umm al-Fahm pour la Palestine». Il envisage le transfert des Arabes israéliens en échange d'incitations économiques : «Israël est un État juif avec un territoire et une population maximale qui est fidèle aux valeurs de l'État d'Israël, le drapeau et l'hymne national». Il a ajouté qu’il mettrait l'accent sur le conflit israélo-palestinien dans sa campagne, et a critiqué les politiciens à sa droite et sa gauche. «Nous avons atteint un carrefour, et les décisions sont nécessaires. Nous représentons une vue politique d'innovation par rapport à la vision politique anachronique que d'autres représentent. Tout ce que Tzipi Livni et Isaac Herzog peut offrir, ils l’ont offert à Camp David. Que revendiquent Bennett et HaBayit Hayehudi,  un État binational classique. Ils doivent décider s’ils parlent d'un État binational entre le Jourdain et de la mer Méditerranée, ou un État d'apartheid sans accorder le droit de vote à tous les citoyens».

 



LISTE DU PARTI KULANU DE MOSHÉ KAHLON


            Moshé Kahlon a donné la liste des onze premiers candidats du parti Kulanu. C'est un nouveau parti créé en 2015.






1.      Moshé KAHLON
2.      Yoav GALANT, ancien général
3.      Elie ALALOUF, ancien chef du comité anti-pauvreté 
4.      Michael OREN, ancien  ambassadeur aux Etats-Unis
5.      Rachel AZARIA, vice-maire de Jérusalem
6.      Talie PLOSKOV  
7.      Yifat SHASHA-BITON, ex-adjointe mairie de Kiryat         Shmona
8.      Elie COHEN
9.      Roy FOLKMAN, économiste
10.    Merav BEN ARI, avocat, conseiller municipal de Tel-         Aviv
11.  Shaï ABADI, directeur à l’autorité de la radio-télévision

  Moshé Kahlon, ancien ministre Likoud des télécommunications, a précisé clairement que son parti se positionnait au centre-droit montrant ainsi qu’il visait plutôt l’électorat du Likoud. «J’ai rejoint le Likoud dans les années 80 parce que c’était un parti social. J’ai quitté le Likoud parce que la question sociale a été mise de côté». Sa liste est composée en majorité de séfarades et ne comporte aucun poids lourd politique. Son principal rival est le parti Yesh Atid de Yaïr Lapid qui se positionne au centre-gauche.
      Moshé Kahlon se place résolument à droite prônant un capitalisme avec marché libre mais avec une responsabilité sociale. Il a récemment laissé entendre qu'il serait favorable à une relance du processus de paix et a critiqué le premier ministre pour atteinte à la réputation internationale d'Israël. Il semble cependant privilégier les questions socio-économiques. Il est en effet préoccupé par le fait que «les prix des logements restent élevés, le coût de la vie élevé, les écarts se creusent et sont intolérables; nous sommes dans une situation d'impasse».
   Sur le plan sécuritaire il n’appuiera aucun compromis territorial à Jérusalem et refuse un retrait israélien sur les frontières de 1967. Bien que se disant centriste, sa plate-forme officielle semble inclure plusieurs idées de droite. Il veut un État juif, rejette le droit au retour des Palestiniens, maintiendra le bloc des implantations en Cisjordanie, et renforcera la sécurité d'Israël. Kahlon a déclaré que l'actuelle direction palestinienne ne serait pas en mesure de respecter un accord de paix bilatéral.
     Sa campagne sera axée sur l'économie et les inégalités dans la société israélienne. Il reste vague sur les questions géopolitiques. Il veut s’attaquer aux monopoles économiques. Son objectif est de devenir ministre des Finances.
Cependant, un seul bémol pour sa liste. Ancienne dirigeante de l’Autorité israélienne de radiodiffusion donc employée de l’État, Tsega Melaku, aurait dû quitter son poste 100 jours au moins avant les élections. Elle risque d’être disqualifiée.
          Le Président de la commission électorale a annulé le 26 janvier la candidature de Tsega Malko, qui apparaissait en troisième position sur la liste de Moshe Kahlon. Le juge justifie sa décision car Malko n’a pas démissionné de son poste à l’office de radiodiffusion, 100 jours avant les élections, comme le stipule la loi.



HABAYIT HAYEHUDI







   
Les primaires qui ont eu lieu le 14 janvier 2015 ont désigné l’ordre des candidats aux élections de mars. Cette liste n’est pas définitive car Naftali Bennett se réserve statutairement quelques places pour y placer des candidats de son choix. Les deux premières places sont occupées par Naftali Bennet et Uri Ariel du parti Ihoud Leumi qui s’est joint à la liste HaBayit Hayehudi.
Les deux partis religieux ont décidé de réunir leurs listes en une seule mais de ne pas  fusionner les partis après l'élection. 
L'Ihoud Leumi, alliance de droite nationaliste, se composait en 2009 de quatre partis : Moledet, Hatikva, Eretz Israël Shelanu et Tkuma. 
HaBayit Hayehudi est l’ancien parti national religieux sioniste dont la direction avait été  confiée en 2013 à un jeune du high-tech, Naftali Bennett. À la suite des primaires du parti, il avait pris la tête d'une liste avec une équipe chargée d'insuffler un nouvel esprit sinon une nouvelle doctrine au parti. C'est un parti proche des habitants des implantations et il s’est fait adouber par les francophones, orphelins d'un leader charismatique. 
Ces primaires ont consacré la victoire d’une femme, Ayelet Shaked, qui est arrivée en tête de tous les candidats, un symbole pour un parti religieux sioniste et qui lui assure un poste ministériel au cas où son parti ferait partie d’une coalition. Sa place est d'autant plus symbolique qu'il s'agit d'une femme laïque.
Le parti disposait de 12 sièges à la dernière Knesset.




1. Naftali BENNETT
2. Uri ARIEL
3. Ayelet SHAKED
4. Rabbin Eli BEN-DAHAN
5. Nissan SLOMIANSKY
6. Uri ORBACH
7. Yinon MAGAL
8. Moti YOGEV
9. Bezalel SMOTRICH
10. Shuli MOALEM
11. Avi WORTZMAN
12. Nir ORBACH
13. Rabbin Avi RONTZKI
14. Orit STRUCK
15. Anat ROTH
16. Ronen SHOVAL
17. Avihay BOARON
18. Nachi EYAL
19. Moshe SALOMON
20. Yehoudit SHEILAT





TRAVAILLISTES –HATNOUA

            


Le parti travailliste dirigé par Isaac Herzog et Hatnoua de la centriste Tsipi Livni ont décidé de faire liste commune.  Les élections primaires qui ont eu lieu le 13 janvier ont défini la liste définitive des candidats dans l’ordre fixé par les militants. Il s’agit à présent d’une liste qui s’apparente plus aux sociaux-démocrates européens. Le parti disposait de 15 sièges à la Knesset sortante.


1. Isaac HERZOG
2. Tzipi LIVNI (Hatnoua)
3. Shelly YACHIMOVICH
4. Stav SHAFFIR
5. Itzik SHMULY
6. Omer BAR-LEV
7. Hilik BAR
8. Amir PERETZ (Hatnoua)
9. Merav MICHAELI
10. Eitan CABEL
11. Manuel TRAJTENBERG
12. Erel MARGALIT
13. Mickey ROSENTHAL
14. Revital SWID
15. Danny ATAR
16. Yoel HASSON (Hatnoua)
17. Zuhair BAHLOUL
18. Eitan BROSHI
19. Michal BIRAN
20. Nachman SHAI
21. Ksenia SVETLOVA
22. Ayelet NAHMIAS-VERBIN
23. Yossi YONA
24. Eyal Ben-REOUVEN
25. Yael COHEN-PARAM
26. Saleh SAAD
27. Lea PADIDA
28. Robert TIVIAEV
29. Moshe MIZRAHI
30. Eldad YANIV
31. Behira BERDUGO
32. Gilad KARIV
33. Eytan SCHWARTZ
34. Elis GOLDMAN
35. Raleb MAJADELE
36. Alon PILZ
37. Shimi BARON
38. Haya COHEN
39. Alemi NIZAR
40. Ibrahim ABU SAYYAH
41. Troodi SALMAN
42. Lior CARMEL
43. Melamed LEMUEL
44. Marco SARRABIA (francophone)
45. Giladi ALON



On note l’arrivée en force de l’ancienne secrétaire du parti Shelly Yacimovich. Les deux places suivantes ont été remportées par les dirigeants des manifestations socio-économiques de 2011 (Révolution des tentes) : Stav Shaffir et Itzik Shmuly. L'ancien chef des renseignements Amos Yadlin n'a pas souhaité être député mais en cas de victoire travailliste il sera désigné comme ministre de la défense. Les ministres ne doivent pas être obligatoirement membres de la Knesset.
De nouveaux candidats sont à des places éligibles tels Revital SWID,  procureur, Danny ATAR, chef du Conseil régional de Maale Gilboa, Zoheir  BAHLOUL, journaliste radio, Eitan BROSHI, chef du mouvement des kibboutzim, Ayelet NAHMIAS-VERBIN, industrielle,  professeur Yossi YONAH, économiste.
A noter la présence de quatre femmes éligibles dans les dix premières places et une part belle faite aux économistes soulignant ainsi la volonté du parti d’axer sa campagne sur les problèmes économiques et sociaux du pays.
Le francophone Marco SARABIA a été malheureusement relégué à la 44ème place ce qui lui laisse aucune chance d'être élu.
    La journaliste Ksenia Svetlova, correspondante des affaires arabes pour Channel 9, se joint à la liste formée par les Travaillistes et occupe une place réservée pour les candidats d’Hatnoua.






PRIMAIRES DU LIKOUD

            

Les primaires du Likoud ont eu lieu le 31 décembre 2014. Les militants ont désigné les 25 premiers candidats qui vont affronter les élections. La 11ème place et la 23ème place ont été réservées à deux candidats qui seront désignés par Benjamin Netanyahou. Le Likoyud seul disposait de 18 sièges à la Knesset sortante.



 La première constatation concernant la liste des candidats est évidemment l’absence de parité puisque seules trois femmes figurent parmi les candidats. La seconde concerne l'élimination des éléments à l'extrême-droite du Likoud, en particulier Moshe Feiglin, donnant l'impression que les militants ont voulu recentrer le parti. C'est ainsi que l'ancienne vice-ministre Tzipi Hotovely a été reléguée à la 26ème place, lui laissant une infime chance d'être réélue. Ces deux personnages ont été ceux qui ont le plus manifesté pour accroître la présence juive sur le Mont du Temple. Ils paient ainsi leur activisme au sein du Likoud.





LISTE LIKOUD

1. Benjamin NETANYAHOU
2. Gilad ERDAN
3. Yuli EDELSTEIN
4. Israel KATZ
5. Miri REGEV
6. Sylvain SHALOM
7. Moshe YA'ALON
8. Zeev ELKIN
9. Danny DANON
10. Yariv LEVIN
11. Benny BEGIN
12. Tsahi HANEGBI
13. Youval STEINITZ
14. Gila GAMLIEL
15. Ophir AKONIS
16. David BITAN
17. Haim KATZ
18. Jacky LEVY
19. Yoav KISH
20. Tsipi HOTOVELY
21. David AMSELEM
22. Miki ZOHAR
23. Anat BERKO
24. Ayoub KARA
25. Nava BOKER
26. Avi DICHTER

PRIMAIRES IHOUD HALEUMI-TEKOUMA



Les primaires du parti Ihoud Haleumi (Union nationale) et Tekouma qui se sont tenues le 11 janvier 2015 ont donné la liste des quatre candidats du parti aux élections.
1/ Ouri ARIEL, ministre du logement et leader de la formation
2/ le député Betsalel SMOTRITZ, président de l’association Regavim
3/ La députée Orit STROUCK
4/ Le député Zvoulon KHALFA


Ce parti fera liste commune avec celui de Naftali Bennett, HaBayit Hayehudi. Le parti Union Nationale est une coalition de droite de petits micro partis religieux-sionistes. Aux élections de 2006, il avait constitué une liste commune avec le Parti National Religieux qui avait obtenu neuf sièges à la Knesset. L'Union Nationale exige de conserver le contrôle des territoires et de les annexer formellement. Il s’oppose à la création d'un Etat palestinien en Cisjordanie et s’oppose également à toute division de Jérusalem.
Sur le plan économique il soutient une économie de marché libre avec une intervention et des initiatives du gouvernement limitées. Le parti veut promouvoir l'identité juive d'Israël et dans son manifeste déclare : «il est naturel et clair qu'Israël doit respecter les croyances du peuple juif, y compris le sabbat , les fêtes juives , la cacherout (lois alimentaires juives), la conversion selon la Halacha ( la loi juive), le mariage et le divorce».


LISTE YAHAD





LISTE TORAH UNIFIEE








LISTE SHASS





COMMENT BIEN VOTER EN ISRAËL

Par Jacques BENILLOUCHE

          
          Les électeurs trouveront à l'intérieur des isoloirs des boîtiers contenant les bulletins de vote pour chacune des 26 listes de candidats et leurs lettres représentatives en hébreu.
          Pour permettre aux francophones de choisir le bulletin de vote, nous donnons ci-dessous les lettres choisies par chacun des partis. Cette liste et son ordre ont été établis par le Comité Central des Elections. 



·         ע
Liste arabe
·         זך
Democratura
·         קנ
Green Leaf
·         רק
Parti Vert
·         טב
Habayit Hayehudi Présidé par Naftali Bennett
·         יץ
Espoir de changement
·         ודעם
Liste arabe commune
·         כ
Kulanu Présidé par Moshe Kahlon
·         ני
Lumière
·         מחל
Présidé par le Likoud Binyamin Netanyahu Premier ministre
·         מרצ
Gauche d'Israël - Meretz
·         נץ
Perach - Shefa, Bracha, Chaim Veshalom
·         יך
Protéger nos enfants - Arrêt de les nourrir Pornographie
·         י
Louer avec Honneur
·         שס
Shas
·         יז
Leadership social
·         זץ
Le (temporaire) de l'équipe nationale
·         ז
Le Parti économie Présidée par les frères Goldstein
·         ף
Les Pirates
·         נז
Ubezchutan - Haredi femmes de faire un changement
·         ג
United Torah Judaism
·         ףץ
Nous sommes tous amis
·         קץ
Yachad Présidé par Eli Yishai
·         פה
Yesh Atid Présidé par Yair Lapid
·         ל
Yisrael Beitenou Avigdor Liberman Présidé par
·         אמת
Camp sioniste Présidé par Isaac Herzog et Tzipi Livni





1 commentaire:

Rozenkier a dit…

Laisser supposer que Meretz ou La Paix Maintenant seraient anti-sionistes laissent planer un doute sur le sérieux de la publication.
Qui pense cela?
Les tenants du "grand Israël" qui mènent le pays vers un état bi-national qui ne sera ni juif ni démocratique?
Ce sont eux les anti-sionistes !!