ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

samedi 13 décembre 2014

UNE CAUSE NATIONALE Par Gérard AKOUN



UNE CAUSE NATIONALE

Par Gérard AKOUN

Judaïques FM 94.8

Un rassemblement a été organisé à Créteil, dimanche dernier, pour dénoncer l’agression dont a  été victime un jeune couple, séquestré  dans son  propre appartement, et dont la femme a été violée. Leurs  agresseurs, très probablement de jeunes Arabes, avaient choisi de s’attaquer à eux, parce qu’étant juifs, ils  devaient être riches.



Un mal qui ronge


Dans son allocution, le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve,  a déclaré : «le crime qui a été commis à Créteil n’est pas un simple fait divers, derrière ce crime, il n’y a pas seulement un acte lâche, crapuleux et antisémite. Derrière ce crime il y a un mal qui ronge la République et que nous devons combattre à tout prix» il a ajouté, «nous devons faire de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme une cause nationale».
C’est une mobilisation générale, de toutes les administrations concernées,  qui est décrétée ; ce sont  des paroles fortes qui doivent se concrétiser car  il y la feu en la demeure. Manuel Valls, le même jour sur France 2  déplorait le manque de mobilisation, 1.000 à 2.000 personnes seulement, s’étaient réunies, des Juifs dans leur très grande majorité. Où étaient les autres Français, où étaient les républicains alors que l’on entend les plus hautes autorités de ce pays déclarer «en attaquant les Juifs c’est la France qui est attaquée» ou encore «la République vous défendra de toutes ses forces parce que sans vous, elle  ne serait plus la République ?»
Et pourtant, pourquoi voulez-vous que des républicains, des Français, non juifs, non musulmans, agnostiques se mobilisent, se sentent concernés,  alors qu’au quotidien, dans les médias, dans les discours de certains hommes politiques, ils n’entendent  parler  que de communautés, de conflits intercommunautaires ? 

Il y a eu, bien sûr, les tueries de Toulouse et de Montauban, celle du musée juif de Bruxelles, le calvaire d’Ilan Halimi, une forte augmentation des violences contre les Juifs, mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, ces événements les confortent  dans l’idée que cette violence, ce racisme des arabes à l’égard des juifs, qu’ils attribuent le plus souvent  au conflit israélo-palestinien, ne les regardent pas et qu’ils ne doivent pas s’en mêler. Ils veulent ignorer les menaces que les poussées fondamentalistes venant de l’islam font peser sur le pacte républicain. Ils veulent ignorer que dans leurs appels au meurtre, les djihadistes ne font pas la différence entre les Juifs et les croisés, que le viol des femmes est leur arme de prédilection.

Charte sur la laïcité



Des outils existent pour lutter contre le racisme et l’antisémitisme mais ils ne semblent pas être vraiment utilisés : la Charte sur la laïcité adoptée à la rentrée 2013 est bien affichée dans les écoles mais  combien d’enseignants l’ont-ils présentée, discutée avec leurs élèves ? Une fillette juive de huit ans, a été harcelée dans la cour de récréation d’une école primaire par des petits musulmans du même âge, auxquels  leurs parents avaient dit que les Juifs et les arabes étaient en guerre. C’est depuis  la maternelle, que l’on doit  commencer à expliquer aux enfants, l’égalité des droits, la fraternité, le respect de l’autre quelles que soient sa couleur, son origine, que l’on doit leur apprendre le «vivre ensemble».
Un  Observatoire de laïcité a été mis en place en 2013 par François Hollande, il accomplit sa mission mais certains de ses membres considèrent qu’il a tendance à minimiser les menaces en provenance de l’islamisme radical, qu’il met le couvercle sur les problèmes, pour reprendre les propos de la sénatrice (parti radical de gauche) Françoise Laborde, alors que la France fournit le plus fort contingent de djihadistes en Syrie.
Le gouvernement a décidé de faire de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme «une cause nationale» C’est, en effet, toute la société qui doit dire non à l’antisémitisme et au racisme si on veut vaincre cette lèpre.


4 commentaires:

Véronique ALLOUCHE a dit…

Pas d'accord. Les français ont conscience de la montée et du danger islamiste dans le pays. Ils le feront savoir dans les urnes.
S'ils se taisent aujourd'hui c'est que pour se faire entendre et descendre dans la rue, il faut des mots d'ordre, des leaders qui entraînent les foules. Et les leaders ont peur d'une explosion sociale.
Vous parlez des français qui sont resté chez eux. Mais les juifs n'ont pas plus bougé, une poignée seulement. C'est vrai qu'aller de Neuilly, Levallois ou Boulogne jusqu'à Créteil devait leur paraître bien loin de leur petit confort...
C'est pour ma part le plus choquant.

bakoun a dit…

Les francais le feront savoir en votant FN? Pour l'absence des juifs vous avez mille fois raison mais ce n' était pas mon sujet ce sont les autres qui doivent être presents et dont la republique a besoin pour lutter contre l'islamisme générateur d'antisémitisme

Marianne ARNAUD a dit…

Où avez-vous pris que le ministre Cazeneuve pensait qu'il "fallait lutter contre l'islamisme générateur d'antisémitisme" ?

Gilbert ADDA a dit…

" Je suis entièrement d'accord avec Veronique ALLOUCHE. Malheureusement il ne faut plus compter sur une solidarité quelconque de la part des français. Les raisons sont nombreuses. Les plus récentes sont la peur de représailleset surtout la séduction de l'électorat musulman.
C'est triste et affligeant de voir une si faible mobilisation de la communauté juive. C'est pour moi le problème le plus grave."