ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mercredi 19 novembre 2014

LE SURSAUT SE FAIT ATTENDRE Par Yaacov NEEMAN



LE SURSAUT SE FAIT ATTENDRE

La tribune libre de Yaacov NEEMAN




          Le sursaut se fait attendre : mais est-il seulement possible ? Quand on observe les réactions des internautes aux informations que nous diffusent les medias, on est frappé par le nombre de voix qui s’étonnent de la retenue des pouvoirs publics, tandis que d’autres appellent à des réactions beaucoup plus expéditives. Et effectivement, pourquoi nos ennemis ont-ils acquis le droit de se conduire avec la violence qui est la leur ? Et pourquoi nous interdisons-nous de leur répondre de la même manière ? 



Double réponse

La réponse à cette double question est très simple et elle appelle une double réponse :
1) parce que l’État hébreu, dans sa pratique actuelle, n’est pas basé sur les textes fondateurs du peuple juif
2) parce que nous avons fait de la démocratie l’idole devant laquelle nous devons nous plier.
Vous direz : «Je ne vois pas le rapport ! Nous discutons de la légitimité – ou non – de la violence, et vous me renvoyez trois mille ans en arrière, avec vos textes fondateurs du peuple juif !» 
Pour comprendre les explications qui vont suivre, il vous faut – patient lecteur – comme en mathématiques, accepter certains présupposés : le premier d’entre eux est que l’identité du peuple juif se trouve justement dans ces textes fondateurs. Certains, pour refuser cette évidence, avancent que c’est le vécu collectif qui fonde cette identité. Réponse idiote, car nos textes fondateurs font justement état, en long et en large, des multiples étapes de ce vécu : l’esclavage en Égypte, la conquête du pays, les différents exils, le retour de Babylone, la destruction du Temple, les promesses des prophètes, etc... Refuser ce rapport identitaire à nos textes, c’est réduire l’identité du peuple juif au couscous-boulettes (si vous êtes séfarade) ou au géfilte fish (pour les ashkénazes).
Adin Steinsaltz

L’un des témoins les plus lucides des pérégrinations de notre génération écrit à propos de ceux qui sont éloignés de nos textes «qu’ils se retrouveront les serviteurs de ceux qui veulent les dominer et leur dire ce qu’il faut faire et comment agir. [1]» 

Démocratie

En arrière-plan de cette phrase se profile la sujétion israélienne aux États-Unis, et par- delà à toutes les nations du monde. La preuve que l’État hébreu leur est assujetti, c’est qu’il a choisi comme mode de gouvernement ce qui se fait de mieux chez les nations depuis un siècle ou deux : la démocratie [2]. En démocratie, tous les citoyens sont égaux. Point barre. Depuis 1948, on applique en Israël ce credo dans son intégralité la plus absurde. L’égalité présupposée de tous les hommes les mène à leur prêter à tous les mêmes bons sentiments. On se conduit avec des assassins patentés comme si leurs crimes étaient de simples maladresses comportementales, qu’un séjour (confortable) dans ces annexes des universités israéliennes que sont devenues certaines prisons du pays amènerait à résipiscence.
Marwan Barghouti

L’exemple type de cette pathologie est le traitement réservé à Marwan Barghouti. Condamné à la prison à vie [3], cet ancien étudiant de l’Université de Tel-Aviv, qui lui octroya d’ailleurs un doctorat, jouit d’un confort dont aimeraient bien bénéficier tous les prisonniers politiques à travers le monde : il peut téléphoner, donner des conférences de presse, appeler à une nouvelle intifada – et inviter les pays étrangers à boycotter… les universités israéliennes ! Certes, cette attitude aussi masochiste que suicidaire ne manque pas de noblesse, mais elle envoie à nos ennemis un message fort et sans ambiguïté : avec nous, vous pouvez tout vous permettre – ce qu’ils font d’ailleurs de mieux en mieux. Comme en témoigne l’actualité la plus récente.
Baqua El-Gharbiya 6ème ville arabe


Villes spéciales

Autre exemple de notre naïveté : à ces citoyens que la morale publique autant que le respect dû à tout homme, nous conduisent à aider et protéger, il a été décidé leur construire des villes spéciales [4]. Alors là, on ne comprend plus ! Israël peine de plus en plus à loger ses propres enfants, et pour y parvenir, multiplie les astuces comme la suppression de la TVA sur les transactions immobilières, tandis que des milliers de jeunes couples sont contraints de squatter chez leurs parents ! Et voici que l’État juif trouve des budgets pour loger ceux-là mêmes qui soutiennent nos assassins !
Décision qu’ils se devraient d’ailleurs de contester, au nom même de la démocratie, puisque l’édification de villes réservées aux musulmans vient contredire le principe de l’égalité des citoyens devant le droit au logement ! Qu’espère-t-on par une telle mesure ? Mieux les contrôler ? Ou qu’ils deviendront ainsi des citoyens loyaux, bons et gentils, à notre image ! En tout cas cette décision – «égaux mais séparés» – témoigne qu’ils ne sont pas aussi assimilables, pas aussi intégrés ou intégrables que le discours officiel le prétend. En tout cas un nouveau proverbe circule : Heureux comme un Arabe en Israël…   

«Mais alors, direz-vous, que faudrait-il faire ?» Dans l’état actuel de nos institutions et avec les gouvernants qui sont à leur tête, il est impossible de répondre à cette question. Pour l’heure, aucun n’a la force et le charisme nécessaires pour renverser cette tendance, enracinée dans plusieurs décennies d’atermoiements et d’aveuglement volontaire. En revanche, eu égard au pouvoir de décision dont ils disposent, ils pourraient mettre en place des structures pour encourager les citoyens – déboussolés, sans repères fiables – à retrouver la puissante force cachée dans les textes fondateurs du peuple juif, car ceux-ci sont d’origine divine.

Exemple de la force

Nos cousins les musulmans nous donnent d’ailleurs l’exemple de la force que peut tirer un peuple de ses Écritures saintes. Galvanisés par le Coran, regardez comment ils sont en train de mettre l’Europe à genoux, voyez comment ils se sont installés dans le cerveau du locataire actuel de la Maison-Blanche. Admirez comment ils se moquent de la mort ! C’est bien la preuve qu’ils croient en un au-delà pour lequel la vie vaut la peine de mourir ! Or toutes ces valeurs, leur prophète – qui découvrit la Torah alors qu’il était au service d’une famille juive d’Arabie – n’a fait que les prendre dans nos textes. Et voilà maintenant qu’ils nous les renvoient à la figure…

Cela rappelle une histoire qui eut pour cadre une célèbre université américaine dans les années 50. Le coach de l’équipe de basketteurs ne savait plus quoi faire avec les garçons qui la composaient : pendant les entraînements, ils restaient allongés sur les gradins à bavarder avec des filles, à boire de la bière et ne se rendaient plus sur le terrain que de mauvaise grâce. Pour les réveiller, le coach forma une autre équipe avec tous les voyous de la ville voisine. Le jour de la rencontre, les juniors de cette université renommée furent battus à plate couture. La honte ! L’année suivante, comme par miracle, ils furent beaucoup plus assidus aux entraînements… D’où cette question : à quand le réveil – le sursaut – de l’équipe israélienne ? Tout le public l’appelle de ses vœux.

Il ne s’agit pas de créer une nouvelle génération de Juifs capables de se comporter avec la même barbarie que nos ennemis, mais d’éduquer nos enfants – et de nous rééduquer nous-mêmes – à une lecture authentiquement juive de l’histoire [5]. Dans ce processus de reconditionnement mental – véritable révolution culturelle – nous redécouvrons pourquoi (pour quoi, pour quelle société, avec quels types de rapport avec l’étranger) notre peuple est revenu sur sa terre. Cette révolution culturelle est d’autant plus urgente que quelques milliers de nos jeunes ont carrément plié bagage pour s’installer, et sans aucune honte, à… Berlin !

Épilogue


Terminons sur une note optimiste… Ceux – trop rares – qui connaissent nos textes fondateurs, ne manqueront pas de faire remarquer que la notion de «sursaut» existe depuis très longtemps dans nos écritures. Chargé de maudire les Hébreux qui campaient paisiblement dans le désert, le prophète Bilam – qui n’était pas juif – s’exclame en parlant de nous (Livre des Nombres 23,24) : «Voyez! Ce peuple se lève comme un léopard, il se dresse comme un lion; il ne se reposera qu'assouvi de carnage, qu'enivré du sang de ses victimes!» Si, lui le dit, alors c’est que tout espoir n’est pas perdu ! … 


[1] Les Juifs et leur avenir, Adin Steinsaltz, Albin Michel éditeur, 2008 (p.107)

[2] Par contre, dans nos textes fondateurs, il existe un statut spécial pour le non-juif habitant sur les terres de l’Etat hébreu : celui de Guer Tochav, littéralement « étranger résidant », statut qui n’a rien à voir avec celui du dhimmi, tel que le droit musulman le définit.
[3] Pour le meurtre du ministre du Tourisme Rehavam Zeevi (Ghandi) le 17 octobre 2001
[4] Voir par exemple >> http://www.worldbulletin.net/news/147159/israel-plans-its-first-ever-arab-city-report
[5] A l'exemple d'Iftah Palmah, le fils de Rehavam ZEEVI, cité plus haut, qui déclara en s'adressant aux assassins de son père :" Vous, assassins, vous êtes résidents temporaires dans ce pays. Sachez que nous y resteront, car c'est à nous qu'il appartient."  (http://www1.jafi.org.il/agenda/french/index36-1.asp#1

5 commentaires:

Nival Bernard Rivka a dit…

"Israël n'arrive pas à loger ses propres enfants "nous dit M.Neeman .Quelle duplicité ! puisque dans le même temps ,on fait croire aux juifs de la Diaspora qu'ils sont gravement menacés et qu'ils doivent effectuer leur aliya le plus vite possible ,quitte à grignoter un peu plus les terres des Palestiniens

Emmanuel DOUBCHAK a dit…

La démocratie n'est pas une idole, par contre c'est le point de vue du fascisme que toute voix discordante, fût-elle minoritaire, ne peut provenir que de malveillance, de trahison ou de faiblesse. Votre idole Yaacov, votre idole à vous, c'est la dictature de la pensée, quant au judaïsme que vous prônez, comme il en existe de très nombreuses variantes, s'opposant totalement à votre point de vue et au mien, je vous conseille de ne pas l'évoquer à chaque fois. Certains gauchistes israéliens évoquent une ultra conscience juive face à des ultra nationalistes et le ping-pong idéologique se fait autour non pas du judaïsme, mais de la conception qu'on s'en fait !

קרבי kravi a dit…

Nival Bernard Rivka, ainsi Israël grignote les terres des Arabes de Palestine !
Il fallait vous inventer, vous et vos semblables, pour avoir le plaisir de contempler l'alliance de la duplicité et de l'aveuglement volontaire.
Le jour même de l'attentat de la synagogue de Jérusalem, il fallait oser donner des signes de soumission à la propagande des terroristes. Vous l'avez fait, bravo.
Quant à l'article de Neeman, il donne des arguments aux millions d'antisémites anti-israéliens de par le monde.
C'est trop de bonheur pour la journée.

Benjamin a dit…

jesuralem,doit adopter des mesures modérées. Jerulalem est le centre religieux du judaisme mondiale. je souahaite que nos tsadikim soient Exemplaires.

messieurs les rabbbins accentuent des paroles d'appaisemants pour ne pas melanger politiqque et respect de la vie des habitants dna la capitale israelenne.

Marc D. a dit…

Bonjour'

Cet article est immonde! Comme le dit kravi, c'est du pain béni pour les antisémites. Bravo Neeman, vous arrivez presque à me faire honte de vous compter parmi les fils d'israël. Si vous trouvez la démocratie detestable, vous pouvez toujours aller vivre ailleurs. Je préférais toujours une démocratie perfectible pour la nation du peuple juif , a une dictature de la Torah par des religieux commentant les écrits de manière littérale stricto sensus. Laissons la barbarie et le culte de la mort à nos ennemis. Battons nous pour la vie et pour la liberté d'Israel. Que notre victoire soit gravée dans l'histoire par la justice, par la force et par la miséricorde pour les hommes égarés.