ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

lundi 24 novembre 2014

ISRAËL DERNIER REMPART CONTRE L'ISLAMISME TERRORISTE Par Marianne ARNAUD



ISRAËL DERNIER REMPART CONTRE L'ISLAMISME TERRORISTE

Par Marianne ARNAUD



C'est ce 28 novembre 2014, que nos députés vont être appelés à se prononcer sur un projet enjoignant «le gouvernement français à reconnaître l'État de Palestine en vue d'obtenir un règlement définitif du conflit.» Et peu importe si des Israéliens en prière dans une synagogue à Jérusalem, ont été odieusement attaqués et tués à la hache et au couteau tout récemment. Et peu importe si cette résolution n'aura qu'un caractère symbolique, seul le Gouvernement étant censé avoir le pouvoir de reconnaître les États.



Coup de poignard dans le dos


Mais l'important n'est-il pas que Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, Élisabeth Guigou, présidente de la commission des Affaires étrangères, soutenus par les porte-paroles de l'aile gauche du PS, ainsi que par les élus du Front de Gauche et ceux du Parti Communiste, soient prêts à assener à Israël, ce que François d'Orcival n'hésite pas à appeler «un coup de poignard diplomatique dans le dos» ? L'un des principes de la diplomatie française ne consistait-il pas à vouloir garantir la sécurité d'Israël ?

Or renforcer la légitimité d'une Autorité palestinienne incapable d'assurer la paix sur ses propres territoires n'affaiblirait-il pas Israël ? Laurent Fabius, lui-même, n'a-t-il pas reconnu que cette décision pour «logique» qu'elle soit, devrait être «utile à la paix» et non simplement «symbolique» ? Les rédacteurs du projet n'hésitent pas à écrire : «cette reconnaissance doit s'accompagner d'un retour salutaire et immédiat à la négociation». Qui peut croire que là où le président des États-Unis a échoué, c'est le Parlement français qui va réussir «à tordre le bras» d'Israël  et l'amener, malgré lui, à la table de négociation ?
Shaoul Mofaz

Qui ne peut comprendre que «l'État d'Israël est en première ligne pour la défense de sa sécurité» bien mise à mal ces derniers temps, ainsi que le dit Shaoul Mofaz, ancien chef d'État-major de l'armée israélienne et ancien ministre de la Défense, qui a conduit cinq guerres pour son pays. Laissons-lui le dernier mot : «la confrontation a lieu en Syrie et en Irak; ensuite notre tour viendra…»
Il faudrait que nous soyons particulièrement bornés et naïfs - comme l'a toujours été la gauche française - pour ne pas comprendre qu'Israël est notre dernier rempart contre l'islamisme terroriste.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Je l'affirme depuis 'belle lurette' qu'ERETZ ISRAEL EST le DERNIER REMPART CONTRE L'ISLAMISME 'GALOPANT' !!.
ON SAIT PERTINEMMENT QU'IL S'AGIT PLUTOT D'1 'BASSE' MANOEUVRE ELECTORALE !!.

Francine BENITAH a dit…

Les socialistes français veulent reconquérir le vote des banlieues. Tout leur est bon pour s'accrocher au pouvoir, ce sont des idéologues incapables de regarder la réalité en face, l'islamisation rampante de la société française ete poids financier grandissant du Qatar .