ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mardi 2 décembre 2014

CHANGEMENT À LA TÊTE DE LA FRANCOPHONIE



CHANGEMENT À LA TÊTE DE LA FRANCOPHONIE

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps



La Canadienne d'origine haïtienne Michaëlle JEAN a été nommée au poste de secrétaire générale de l’OIF (Organisation internationale de la francophonie) le 30 novembre à Dakar. Cette ex-gouverneure générale du Canada, âgée de 57 ans, a été désignée par consensus des 53 pays membres de plein droit de l'OIF. Sa prise de fonctions interviendrait en janvier 2015. Elle a été choisie parmi cinq candidats officiellement présentés par leur pays.



Cacophonie
Les cinq candidats

Cette nomination s’est faite dans une totale cacophonie car en 1997 Boutros Boutros Ghali et en 2002 Abdou Diouf avaient été désignés avec un large consensus. La négociation à huis-clos a été très serrée au point que l’on avait prévu de faire appel à l’ancien président libanais Michel Sleiman comme sixième candidat de recours en raison des blocages. Chaque continent tenait à appuyer son candidat alors que les Africains n'arrivaient pas à se mettre d'accord entre eux. Les délégués s'opposaient sans trouver un nom commun à avancer à la séance plénière. En arrivant à Dakar, François Hollande a mis de l'ordre pour imposer la Canadienne sachant que le Canada et la France sont les bailleurs de fonds de l'OIF. 
Cette difficulté à désigner rapidement un candidat de consensus s’explique par la politisation à outrance de l’Organisation qui s’est éloignée de ses principes fondateurs faisant, à présent, de la culture française une préoccupation secondaire. La Francophonie de 2014 est devenue un idéal voué à l’échec. Nous ne reviendrons pas sur l’anomalie qui fait qu’un pays comme Israël comptant plus de 150.000 francophones est exclu de l’organisation par suite du veto d’un seul pays, le Liban, qui confond politique et culture.

Déclin de la France

Francophonie 2014

Le déclin progressif de la France, l’initiatrice du projet, et le fait que sur les vingt pays les plus riches du monde, seuls deux pays sont francophones, sont en partie responsables du désamour vis-à-vis de l'OIF. Quant à l’Afrique francophone, qui devait être le moteur de l’organisation, elle se trouve dans un tel délabrement économique qu'elle a d’autres chats à fouetter. 
Les Anglophones avec leur puissance économique ont pris le dessus sur des pays qui vivent encore sous le modèle colonial fait de dépendance et d’assistanat. Israël à leurs côtés aurait eu trop d’ascendant et aurait été un modèle de démocratie inacceptable pour certains dirigeants africains qui se soucient d’abord de leur prospérité.

Parce qu’on a politisé cette organisation au lieu de décliner la langue française dans toute sa splendeur, le français est en train de perdre du terrain au profit de l’anglais qui devient la seule langue de communication internationale. Même les pays émergents comme le Brésil, la Russie et l’Inde ont adopté l’anglais comme langue moderne. L’OIF a failli dans ses objectifs car elle n’a pas anticipé le déclin francophone.


Israël n’a pas sa place dans l’OIF mais il ne la réclame plus car elle n’est plus à son niveau politique, économique et technologique. 

1 commentaire:

Fabienne ABBOU a dit…

En effet, Israël n'a rien à gagner à siéger dans ce cénacle qui lui est hostile.
J'en profite pour remercier les Juifs de France de faire rayonner le français et la francophonie dans ce beau pays avancé qu'est Israël.