ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

vendredi 12 septembre 2014

TREIZE ANS DÉJÀ Par Gérard AKOUN



TREIZE ANS DÉJÀ

Par Gérard AKOUN
Judaïques FM


Le 11 septembre 2001, le monde, d’abord incrédule, puis stupéfait et effaré, regardait, quasiment en direct, les tours jumelles du World Trade Center à Manhattan s’effondrer. Quatre avions de ligne, avaient  été détournés de leur destination et deux d’entre eux  projetés sur les tours par des terroristes du réseau djihadiste d’Al Quaïda. Oussama  Ben Laden  était le commanditaire de cet attentat. L’Amérique découvrait qu’elle  pouvait être victime du terrorisme islamique malgré son éloignement géographique.


L’État islamique


Treize ans après, malgré la guerre en Afghanistan, l’intervention américaine en Irak, les coups  portés à Al Quaïda, la mort de Ben Laden, le terrorisme ne cesse d’étendre son champ d’action. Sous différentes appellations et obédiences, il frappe au  Mali, au Cameroun, au Nigéria, en Tunisie, en Libye. Au Moyen-Orient, une nouvelle organisation djihadiste, EI, Daash en arabe, s’est emparé de larges portions de territoire en Irak et en Syrie et a proclamé le califat. 
Sa sauvagerie, sa férocité sont inégalées à ce jour, au point que ses crimes  sont condamnés par Al Qaïda, pourtant orfèvre en la matière. L’État islamique se livre à une épuration ethnique par le fer et la terreur, contre tous ceux qui ne sont pas des musulmans sunnites. Il veut, pour recréer le Califat des premiers successeurs de Mahomet, faire exploser les frontières héritées de la première guerre mondiale. Celles qui avaient, à la suite des accords Sykes- Picot, découpé  artificiellement le Moyen-Orient en État-nations.
Accords de Sykes-Picot

L’ensemble du monde occidental a été bouleversé  par la décapitation, l’égorgement pour être plus précis, des deux journalistes américains qui étaient retenus en otages par les djihadistes de l’État islamique. Le président Obama, après avoir temporisé pendant de nombreux mois, souhaite maintenant organiser contre eux, une opération militaire internationale. Les États-Unis se livrent déjà, en Irak, à des frappes aériennes contre les forces du califat, ils envisagent sans doute d’en faire autant en Syrie ; mais comme s’en sont rendus compte les Israéliens à Gaza, quel que soit leur nombre, les frappes aériennes ne suffisent pas, il faut intervenir sur le terrain.

Hydre terroriste

Les Américains n’y  sont pas prêts ; le président Obama s’était engagé à retirer ses troupes d’Irak, il lui est difficile de revenir sur cet engagement. Pour mener à bien cette opération militaire, il faudrait, que des troupes en provenance de plusieurs pays opèrent conjointement sur le terrain en bénéficiant  d’un appui logistique que seuls les États-Unis et à un degré moindre la Grande Bretagne et la France sont capables de leurs fournir. Les États sunnites modérés de la région qui sont, à plus ou moins court terme, les cibles principales de ces mouvements djihadistes doivent aussi s’engager à combattre au sein de cette coalition. Ils ne peuvent se contenter de payer pour assurer leur sécurité d’autant plus que, directement ou indirectement, ils ont été à l’origine de cette hydre terroriste qui, maintenant, se retourne contre eux.
Hassan El Banna

Ils ont encouragé, financièrement, le développement de l’islam le plus rétrograde, ils ont soutenu les salafistes, les Frères musulmans à qui  leur fondateur, Hassan El Banna avait fixé comme but «la lutte contre l’emprise laïque occidentale, contre l’imitation aveugle du modèle européen et la fondation d’un grand État islamique, fondé sur l’application de la charia sur toute la planète». Pour ceux qui ne le sauraient pas ou qui l’auraient oublié, le Hamas est une émanation des Frères musulmans et cela explique son attitude dans le conflit israélo-palestinien. Quelles  que soient leur obédience, les méthodes employées, sanguinaires ou cauteleuses, les organisations qui se réclament de l’islamisme poursuivent le même objectif.

CFCM



Nous devons saluer une décision réconfortante mais dont il faudra suivre les développements ; le Conseil français du culte musulman a pris la défense des chrétiens d’Orient dans un appel solennel proclamé à la Grande Mosquée de Paris : «il dénonce sans ambiguïté ces actes terroristes qui constituent des crimes contre l’humanité et déclare solennellement que ces groupes, leurs recrues, leur soutien ne peuvent se prévaloir de l’islam ; des barbares sont en train de perpétrer des pires crimes contre l’humanité et menacent actuellement les population mais aussi la stabilité et la paix entre les peuples de toute la région» Les signataires affirment «le droit inaliénable de leurs frères chrétiens d’Orient à rester et à vivre sur leur terre dans la dignité et la sécurité et à pratiquer leur foi en toute liberté». 
Cette proclamation sera suivie d’une action dans toutes les mosquées de France et d’Europe, demain, à l’occasion de la grande prière du vendredi. Les Musulmans de France, à travers leurs institutions, condamnent publiquement l’extrémisme islamique, s’en désolidarisent, c’est un message fort qu’ils adressent à leurs coreligionnaires  et à tous leurs concitoyens.

Aucun commentaire: