ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

lundi 25 août 2014

L'EUROPE DE L'ATLANTIQUE À L'OURAL Par Marianne ARNAUD



L'EUROPE DE L'ATLANTIQUE À L'OURAL

Par Marianne ARNAUD





          
          Cette formule serait tirée d'un discours de De Gaulle prononcé en novembre 1959 à Strasbourg : «Oui, c'est l'Europe, depuis l'Atlantique jusqu'à l'Oural, c'est l'Europe, c'est toute l'Europe, qui décidera du destin du monde !»



          Mais dès 1950, De Gaulle avait déjà exprimé cette idée. En pleine guerre froide, sa vision de l'Europe remettait en cause l'ordre établi au lendemain de la Seconde guerre mondiale. De Gaulle refuse la division de l'Europe qu'il juge «artificielle et stérile» et qu'il n'hésite pas à qualifier de «pire mal de notre époque». Son Europe est celle de la réalité historique et géographique. Son projet est un grand espoir d'équilibre et de paix. L'Europe de l'Atlantique à l'Oural sous-entend pour lui, la réconciliation franco-allemande ; le règlement du problème allemand devant déboucher sur l'unification de l'Allemagne, et inclut la Russie. De Gaulle a toujours été convaincu que les idéologies et les régimes passent, et que seules les Nations demeurent.



          Peut-être devrions-nous nous en souvenir au moment où nous nous apprêtons à commémorer le soixante-dixième anniversaire de l'entrée de De Gaulle dans Paris libéré ?

          Peut-être devrions-nous nous poser la question de savoir pourquoi cette UE voulue par les Américains, qui devait nous apporter prospérité et paix, aboutit aujourd'hui à la crise financière et économique dans la majorité des pays membres, et à la guerre civile à nos portes ? 

Source : article de Alain Kerherve – paru le 15/06/2010 - http:// www. gaullisme.fr

3 commentaires:

Albert GUENOUN a dit…

Je suis entierement daccord avec cet article - mais depuis la guerre froide il subsiste une idee recue en Europe de l'ouest concernant l'Europe de l'Est : les russes communistes et leurs satelites sont nos ennemis . Depuis que j'ai travaille dans les pays de l'Est Tchequie,Hongrie,Roumanie,Bulgarie, et maintenant Ukraine j'ai senti parmi la jeune generation un profond desir de tourner la page du communisme et de se tourner resolument vers l'Europe de l'ouest . Ce qui empeche actuellement ce mouvement profond c'est leur administration dont le fonctionnement et les methodes restent toujours derives du comunisme meme s'ils sont pour certains dans l'UE . C'est en Ukraine que c'est le plus flagrant avec une jeunesse qui aspire a plus de liberte et une ouverture plus grande vers l'Europe de l'ouest et une partie de l'administration tres corrompue reste fidele aux principes communistes et s'accroche a ses privileges . Il n'y a que 6 mois que Ianoukovitch a ete chasse de Kiev mais les purges de ses partisans n'ont pas encore eu lieu . En resume ce sont les pays dits de l'est qui ayant resiste ou ne soufrant pas le l'immigration galopante qui constituent actuellement l'avenir de l'Europe . DeGaule etait un visionnaire sur ce plan l'Europe de l'Atlantique a l'Oural !!!

Marianne ARNAUD a dit…

Je ne ferai l'affront à personne de rappeler le voyage si haut en couleurs, de Pierre le Grand de Russie à la cour de Versailles en 1717 ; ni l'amitié de Catherine II pour Voltaire et Diderot ; ni l'alliance franco-russe qui fut en vigueur de 1892 à 1917 ; mais à la question : "Qu'avons-nous à voir avec l'Oural ?" je me contenterai de citer Gabriel Matzneff qui, dans un article récent du Point écrit : "Certes la Russie n'appartient pas à l'Union européenne qui siège à Bruxelles, mais elle appartient à l'Europe de Dante et de Tolstoï, de Voltaire et de Dostoïevski, de Thomas Mann et de Berdiaev, de Ronsard et d'Akhmatova, c'est-à-dire la seule Europe qui importe à "nous autres bons Européens" (Nietzsche), l'unique Europe dont nous nous sentions les héritiers et qui ait place dans nos coeurs."

Marianne ARNAUD a dit…

@ Albert GUENOUN

Je vous remercie pour ce très intéressant commentaire.
Je ne saurais assez vous conseiller la lecture de cet article de Gabriel Matzneff dont je parle par ailleurs, que vous pourrez trouver en tapant "amitié franco-russe" sur votre google.
Semblant tout à fait aller dans le sens de ce que vous dites, il écrit :

"Aussi, la manière dont l'Élysée et le Quai d'Orsay traitent les Russes comme s'il s'agissait d'un peuple ennemi, et prennent systématiquement le parti de Washington contre celui de Moscou, est honteuse, comme est honteuse la façon dont les professionnels de la défense des droits de l'homme feignent d'oublier que la Russie a subi un régime dictatorial qui, pendant soixante-dix ans, s'est férocement appliqué à détruire ses racines spirituelles, à le lobotomiser ; qu'après les souffrances que le peuple russe a subies, il a plus que jamais besoin de l'amitié et du soutien de ses alliés traditionnels, au premier rang desquels figure la France."