ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

dimanche 13 juillet 2014

MES CHERS AMIS ISRAÉLIENS Par Marianne ARNAUD



MES CHERS AMIS ISRAÉLIENS

Par Marianne ARNAUD
copyright © Temps et Contretemps




          Comment vous assurer de ma sympathie dans l'épreuve que vous vivez aujourd'hui, tout en gardant la lucidité qui est indispensable dans une situation aussi dramatique que la vôtre ? Comment nier qu'une nouvelle guerre entre Israël risquerait d'embraser toute la région ? Comment ne pas comprendre que les extrémistes du Hamas sont prêts à sacrifier le peuple de Gaza pour gagner la guerre psychologique grâce à la disproportion des forces en présence ?



Génocide

Cette stratégie mortelle devrait voir la communauté internationale se liguer contre Israël. Déjà la télévision française nous a montré les images d'une manifestation de Palestiniens à Paris. Quelques morts de plus et ce sont des milliers de gens qui risqueront de descendre dans la rue contre le «génocide» des Palestiniens.
Ran Halevi

Mais que répondre à l'historien Ran Halévi qui déclare que «monsieur Netanyahou porte une lourde responsabilité dans cette crise» ? Il lui reproche de n'avoir pas noué de vrai dialogue avec son interlocuteur palestinien, «excepté une déclaration de principe en faveur de la solution des deux États». Mais il en aurait «sapé la voie par l'accélération massive de la colonisation» ?
Déclaration Balfour

J'ai relu la déclaration de lord Balfour de 1917 qui demandait «un foyer national juif». Mais combien sont-ils parmi les signataires de Bâle qui auraient signé s'ils avaient su qu'ils signaient pour la constitution d'un foyer de guerre dont on ne verrait plus la fin ? Au moment où les États-Unis semblent vouloir prendre leurs distances, ne serait-il pas le moment de faire un retour en arrière et se souvenir de cette rencontre de Sadate, Golda Meir et Menahem Begin à Jérusalem où, me dit-on, tout le monde avait compris que les Arabes acceptaient l'existence d'Israël «dans des frontières sûres et reconnues» ?

Survie

Bien sûr, il y a la question du statut de Jérusalem, du retour des réfugiés, ainsi que celle des colonies, et peut-être d'autres encore, mais à trop attendre, c'est Israël lui-même, qui risque sa survie !

Chers amis israéliens, j'espère que vous comprendrez que c'est le désarroi dans lequel me met votre situation qui m'a poussée à m'enhardir, moi qui ne suis pas israélienne, jusqu'à vous dire ce que j'avais sur le cœur. Si je ne l'avais pas fait, il me semble que j'aurais manqué de ce courage qui veut que, quoi qu'il arrive, on se doit de dire ce qu'on croit être la vérité, à ses amis.
Je souhaite que chaque Israélien puisse, à son niveau, oublier ses rancœurs, même si elles sont largement justifiées, pour ne penser qu'à l'avenir d'Israël qui doit vivre.

10 commentaires:

邓大平 עמנואל דובשק Emmanuel Doubchak a dit…

Chère amie,

Nous avons eu besoin d'un foyer en Israël, notre terre ancestrale, vu que dans le cadre de l'Europe nationale et nationaliste du XIXème siècle et du XXème naissant, les Juifs, seule nation d'Europe jusqu'à cette époque, vu que les autres appartenaient à des Empires ou des royaumes, se voyaient non seulement exclus des solutions nationales présentes et à venir, mais en plus de cela, poursuivis et pourchassés, ils n'avaient d'autre choix que de se retrouver un foyer national. Ce foyer leur fut octroyé par la SDN avec un protectorat britannique qui très vite se transforma en occupation, vu que le foyer juif se vit refuser l'afflux de Juifs à la période la plus sombre de l'Histoire européenne, laquelle histoire est encore loin d'être finie et fut amputé de la Transjordanie par la puissance occupante, ajoutant encore un état arabe à une longue liste tout en diminuant la superficie du futur Etat juif.

L'Europe n'a que trop longtemps ignoré les Juifs et parqué leur identité dans ses propres catégories de pensée, de l'Eglise à Sartre, du Marxisme à l'Hitlérisme. Les Juifs continuent à constituer un fantasme collectif puissant, une drogue mondiale qui fait jouir des Chavez, des Ahmedinejad et autres Le Pen, amis du Hamas, du Hezbollah et des autres totalitarismes meurtriers.

Le problème du Proche-Orient, c'est que les conflits y sont bien moins des conflits d'intérêts que des conflits dans le fil droit des fantasmes. Netanyahu et sa droite ne sont certes pas innocents dans les critiques adressées à Israël, mais n'oublions pas que la personne qui a déclaré l'Intifadat El Aqsa, sur fond islamiste, et bien avant la montée de Sharon sur le Mont du Temple, était le partenaire "pour la Paix" d'Itzhak Rabin, un pacifiste réel. Le dialogue de sourds est total et l'Europe n'y est pas pour rien en ne dénonçant pas le "misérabilisme" systématique des Palestiniens en particulier et des Arabes en général, lesquels s'étripent allègrement sans aucun lien avec notre petit lopin de terre qui devait constituer le foyer juif de la Méditerranée à la frontière orientale de la Jordanie.

C'est en tant que modéré, opposé à l'entreprise d'implantations sauvages ou moins, que je jette un regard critique sur nos voisins palestiniens qui n'ont pas manqué eux non plus une occasion de rater l'occasion de faire la paix.

L'Etat Juif est une nécessité que souligne encore la situation en Europe, et ce n'est pas qu'une nécessité, c'est un droit à l'autodétermination que nous devons assumer, malgré les difficultés qui pourraient rendre l'entreprise sioniste, une entreprise "risquée". La non existence de notre Etat serait une catastrophe pour notre peuple, et le choix n'existe pas entre une bonne solution et une moins bonne solution.

Marianne ARNAUD a dit…

@ Emmanuel Doubchak

Vous n'imaginez pas mon soulagement quand j'ai lu votre : "Chère amie", tellement j'atais consciente que ma grande ignorance, ajoutée au fait que je n'étais pas l'une des vôtres, ne me donnait aucun droit de m'imiscer et de juger de la politique menée par Israël.
Vous dites : "L'Europe n'a que trop longtemps ignoré les Juifs". C'est sans doute vrai, mais le Monde, lui, sait tout ce qu'il doit aux artistes, écrivains, médecins et savants juifs !
Qu'adviennent donc, ceux qui sauront briser l'arc de la guerre et que Jérusalem, "Ville de la paix", soit enfin la bien nommée.

Avec mes remerciements et ma plus profonde sympathie.

Catoneo a dit…

M. Doubchak parle de l'établissement du Foyer juif de la SDN et son rétrécissement ultérieur comme s'il s'agissait du désert de Gobi. C'est occulter que la terre offerte était déjà peuplée (y compris par de petites communautés juives comme à Hébron). Je ne développerai pas.

La "solution" du conflit se heurte à deux antagonismes convergents qu'on dissimule trop souvent : les intérêts catégoriels à la guerre sans fin. Le Hamas ne survit que grâce à cette occupation-protectorat musclé ; le complexe industriel israélien lié à la défense nationale profite éhontément du budget dédié à cette guerre de cent ans qu'il veut voir croître.
La haine est cultivée de part et d'autre comme du chiendent.

Geneviève Boyer a dit…

Je vais assumer une déclaration, qui est le reflet d'une pensée qui me vient chaque fois que je me cogne, en tant que française, européenne, non juive, et donc destinataire de ce que Emmanuel Doubchak m'envoie : "L'Europe a trop longtemps ignoré les juifs et parqué leur identité dans ses propres catégories de pensée -l'église, Sartre, Marx, Hitler- .. ils continuent à constituer un fantasme collectif puissant, une drogue mondiale .. les conflits au Proche-Orient sont ds le droit fil des fantasmes .."
Fantasmer est une chose humaine par excellence : puisque personne n'y échappe cela veut dire que tout le monde fantasme, les juifs et les israéliens comme les autres.
Votre fantasme à vous, dans le droit fil d'une incontestable réalité, mais dont le monde n'a pas voulu je vous le rappelle, vous empêche d'imaginer que pour les européens (et non pas Leurope) ou les français (le peuple le plus laique du monde) vous ne constituez absolument pas un fantasme collectif (alors "puissant" n'en parlons pas). Votre douleur quant au sort des juifs en général et des israëliens en particulier vous conduit à fantasmer un fantasme anti-juif qui serait une "drogue mondiale".
Je ne sais pas quelle force, ou quel déplacement de pensée il faudrait pour que vous réussissiez à déplacer ce fantasme là, qui a certainement son utilité, mais qui ne me concerne pas.
Je souhaite longue vie et tranquillité aux juifs et à l'état d'Israël. Je le fais en tant qu'une, mais ne doutez pas que je ne sois qu'une parmi d'autres.
Et je ne vais pas me justifier cinquante mille fois. J'ai désiré le faire ici parce que j'ai désiré à la fois dire ma solidarité, à ma manière, avec l'engagement de Marianne, et mon refus d'être objectivée en un objet que je ne suis pas.

Marianne ARNAUD a dit…

@ Geneviève Boyer

Ce n'est pas la première fois que, vous lisant ici, vous me donnez l'impresion qu'un clapet jusque là verouillé de mon entendement, s'ouvre soudainement tout grand.
Je vous remercie, non seulement de dire votre solidarité avec ce que vous appelez mon "engagement" pourtant bien hésitant et bien timide, mais surtout de peut-être permettre à nos amis israéliens d'avoir une autre vision du regard que nous portons sur eux.

Agathe DUBOIS a dit…

Chaque israélien désirerait plus que tout au monde vivre en paix, et en sécurité ! Pourquoi cette question est elle toujours posée à sens unique ? C'est exaspérant ! A qui devons nous tendre la main ? Si vous avez la solution que nous cherchons depuis 60 ans donnez là et assez de circonvolutions. Sous votre propos bienveillant, vous accusez néanmoins Israel de ne faire aucun effort

邓大平 עמנואל דובשק Emmanuel Doubchak a dit…

En tant que non Juive, vous n'avez pas été l'objet de ces remarques incessantes, parfois franches, souvent pernicieuses, qui ont accompagné tout mon parcours en France, un harcèlement quasi-quotidien.

Nous fantasmons tous, certes, mais vous supposez une paranoïa, là où il n'y a qu'un constat face à une réalité que, je le comprends, vous n'avez pas eu à affronter. Les Français que vous croyez représenter, j'en connais, mais je connais aussi cette lame de fond de la réalité française qui met presque au pouvoir un front national à peine dénazifié, et si vous viviez en tant que Juif en France, ce danger-là, vous le prendriez plus au sérieux avec ses 40% dans certaines régions. Certains Français laïques voient dans les Juifs le comble de l'irrationnel parce que croyants et d'autres religieux voient dans d'autres Juifs ou dans tous, des matérialistes mécréants. Avec des chiffres aussi élevés pour l'extrême droite en Europe, qui à quelques exceptions près, était du mauvais côté du poignard nazi, et tous ceux qui ne le dénoncent pas, il y a de fortes chances pour que mes fantasmes ne soient pas infondés. J'ai prédit cette situation en 89 et suis reparti en Israël.

Qu'il y ait des Justes et des gens bien partout, ce n'est pas un secret, et seuls des vrais paranoïaques pourraient dire le contraire, et nous ne sommes pas à l'abri de nos propres fantasmes, de nos propres fanatiques, qui me traiteraient de gauchiste ou de traitre ou de mécréant ou de je ne sais quoi. J'ai suffisamment d'incendies à éteindre sur ce plan-là pour l'ignorer.

Mais ne prenez pas votre cas pour une généralité suffisante.

La République ne reconnaît ni le fait ethnique, ni le fait national juif en France, et de ce fait tout acte antisémite y est qualifié d'atteinte à autrui en raison de sa foi. Ma foi, c'est un peu court, puisque moi aussi je suis laïc, athée et républicain, or la République, celle qu'on vit et pas celle qu'on fantasme, cette République, m'a semblé minimiser voir ignorer, pire nier, tous les très nombreux actes (dont seuls les personnes proches de la communauté étaient au courant) visant des Juifs et des institutions juives depuis la fin des années 70.
Je ne condamne pas l'ignorance, vu que nombreux sont les Juifs en France ou dans le monde qui ignoraient ces faits, mais ce mépris pour la réalité, cette dénégation, ne sont pas une excuse pour me dire, comme Marek Halter, que les Juifs doivent avoir confiance.

Alors, oui, je vous dis merci de nous aimer et de nous respecter, mais je vous prie de vous renseigner et surtout de me demander de ne pas voir une réalité, sous prétexte qu'à vos yeux c'est un fantasme !

Les FN, Jobbik, Dieudonnistes, Néo et moins néo-nazis européens n'ont rien d'un fantasme, et les attentats non plus. Aimer, c'est aussi respecter la parole d'autrui qui vous décrit une situation que vous ignorez. La dernière expulsion d'une communauté juive date des années 80 et ce n'était plus un pays arabe, vu qu'ils étaient pratiquement tous Judenrein.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_des_Juifs_au_Nicaragua

Petite communauté certes, mais un même esprit règne au Venezuela ces dernières années.

Non, nous ne sommes pas seuls, ni les seuls, mais ignorer les faits n'apporte rien. Qu'on soit pour la paix, ou pour les territoires, en Diaspora ou en Israël.

邓大平 עמנואל דובשק Emmanuel Doubchak a dit…

Au contraire Monsieur Catoneo, il faut développer et dire les faits, ceux connus des historiens et géographes et des spécialistes, quant à la réalité démographique et politique de la Palestine occupée par les Turcs, où les effendis de Damas disposaient de serfs, et où les Juifs, majoritaires à Jérusalem étaient persécutés par les Ottomans (voir le magnifique film de Havilio).

Les Juifs n'ont pas été les seuls attirés par le développement insufflé par les impérialismes européens et même américains, et ces faits aussi sont importants à connaître, dans la genèse du conflit.

Quant à vos propos sur l'appareil militaro-industriel, je ne peux nier un fantasme, qui s'il s'appuie sur des réalités vérifiables au niveau économique, ne signifie pas que les motivations et agissements supposés soient de type conspirationniste. Si pour défendre un état on a besoin de ces gens-là qui profitent de leur statut, que cette nécessité ne soit pas considérée comme le but et non pas la conséquence des réalités sécuritaires du pays. La France aurait mieux fait d'avoir ce genre d'"appareil" en abordant la Première (vous savez, la der de der) et surtout la seconde, où les pacifistes (que je ne condamne pas) ont poussé à l'effondrement de la défense française et à la honte de l'occupation nazie. Trop facile de mettre toujours dos à dos des personnes en conflit. Je suppose que quand vous receviez une taloche de votre mère ou les remontrances de votre maîtresse d'école après vous être fait agresser par un camarade, vous aviez le sens d'une injustice flagrante. Alors, prière de ne pas mettre Hamas et Fatah dans le même sac, ni même droite et gauche, centre et extrême centre sur le même plan. Venez ici voir la démocratie israélienne vibrer et les débats contradictoires à la télévision pour comprendre que vous ne connaissez rien à notre réalité. Nous avons de très nombreuses raisons d'être fiers et quelques-unes d'être honteux...

Israël a laissé suffisamment de temps au Hamas pour arrêter de tirer sur Israël pour que vos accusations soient nulles et non avenues.

Geneviève Boyer a dit…

Marianne, merci.
Emmanuel Doubchak,
merci d'avoir pris la peine de me réponde si longuement. Et aussi d'avoir saisi l'idée que je voulais transmettre, à partir du mot fantasme que vous m'avez en quelque sorte donné.
Bien sûr que je ne connais pas toute la réalité concernant la vie de qui que ce soit, pas plus que quiconque ne connait la mienne "en tant que".
J'accepte votre conseil : "ne prenez pas votre cas pour une généralité". Acceptez le mien en retour : "ne généralisez pas".
Amicalement,

CATONEO a dit…

@ M. Doubchak
Je ne soutiens la thèse d'aucune conspiration. De part et d'autre l'alternative de crise penche toujours vers le gros marteau, parce que ça arrange beaucoup de gens. Les deux peuples en souffrent terriblement, qui en plus sont soumis à une propagande intense.

J'ai dit que je développerai pas le segment historique mais j'en peux donner le motif. Cela fera soixante-dix ans bientôt (70!) que les parties prenantes se bombardent d'arguments historiques, à nul effet !

Il est peut-être temps de laisser tomber les archives et de procéder à des analyses factuelles tirées d'observations actuelles et de cesser le procès en antériorité carrément stupide après 70 ans de guerre. A moins que cet état d'insécurité ne fasse partie du trip israélien. Je me pose la question.