ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mardi 29 juillet 2014

GAGNER LA PAIX Par Marianne ARNAUD



GAGNER LA PAIX

Par Marianne ARNAUD
copyright © Temps et Contretemps


Ne faudrait-il pas que dès à présent, Israël se prépare à la paix? Car si Tsahal a maintes fois prouvé qu'il savait gagner les guerres, jusqu'à aujourd'hui, Israël n'a toujours pas su ou pas vraiment voulu, gagner la paix. Or il apparaît que le prix de ces guerres israélo-palestiniennes est de plus en plus lourd à payer.




Presque quarante ans après la guerre des-Six-jours, Renaud Girard nous rappelle cette prophétie du général De Gaulle qui, à l'époque, considérait que l'occupation des territoires arabes conquis par la guerre serait une catastrophe pour Israël. Comment ne pas se souvenir que dès la victoire de juin 1967, Yitzhak  Rabin, chef d'État-major, voulait rendre la Cisjordanie et la bande de Gaza aux Arabes ?
Et dès les débuts de cette nouvelle offensive d'Israël sur Gaza, comment ignorer que Elie Barnavi avait prévu : «On sait comment on entre à Gaza, mais jamais quand on peut en sortir» ?
- Mais on vous a donné une terre en échange de paix
- Nous voulons cette partie !

Alors, lisant monsieur Benillouche entre les lignes, et l'écoutant entre les mots, je me dis que les Israéliens sont peut-être plus prêts qu'on ne le croit – après tant de guerres inutiles – d'exiger de leur classe politique de ne plus se contenter de vagues déclarations sans suite, sur la solution des deux États, mais au contraire de commencer de vraies discussions de paix avec les Palestiniens, pour en dessiner les contours.
Israël n'a pas d'autre solution que d'accepter de s'intégrer au sein du monde arabe, faute de quoi le risque serait grand de le voir disparaître. Or le génie d'Israël doit pouvoir continuer à vivre et à se déployer dans cette zone du monde, pour le plus grand bien de ses habitants et de ceux de toute la région, qu'ils soient juifs, musulmans ou chrétiens.

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Encore une leçon de morale.

Les Israéliens savent ce qu'ils ont à faire Madame Arnaud

Pat Quartier a dit…

Voilà bien des conseils inutiles, totalement inapplicables dans la réalité du Moyen Orient...et qui au fond nous agacent de la part de personnes vivant ce conflit à distance.
La prose de Madame Arnaud -cela a son honneur-est le produit d'une pensée logique et rationnelle à l'occidentale dans le cadre d'un conflit classique...
Mais une pensée qui ne veut ou ne peut comprendre que le but poursuivi -avant 1948 ou aprés 1948 par des ennemis -qu'ils s'appellent Hamas ou Olp ou Fatah -et demain allah sait quoi- est ,reste et restera-jusqu'à nouvel ordre- l'éradication d'Israel,l'un par des moyens militaires, l'autre par la diplomatie.
Aucun accord n'est faisable ni possible avec des musulmans qui appliquant à la lettre le Coran ont pour principe que les juifs n'ont pas de place sur une terre musulmane.
Le reste, rationnel hors théologie musulmane, n'est que bavardage eu égard ce que Madame arnaud évite de relever savoir que la superficie d'Israel est ridicule en rapport des immenses espaces arabes CE QUI SIGNIFIE QUE LE LITIGE n'est pas territorial.
De ce fait, il n'est pas honnête de mettre tout non réglement du conflit sur le dos d'Isael au prétexte "qu'il n'en fait pas assez" argumentaire classique de la gauche israélienne de messieurs Greilsammer ou Denis charbit.
Les accords d'Oslo n'ont pas duré deux heures qu'Arafat spécialiste du double langage ait lancé des attentats meurtriers.
Israel se retire de Gaza au prix d'une catastrophe humanitaire juive-non encore réglée aujourd'hui- qu'on vient faire croire à l'antienne que "Gaza est occupée".
A chaque fois un prix trés lourd est à payer tant que ne sera pas abordé le problème de fond irréductible: l'ISLAM.
Car Madame Arnaud votre façon de réagir peut être retournée avec un même argumentaire idiot que celui qu'utilisent les bonnes âmes du politiquement correct en France face aux racailles qui mettent à feu les banlieues et les villes : "c'est un problème social on ne fait pas assez pour les intégrer, notre société est responsable".
Pourquoi ce langage que vous dénoncez à juste titre chez vous dans votre pays est-il subitement oblitéré pour traiter de nos problèmes encore bien plus complexes.
Si compreniez que ces gens la NE VEULENT PAS D'UN ETAT PALESTINIEN mais seulement prendre la place du notre, si possible sans juifs (et plus tard sans chétiens ni églises comme à Gaza islamiquement purifiée et bientôt à Bethlehem sous l'autorité d'AbouMazen- vu les brimades qu'ils subissent, la population ayant dramatiquement chutée)),vous vous abstiendriez de conseils faciles au moment où nos enfants tombent sur "le front des tunnels."
Des tunnels qui feront un jour chez vous en france -je n'en doute pas une apparition-, les mauvaises idées souterraines ressurgissant toujours lorsqu'on nomme mal les choses par cécité.

Anonyme a dit…

Bravo Pat Quartier !

Vous avez tout dit !

Marianne ARNAUD a dit…

@ Pat Quartier

Voilà qui est dit et bien dit.
Mais que devrait-on conclure de ce que vous avancez ici ?
Que Israël, à cause de l'exiguité de son territoire "ridicule en rapport des immenses espaces arabes", ne sera jamais accepté par l'Islam, en tant qu'Etat et à fortiori en tant qu'Etat juif ?
Et que répondre alors à ceux qui, comme Ran Halevy, reprochent à Netanyahou d'avoir mis au défi les Palestiniens de reconnaître Israël comme Etat juif, pour déclarer, devant leur refus, qu'"il n'y a pas de partenaire" ? Et ensuite d'avoir profité de "six longues années de stabilité et de prospérité, qui lui donnaient l'illusion de pouvoir donner du temps au temps, alors que le monde arabe basculait dans le chaos ?
Que répondre aussi à ceux qui affirment que "si Israël continue sur la voie actuelle, s'il persiste à ne pas préparer un état viable pour les Palestiniens, il signe l'arrêt de mort de l'Etat juif voulu par Theodor Herzl. Car aujourd'hui, de la mer au Jourdain, les Arabes sont déjà aussi nombreux que les Juifs", ainsi que l'écrit Renaud Girard dans Le Figaro de ce 22 juillet ?
Je vous prie de croire qu'il n'était nullement dans mon intention de donner "des conseils faciles" aux Israéliens dont je mesure les difficultés qu'ils ont à affronter aujourd'hui. Tout au plus pourra-t-on me reprocher d'anticiper la victoire de Tsahal, et d'essayer d'attirer l'attention sur le fait que presque soixante-dix ans de guerres dàjà, n'ont pas pu donner à Israël la sécurité à laquelle il a droit.
J'ai toujours considéré que Israël était la tête de pont de la civilisation judéo-chrétienne au Moyen-Orient. Je suis consciente que si Israël devait disparaîttre de cette région, le choc serait terrible pour la culture européenne, comme il est déjà terrible pour les chrétiens d'Irak qui sont exterminés, en ce moment même, dans un silence à peu près total de la communauté internationale.

Très cordialement

richardhadjaje@hot a dit…

La vérité claire concise quand le monde occidental comprendras cette réalité il sera trop tard pour eux ou il nous soutiendrons
Merci infiniment Pat Quartier

kravi a dit…

Marianne, vous me surprenez.
D'abord, et pour la millième fois, il n'y a pas d'occupation par Israël. En revanche, il y a eu en 67 libération des territoires occupés par la Jordanie.
Pat quartier vous a parfaitement répondu. À maintes reprises, les Israéliens ont prouvé qu'ils réclamaient la paix. À maintes reprises, les Arabes l'ont refusé sous des prétextes aussi futiles que fallacieux.
Quand l'Occident comprendra-t-il que les actuels dirigeants arabes ne veulent qu'une seule chose, la destruction d'Israël ?
Gagnez la paix ? Si vis pacem para bellum.

Marc a dit…

Bonsoir,

Je ne partage que rarement les analyses de Marianne mais il faut savoir aussi entendre quand des arguments sont pertinents.

Bon, je reconnais quand même que les perpétuelles références de Mme Arnaud à De Gaulle ou encore le fait de prendre Barnavi comme le parangon de l'intellectuel Israélien propre sur lui me lassent un peu.

Cependant, l’auteur de l'article a raison sur deux points:

1. Je pense qu’Israël n'a pas SU (et non Voulu) faire la paix. Tout aurait dû être soldé en 1979 avec les accords de Camp David. Faire pression à ce moment là pour obtenir un accord de paix global avec la Jordanie et restituer les territoires gagnés en 67.

Pourquoi cela n'a pas été fait?

Si dans un premier temps, garder la Cisjordanie était une nécessité militaire stratégique pour que Tsahal puisse avoir une plus grande profondeur d'action, cette réalité s'est estompée en une volonté légitime - et que je partage encore pour l'instant - de garder la terre où le peuple Juif a vu le jour et a prospéré.

2. Cependant, je me demande maintenant si cette vision n'est pas arrivée à son terme.

La vérité est qu'effectivement la perspective de garder la Judée et la Samarie (et non plus la Cisjordanie) ne se traduira finalement que par un état binational qui ne dirait pas son nom et où le caractère Juif d’Israël disparaitrait. Cela je ne l'accepterai jamais!

Enfin, pour répondre @ Pat Quartier, Israël a d'ores et déjà perdu la guerre diplomatique! Il faut avoir le courage de l'accepter une bonne fois pour toute. Le sionisme post 1948 est définitivement mort. Le monde ne soutiendra pas (ou plus) Israël.

Militairement on est toujours les plus forts sans aucun doute. Mais pour combien de temps encore et surtout pour en faire quoi...

Il faut maintenant s'élever à la hauteur des pères fondateurs pour repenser le sionisme et l'encrer dans le 21ème siècle. Une révolution intellectuelle, philosophique et religieuse est à mener pour que l’État Juif d’Israël survive - encore et toujours - à ceux qui n'ont de cesse de vouloir l'anéantir.

Pour l'instant, je ne trouve pas de solutions...