ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

vendredi 16 mai 2014

À DIX JOURS DES ÉLECTIONS EUROPÉENNES Par Gérard AKOUN



À DIX JOURS DES ÉLECTIONS EUROPÉENNES

Par Gérard AKOUN
Judaïques FM


Dans dix jours, le 25 mai, les citoyens des 28 pays qui constituent l’Union européenne sont appelés à voter pour renouveler le parlement européen. Les nouveaux députés éliront, dans un deuxième temps, celui ou celle qui devra présider la fameuse Commission de Bruxelles, que l’on charge, nous les Français, de tous les maux qui assaillent notre société. Souvent bien à tort d’ailleurs, car elle n’a pas pouvoir de décision ; son autonomie est toute relative, elle exécute les décisions importantes qui, elles,  sont prises au cours des réunions des chefs de gouvernement de l’Union. Son utilisation, comme bouc émissaire par tous les pouvoirs de droite comme de gauche, l’imposition, entre autres, de normes, quelques fois ubuesques, ont conforté le sentiment d’éloignement que ressentent  les citoyens, à l’égard de cette institution. 
Cliquer sur la suite pour écouter l'émission




Abstention forte


L’abstention est toujours importante, lors de ces consultations, et parmi les votants, beaucoup profitent de ce scrutin pour exprimer leur désaveu de la politique menée par leurs dirigeants. On le constate particulièrement en France et on le vérifiera encore au cours de cette élection.
Mais cette fois, la participation risque d’être encore plus faible, à peine 50% des électeurs devraient se rendre aux urnes. Les autres pays européens ne sont pas mieux lotis, en Allemagne, par exemple, le nombre d’abstentionnistes serait, selon les sondages, aussi important. Les Européens seraient-ils devenus plus europhobes, je ne le crois pas, bien que ce courant soit en expansion avec la montée du populisme et de l’extrême-droite. Ils deviennent eurosceptiques et ce scepticisme se rencontre plus, dans les pays fondateurs de l’Union, que chez les nouveaux entrants.
Les Français retiennent, majoritairement, dans  les réalisations concrètes de l’Europe : la paix qui règne depuis 70 ans, la liberté de circulation dans les États membres  avec une simple carte d’identité, la possibilité d’y travailler, l’euro, Erasmus qui a permis aux jeunes de fréquenter les universités des autres pays de l’Union…. La liste n’est pas exhaustive, cela fait partie maintenant des  acquis, quasi naturels,  mais  l’Europe n’a pas permis de baisser le chômage et d’augmenter la croissance. Cela tient aux divergences en matière économique et sociale entre les États membres, sur le fait qu’il n’y a pas eu d’approfondissement de l’union mais un élargissement de cette union à 28 États, qui a été peut être trop précipité.

L’union européenne a quand même réussi à surmonter la crise financière de 2008. L’inflation est voisine de zéro, mais le chômage et la croissance molle perdurent en France, en particulier, la pauvreté augmente et on assiste dans tous les pays de l’Union à une montée de partis nationalistes, xénophobes qui ont fait de  la lutte contre l’immigration leur cheval de bataille. Ces partis sont crédités de 20 à 25% des suffrages. En France, le FN arrive en tête dans les sondages avec 23% des voix  devançant l’UMP et le PS, il réclame le retour au franc, la sortie de l’Europe, le contrôle des frontières, la mise en œuvre d’un  protectionnisme.

Europe puissance économique
 
Le Pen - Mélenchon vus par Plantu
Quand on considère l’environnement politique, économique, militaire dans lequel se situe la France, quand on voit comment l’Europe, puissance économique s’il en est, a du mal à se faire entendre de la Russie, dans la crise ukrainienne, on peut se demander ce que pourrait faire la France seule ou même l’Allemagne dans une Europe disloquée. Les propositions des extrêmes-droites, comme celles des extrêmes-gauches sont des leurres, elles provoqueraient des dégâts, difficilement réparables, dans les pays dans lesquels elles s’appliqueraient. Nous ne devons pas envoyer au Parlement européen, des députés europhobes qui bloqueraient toutes les mesures qui permettraient un approfondissement de l’Union européenne. Face aux  États-Unis, à la Chine, à l’Inde, à la Russie, au Brésil, l’Europe doit présenter un front commun sur le plan politique, économique et militaire.
Selon un dernier sondage, 51% des Français sont persuadés que l’Europe est responsable de la permanence du chômage en France et de la situation de crise dans laquelle nous nous trouvons, c’est faux !! Ce serait pire encore sans l’Europe. Il nous reste que peu de jours avant le scrutin, mais il faut les utiliser pour convaincre nos concitoyens  d’aller voter et de soutenir ceux qui, à gauche comme à droite, souhaitent que l’Europe progresse et se renforce.


2 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…

Sauf le respect que je vous dois, permettez-moi de vous dire que votre article participe de l'éternel ron-ron que les Européens subissent élection après élection.
On brandit la démocratie alors que la démocratie eût exigé que l'on tienne compte de leur avis lors des référendums de 2005 où les peuples avaient exprimé très clairement - et à juste titre - qu'ils ne voulaient pas de cette EU à marche forcée, qu'on leur imposait.
Cette fois-ci il semblerait que le verdict des urnes sera sévère pour ces partis qui ont été complices de la gouvernance de l'UE, que les peuples pensent, à tort ou à raison, qu'elle s'est faite contre eux.

Très cordialement.

AMMONRUSQ a dit…

Mais je pense que cette Europe s'est faite sans les peuples européens,il n'y a cas voir la richesse des débats,il n'y en a pas.C'était pareil pour les élections municipales