ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

jeudi 6 février 2014

RECULADE Par Gérard AKOUN


RECULADE

Par Gérard AKOUN
Judaïques FM

Manifestation 26 janvier 2014 à République

Le président de la République a décidé, lundi, de retirer le projet de loi famille qui devait être présenté au Conseil des ministres, dans le courant du mois d’avril. Deux manifestations l’y ont contraint, toutes deux dirigées contre le pouvoir socialiste, même si elles n’obéissaient pas aux mêmes mots d’ordre. La première rassemblait le 26 janvier à Paris, les différents groupuscules d’extrême-droite, auxquels s’étaient joints, des pro-Dieudonné et toutes sortes de mécontents, pour  hurler des slogans racistes, antisémites et se battre avec la police.

Cliquer sur la suite pour écouter la chronique




Familiphobie

Manifestation du 2 février

La seconde, dont les animateurs avaient fait leurs premières armes contre le mariage pour tous, était, le 2 février à Lyon et à Paris, dirigée contre la familiphobie dont faisait preuve, à leurs yeux, François Hollande. Le gouvernement s’était, pourtant, engagé à ne pas introduire dans le texte qui serait présenté au Parlement, la procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples de femmes et la gestion pour autrui (GPA) pour laquelle la gauche éprouvait des réticences. Les 100.000 manifestants qui ont défilé à Lyon et à Paris, en grande majorité des catholiques de droite et d’extrême-droite, conservateurs, si ce n’est franchement réactionnaires,  il y avait bien quelques musulmans et quelques juifs perdus dans la foule,  ne  pouvaient être  réceptifs à ces promesses.

Ils s’opposent, en réalité, à ce que le droit prenne en compte l’évolution de la société, ils sont, le plus souvent libéraux, ultralibéraux en matière économique et ultraconservateurs en matière d’évolution sociétale. Ils étaient, eux ou leurs parents, opposés à la pilule, au droit à l’avortement, à l’abolition de la peine de mort, au PACS, au mariage pour tous.  Ces réformes ont, quand même, été adoptées. On les doit à la gauche soit parce qu’elle gouvernait, soit parce qu’elle  les avait soutenues alors qu’elle était dans  l’opposition. Les organisateurs du mouvement ont trouvé avec les réseaux sociaux une arme de mobilisation massive, un instrument de manipulation des esprits.

La « théorie du genre » affirme que l’identité sexuelle n’est pas déterminée uniquement par le sexe biologique mais est influencée par la société 

Un exemple : ils ont pris prétexte «de l’ABCD de l’égalité » introduit, à titre expérimental, dans quelques écoles maternelles et primaires afin de promouvoir l’égalité entre garçons et filles pour accuser Vincent Peillon, le ministre de l’éducation nationale de vouloir enseigner dans les écoles la «théorie du genre». C’est un  mensonge éhonté mais de très nombreuses familles plus crédules que d’autres s’en sont inquiétées au point de participer, en réaction, à une campagne de retrait de leurs enfants de l’école, un jour par semaine. Cette loi famille est repoussée sine die, dommage, car elle faisait, entre autres, la promotion de l’adoption simple des enfants placés, elle définissait le rôle des grands-parents, celui  des beaux-parents, près d’un million d’enfants vivent dans des familles recomposées, elle instituait la médiation en cas de séparation conflictuelle…

Retraite en bon ordre

Le président de la république et son gouvernement ont décidé de retirer ce projet à la suite de ces manifestations. Ils ont craint qu’en se développant, elles ne portent ombrage à ce qui est quand même, la priorité  en France aujourd’hui, la lutte contre le chômage et le redressement économique. Ils ont craint aussi que ces manifestations, en se poursuivant, ne provoquent la fusion de cette droite conservatrice avec la droite extrême de «jour de colère», une configuration qui profiterait au Front National très présent dimanche dernier. Cette reculade dans l’atmosphère délétère qui règne en France était sans doute nécessaire. 

Contrairement à son prédécesseur, François Hollande ne cherche pas à cliver mais à rassembler. Du moins il s’y essaie. Mais fallait-il s’avancer autant pour capituler aussi rapidement et décevoir son propre camp. L’Élysée et Matignon ne disposaient-t-ils pas d’informations qui leur auraient permis de mesurer la capacité de mobilisation de cette droite militante, et d’envisager éventuellement de faire retraite en bon ordre, de renoncer à ce projet avant que n’ait lieu la manifestation ?


2 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…

Cher monsieur Akoun,

Ainsi donc vous faites partie de ces 19% de Français qui font encore confiance à François Hollande alors que le peuple fatigué de ses voltes-faces, mensonges et reculades a décidé, en dehors du soutien des corps constitués – partis politiques et syndicats – de reprendre son destin en main en investissant la rue.
Mais n'est-il pas un peu facile de voir dans cette foule de manifestants de Paris et de Lyon du 2 février, une « grande majorité de catholiques de droite et d'extrême-droite, conservateurs si ce n'est franchement réactionnaires » ?
De même qu'écrire que « les organisateurs du mouvement ont trouvé un instrument de manipulation des esprits, n'est-ce pas, au mieux, une forme d'ignorance, au pire, un mépris affiché pour ces personnes – bien que vous concédiez tout de même « quelques musulmans et quelques juifs perdus dans la foule » - accusées de se laisser manipuler par ce que vous n'hésitez pas à appeler, un « mensonge éhonté » ?
Pourtant comment imaginer que vous puissiez ignorer l'interview du 31 août 2013 parue dans 20 Minutes où madame Najat Vallaud-Belkacem affirmait : « La théorie du genre, qui explique « l'identité sexuelle » des individus autant par le contexte socioculturel que par la biologie, a pour vertu d'aborder la question des inadmissibles inégalités persistantes entre les hommes et les femmes ou encore de l'homosexualité et de faire oeuvre de pédagogie sur ces sujets . »
De même ignoriez-vous ce que monsieur Peillon écrivait en février 2013 dans « Refondons l'école » : « La lutte contre les stéréotypes de genre … doit être menée avec force à tous les niveaux de l'enseignement. », ainsi que ce que Laura Slimani, la présidente des Jeunes socialistes qui déclarait encore le 1er février : « Oui le genre ça existe, nous allons l'enseigner à l'école. »
Ajoutons-y ce que Olivier Vial, le fondateur de l'Observatoire de la théorie du genre, note : « Depuis l'arrivée de la gauche au pouvoir, il y a une progression spectaculaire de son influence, liée notamment à la présence importante de militants dans les cabinets ministériels. »
Et si ce n'était pas encore suffisant, que dire du rapport Lunacek dont la Feuille de route directement inspirée des revendications d'ILGA Europe - version européenne du lobby LGBT - adoptée le mardi 4 février, qui préconise l'accès à la GPA et à la PMA pour les personnes LGBT, la possibilité pour les enfants d'avoir « plus de deux parents » « et de favoriser un enseignement objectif des questions concernant l'orientation sexuelle, l'identité de genre et l'expression du genre dans les écoles et les autres structures éducatives. »
Si vous n'en avez pas entendu parler, il faut croire que les parents ne sont pas passés à côté et se sont sentis suffisamment alarmés pour s'opposer calmement mais fermement au gouvernement et à François Hollande, ce qui a justifié la « reculade » pour essayer de parer à une débandade annoncée.
La vérité est qu'il semblerait bien que les Français ne supportent plus que le gouvernement leur dise tout et son contraire et, n'ayant aucun autre moyen de se faire entendre, ils n'ont plus que la rue pour exprimer leur désaccord avec cette politique qui a décidé de « changer de civilisation », ce qui est tout de même paradoxal sous un régime socialiste dont le Président leur avait promis une « République exemplaire ».

Très cordialement.

Source : Dossier coordonné par Laurent Dandrieu pour Valeurs Actuelles

Anonyme a dit…

Il ne faut pas mettre dans le même sac tous ceux qui s'opposent a la vision de la société telle que celle vue par le gouvernement actuel. Je suis pour le droit a la pilule, a l'avortement, pour le PACS. Je suis contre la promotion de l’homosexualité qui a lieu actuellement et contre la promotion de l'euthanasie qui se prépare.Sans parler de la prostitution vue comme le droit de disposer librement de son corps. Ce que vous appelez évolution de la société me parait être une dangereuse glissade vers le néant.Car toutes ces evolutions ont en commun le fait de tendre vers une diminution des naissances, une augmentation des morts.