ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mercredi 29 janvier 2014

QUAND LE PEUPLE MÉPRISÉ SE REBIFFE Par Marianne ARNAUD



QUAND LE PEUPLE MÉPRISÉ SE REBIFFE

Par Marianne ARNAUD

copyright © Temps et Contretemps



          Le peuple français est sens dessus-dessous mais il ne semble pas que la classe politico-médiatique – celle qui se reconnaît comme une élite – en ait pris l'exacte mesure. Et comment le pourrait-elle, elle qui vit en vase clos essentiellement dans les beaux quartiers de Paris et qui, au mieux, circule en voiture avec chauffeur, au pire en scooter, ce qui ne lui donne jamais, au grand jamais, l'occasion de côtoyer le peuple ?


Manifestation hétéroclite

Or le dimanche 26 janvier 2014 a vu converger vers la capitale une «manifestation hétéroclite» c'est-à-dire une manifestation du peuple français dans sa diversité. Certes les Français ont voté pour François Hollande qui, pendant la campagne des présidentielles, avait nié la crise et leur avait promis le retour de la croissance et de l'emploi pour peu qu'ils se débarrassent de Nicolas Sarkozy.
Ainsi fut fait mais les promesses ne furent pas au rendez-vous. Aujourd'hui les Français ont à subir un chômage de masse dont rien ne peut «inverser la courbe», et les classes populaires délaissées par le pouvoir sont fragilisées par l'émergence d'une société multiculturelle qui ne respecte pas leurs valeurs. Alors que 70% des Français disent qu' «il y a trop d'étrangers», on leur explique doctement que les institutions de la Vème République sont telles, qu'une fois qu'ils ont voté, ils n'ont plus qu'à la fermer.

Pourtant Hollande avait proclamé : «Moi, Président, je n'accepterais pas que la France soit divisée». La déception est immense car voilà que le pouvoir, incapable d'avoir une action positive sur la courbe du chômage, s'est mis en devoir de promulguer - sans doute pour souder sa majorité déboussolée – des lois idéologiques mettant en cause l'ordre de la famille, du mariage, de l'école, qui ne présentaient aucun caractère d'urgence, pas plus qu'elles ne répondaient à une demande populaire ; de même qu'il n'était pas urgent de retoucher la loi Weil sur l'avortement.

France divisée



La France étant aujourd'hui plus divisée que jamais, sans que la classe politico-médiatique en soit alarmée, il était inéluctable, qu'après le succès des «Manif pour tous» du printemps dernier, qui avait été minimisé tant que faire se peut, d'autres aient l'idée de prendre le relais. Ce sera donc ce «Jour de colère» du dimanche 26 janvier. En cherchant bien, on finit par apprendre que «la nébuleuse Jour de colère» comprend une cinquantaine de collectifs - dont celle du sulfureux Dieudonné – qui ont œuvré dans l'anonymat pour organiser leur manifestation.
Évidemment pas un des grands media ne s'est cru tenu de l'annoncer, prévoyant sans doute que ce serait un flop. Le jour même du 26, en écoutant la radio ou regardant la télévision, aucune information sur la manifestation ne transpirait. Toutefois vers dix-sept heures une brève annonce su BFM-TV : plusieurs milliers de personnes avaient assisté à la manifestation qui s'était déroulée dans le calme, sans aucun incident notable.
Là on comprenait que la manifestation, vouée à l'échec, avait été un succès. Pourtant au 20 Heures de France-2 il n'en fut pas question. Il est vrai que les journalistes se passionnent beaucoup plus pour le peuple ukrainien au sein duquel ils dépêchent des envoyés spéciaux, plutôt que pour le peuple français dont ils ne prennent même pas la peine de couvrir les manifestations.

Dès le lendemain, et sur toutes les ondes, on n'entendra parler que de ces quelques dizaines de «nauséabonds» qui ont proféré des slogans antisémites ou racistes et rien sur ces milliers de manifestants pacifiques qui ne demandaient que la démission d'un Président qu'ils jugent incapable de gouverner. La réalité c'est que nous vivons, ainsi que l'écrivait Ran Halevy pour Le Figaro du 5 décembre 2013, une division de la société française «comme jamais depuis un demi-siècle, sur fond de crise de régime, de délabrement économique et de désarroi social.»
La révolte est en marche, et si rien n'est fait en haut lieu pour apaiser les tensions tous les jours plus importantes, personne ne peut dire jusqu'où ce «peuple éruptif» est prêt à aller pour se faire entendre et respecter.


8 commentaires:

Jacques BENILLOUCHE a dit…

Chère Marianne,

À mon avis le travail quotidien de sape du Figaro est stérile et il faudra encore patienter jusqu’en 2017 car il est improbable, sauf à organiser un coup d’État que François Hollande démissionne.

La Vème république lui donne la légitimité du suffrage universel et, si le peuple français se sent berné par des propositions non tenues, il doit s’en prendre qu’à lui-même ou aux règles de la démocratie.

Nous aurons le test des municipales et des européennes pour vérifier si la droite est capable de faire rêver à nouveau car sa division, affichée au grand jour, risque de ne pas donner l’envie de voter pour elle. Son programme est inexistant et aucun leader à la stature d’État n’émerge sauf à reprendre les vieux pots.

« L’appel à la révolte » est dangereux et n’est pas une fin en soi sauf à vouloir à tout prix créer le chaos qui fera émerger les extrêmes et au bout, l'antisémitisme.

Sitbob a dit…

Vous appelez ces manifestants mus par la haine " le Peuple Français " ?

atoilhonneur corto a dit…

Si seulement il n y avait que Le Figaro pour faire un travail de sape...

Certes Benillouche a raison, rien n oblige ce Président à démissionner, il a été élu et on sait dans quelles conditions (les occulter fait aussi partie de ce travail de sape) neanmoins et même s il a la légitimité du suffrage universel, quelle légitimité donner à un homme qui ment comme il respire et qui ne rassemble aujourd'hui que 15 à 20% d opinions favorables moins de 2 ans après son élection (du jamais vu).

La droite est a mon avis inexistante tant à cause des batailles d égos qui ont lieu a Paris qu'à l'énergie mise par ses représentants sur le terrain pour gagner les municipales. Elle n a pas de programme national à avoir pour l instant, elle le construit peu à peu. Allez sur le site de l UMP ( que je ne defends pas) et vs verrez qu'elle y travaille cependant.

L'appel a la révolte ne nait que lorsque le peuple n a plus confiance dans ses dirigeants et dans les médias. Ce qui est actuellement le cas.

Quant à la manif de dimanche à laquelle j ai participé, se fier à ce qu en disent les médias est une terrible ineptie !

je vous invite à en lire le CR que j en ai fait.

Qu il y ait eu des dérapages et des insultes antisémites ou homophobes, c'est fort possible, mais je n en ai entendu aucun et ils sont le fait d'une toute petite minorité, minorité de " nauséabonds" mis en valeur par le GVT et les médias pour "diaboliser" la dite manif.

17 000 manifestants(selon la police), 19 policiers blessés mais aucun hospitalisé, seulement 262 interpellations pour tout juste 4 condamnations. Voila 4 chiffres qui permettent, objectivement, de relativise les commentaires de la presse aux ordres et ceux de Valls qui parlaient de "dechainements de violence intolérables". Chiffres a mettre en relation aux émeutes ayant suivies la victoire du PSG en Coupe de France au Trocadéro , pour qui s'en souvient !

http://corto74.blogspot.fr/2014/01/jour-de-colere-jy-etais.html

http://corto74.blogspot.fr/2014/01/jour-de-colere-les-noms-et-prenoms-des.html

Cordialement

Marianne ARNAUD a dit…

@ Sitbob

Aussi déplaisant que cela soit, tous les peuples, que je sache, peuvent comporter en leur sein des éléments "mus par la haine".
Certains assurent qu'il en est de même pour le peuple israélien.
C'est le rôle du politique de faire en sorte que ces fauteurs de haine - qui font néanmoins partie de la communauté nationale - ne puissent pas nuire à leurs concitoyens ainsi qu'à l'ordre public.
Malheureusement en France, le politique est entièrement responsable des débordements que sa politique irréfléchie a occasionnés.

Cordialement.

Marianne ARNAUD a dit…

Je suis tout à fait d'accord avec vous, cher monsieur Benillouche, sauf qu'aucun pouvoir démocratique ne peut fonctionner durablement sans contre-pouvoirs à moins de virer à la dictature.
Or nos dirigeants ont sciemment renoncé, à leur seul profit, à deux dispositifs majeurs prévus par notre Constitution, que sont le référendum et la dissolution de l'Assemblée nationale, en cas de désaccord flagrant entre le pouvoir et l'opinion.
Que diriez-vous si Obama supprimait les élections de mi-mandat, prévues par la Constitution américaine, au motif qu'il n'est pas sûr de les gagner ?
Voilà où nous en sommes. Nos institutions ont été subverties pour servir le pouvoir au détriment du peuple. Et chaque jour qui passe cela devient plus évident.
Vous écrivez : "L'appel à la révolte est dangereux" alors que la révolte est déjà en marche, et je doute fort que les déploiements de plus en plus impressionnants de CRS de monsieur Valls, suffiront pour faire rentrer tous ces Français ulcérés à la maison.

V. Jabeau a dit…

Mais que veut le peuple en colère ? Une extrême-droite antisémite et qui effraiera nos créanciers, isolera la France et rendra notre vie impossible ? Ne plus payer d'impôts qui permettent d'avoir des routes, des écoles, des hôpitaux, une police, une justice, un état de droit ? Manifestons pour aider les gouvernements, quels qu'ils soient, àlutter contre le chômage, la détresse sociale, pour l'éducation et la santé, l'égalité, et la fraternité. Nos institutions ne sont pas en danger à cause de ce gouvernement, mais à cause de ceux qui comme Mme bourges qui porte bien son nom, veulent dresser les Français les uns contre les autres.

Marc a dit…

Glissement sémantique intéressant: Dieudonné n'est plus antisémite (7 condamnations quand même) mais sulfureux...Je Pense que Mme Arnaud devrai laisser tomber la plume pour la marche avec ses amis de Dies Irae...

le Peuple Français, celui se reconnaissant dans la République et ses institutions, lui en serait gré.

Julien Boubou a dit…

Très bon article, qui rend quelque peu justice à toutes ces personnes qui se mobilisent, pour défendre aussi leur vision de la société, et qui ne sont absolument pas représentées dans les grands médias. Pour répondre à V.Jabeau, ce que veulent les français ce n'est pas ne plus payer d'impôts, mais payer moins d'impôts...Et le peuple français ne veut pas d'une extrême droite antisémite comme vous dites, mais simplement de partis politiques fiables, avec des représentants du peuple qui l'écoutent et qui le comprennent... Pour finir, il est intéressant de constater que beaucoup de personnes parlent d'antisémitisme mais pas de racisme...