LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

lundi 28 décembre 2020

Souvenirs de Noël Par Marianne ARNAUD




SOUVENIRS DE NOËL

Par Marianne ARNAUD




Je n’aime pas trop les éloges car ils peuvent paraitre suspects quand on anime un site et qu’ils concernent un de nos chroniqueurs. Mais Marianne Arnaud a écrit un texte dont on vit  l’émotion crescendo, au fur et à mesure de la lecture des lignes, comme une sorte de suspense libérateur. On sent percer dans les mots une situation dramatique vécue avec une réelle volonté d'œcuménisme parce que nous n’acceptons pas l’autre, tel qu’il est, différent mais cependant humain. 
      En ce jour de fête chrétienne, Marianne Arnaud apporte malgré tout un soupçon d’optimisme à ceux qui jugent le monde injustement perturbé par des guerres de religions stériles.  
J. BENILLOUCHE

  
Elle a cinq ans. À Noël elle chantait toujours :
«O Tannenbaum, O Tannenbaum,
Wie grün sind deine Blätter»




Elle a un Papa qui sent bon et qui a toujours de jolis pyjamas bien repassés ! Ils se disputent beaucoup Mama et lui. Mamy, la mère de Mama, dit que ça ne peut plus durer. Il faut que Léo et Lutzi se séparent. Lutzi doit retourner habiter avec sa mère parce que Léo est juif. Et c'est pas bien d'être juif. C'est pas bien non plus de parler allemand. Il faut se taire.



La guerre à Shanghai

Léo reste tout seul dans la jolie maison avec le jardin et la véranda où à midi on avait le droit de tremper un sucre dans le café des grands, et où, le soir, on regardait les étoiles. Chez Mamy, Lutzi est triste, elle pleure beaucoup - plus personne ne l'appelle Lutzi, elle s'appelle Marie-Lucie – ses filles n'habitent plus avec elle. Elles sont chez les sœurs avec plein d'orphelines chinoises. À Noël tout le monde chante :
«I saw three ships come sailing in
On Christmas day, in the morning»


C'est difficile de trouver des cadeaux de Noël parce que c'est la guerre. Elle a demandé un landau pour sa poupée Rose-Marie. Un vrai, pas une de ces charrettes en osier pour bébés chinois. Papa dit qu'il a couru tout Shanghai pour le trouver. Mais il est magnifique : bleu marine avec un matelas, un oreiller et un édredon couverts de dentelle blanche.
À l'école on parle anglais mais on récite les prières en français parce que les religieuses de l'orphelinat sont françaises. Il y en a même une qui est allemande : mère Marguerite-Marie. C'est elle qui donne les coups de fouet aux petites filles qui ont fait des bêtises.
La guerre est finie. Les Américains sont arrivés. Ce n'est pas Noël mais c'est tout de même une grande fête. Les Américains nous apportent des bonbons, des gâteaux, du chocolat et surtout du chewing-gum et du Coca-Cola ! Les sœurs nous font préparer chants et saynètes pour eux.
On chante : «Il était un p'tit homme qui s'ap'lait Guillery-Carabi». Ca les fait rire.

Fin de la guerre à Nice

Mamy va pouvoir retourner en France. Elle a acheté un grand appartement à Nice où de la terrasse on voit l'église russe et le Parc Impérial. Elle habite là maintenant avec ses deux filles et leurs six enfants. La sœur de Marie-Lucie a quatre enfants, ils sont nés en Indochine où leur père était médecin, mais il était malade et il est mort, en débarquant à Toulon. 
Les cousins sont français et ils se moquent des deux cousines parce qu'elles ne sont pas françaises, elles sont suisses et ils trouvent cela ridicule. Elles donneraient n'importe quoi pour être françaises comme eux. En plus, elles ont un nom bizarre et imprononçable que tout le monde écorche comme à plaisir, surtout chez les sœurs de la rue Barla où on les a mises en pension.
Mais il faut reconnaître que les Noël de Nice sont magnifiques. La crèche de l'école est superbe avec ses santons presque grandeur nature. Chaque année on reverra les deux anges de carton découpé qui tiennent une banderole où il est écrit : «Gloria in excelcis Deo» et les filles vocalisent à tue-tête : «GLO-O-O-O-O-O O-O-O-O-O O-O-O-O-O RIA...»
Chez Mamy, Marie-Lucie et sa sœur ont préparé la fête en cachette des enfants qu'on a envoyés au cinéma. Lorsque les six cousins sont enfin admis au salon, c'est l'émerveillement général et toujours renouvelé d'année en année. L'arbre touche le plafond. Il est non seulement scintillant de boules de verre de couleur, de bougies et de guirlandes mais encore chargé de toutes sortes de bonbons et de friandises. L'ouverture des cadeaux provoque des «Oh ! » et des «Ah ! » chez tout le monde.
On passe enfin à table. Chaque fois il y a les mêmes réflexions sur la viande de la dinde qui – décidément – est trop sèche, mais tant pis parce que la farce de marrons est délicieuse et la bûche plus qu'appétissante. Tout le monde a les yeux qui brillent et est heureux. On n'aura jamais le temps d'aller à la Messe de Minuit.
Les années ont passé et maintenant c'est elle qui organise Noël pour ses enfants. Elle n'accepterait pour rien au monde que son sapin ne soit pas haut du sol au plafond. Les branches sont surchargées de bonbons aussi, comme chez Mamy. Elle fait ça dans la nuit du 24 décembre pour que ses enfants en aient la surprise en se levant le matin du 25.

La chair de poule

Mais les enfants ont grandi et la famille a pris l'habitude de passer Noël au ski. Il n'y a donc plus d'arbre à garnir. Et bientôt les enfants ont eu, eux-mêmes, des enfants et la voilà qui renoue avec le passé des Noël traditionnels, et des arbres hauts jusqu'au plafond, chargés de bonbons. Le dîner de Noël a lieu le 24 décembre, tout le monde est sur son trente-et-un, sauf grand-père – son mari – qui revêt ce soir-là, son survêtement le plus pourri, personne n'a jamais compris pourquoi. Pourtant une certaine année, bizarrement, il est en grande tenue. Et voilà qu'au dessert, il se lève et entonne d'une voix tonitruante :
«Minuit chrétiens, c'est l'heure solennelle
Où l'enfant Dieu descendit jusqu'à nous»
Et lorsqu'il continue :
«Peuple, à genoux, voici ta délivrance», on a tous la chair de poule.



Le 25 décembre, la famille est toujours là comme si elle avait du mal à se séparer. Ce soir du 25 décembre, Sarah la fille de sa sœur a beaucoup trainé. Rachel sa cousine s'impatiente : «Sarah, tu viens...» «Oui j'arrive...» Elles sont parties et on n'a plus revu Sarah que morte.
Après cela il n'y eut plus de fêtes à Noël. Elle allait chaque année à la Messe de Minuit et c'est tout. Jusqu'à ce que très récemment Rachel décide de réunir la famille dans sa maison du Tarn. Ses frères et elle ont fait la cuisine. Et personne n'aurait pu prévoir que Frédéric vivait, ce jour-là, son dernier Noël.
La roue a encore tourné. Aujourd'hui son mari – grand-père – est malade. Les enfants et les petits-enfants, qui maintenant sont adultes, ont décidé de préparer un Noël pour leurs parents et grands-parents. Elle les attend en écrivant ce texte.
C'est avec vous, amis juifs, que j'ai eu envie de partager ces souvenirs de Noël, car personne mieux que moi ne sait ce que nous vous devons, à commencer par notre Jésus qui s'appelait Yéshoua, qui est né juif et qui est mort juif.
Joyeux Noël à tous !

5 commentaires:

bliahphilippe a dit…

Toute ma sympathie à Madame Arnaud pour son article chaleureux et émouvant.
Ma propre mére fut dirigée à l'époque chez les bonnes soeurs par ses parents juifs de foi et de tradition non pour la cacher (ils n'avaient rien à craindre au Maroc à cette période, tout au plus une inquiétude que les Allemands débarquent au Maroc avant les Alliés),mais pour bénéficier es qualité de jeune fille de bonne famille disait-on alors, d'une solide et rigoureuse éducation en vue de devenir ultérieurement une vraie "chance pour la France"-(ici c'est moi qui utilise sournoisement la formule) en devenir dans le cadre d'une bonne épouse formée à satisfaire les nobles aspirations de sa future famille résumées au "CCNO": (Coudre, Cuisiner, nettoyer, obéir etc..) .
Il faut raconter sourire aux lèvres la raison de cette affectation imposée par des circonstances dramatiques : ses parents devaient immanquablement sévir contre leur fille qui avait osé, horreur et scandale -tenez-vous bien!-, se promener à bicyclette revétue d'une robe laissant entrevoir quelques surfaces audacieuses de son anatomie ici réduite à quelques centimétres carrés de ses jolis mollets susceptibles d'attirer des regards impies!!
Les accords avec la mére supérieure furent simples : assistance obligatoire de madame ma mére y compris à Noel (rien à voir avec Noel Mamére),à tous les cours- on ne rigolait pas avec l'enseignement à l'époque!) mais avec abstention possible de présence lors de récitations des priéres à l'Eglise ou au réfectoire.
Par contre, aux leçons de chants patriotiques elle devait etre imprérativement présente pour chanter en choeur en toute innocence "Maréchal nous voilà!".
L'article de Madame Arnaud, bien que ne traitant pas directement du sujet, m'a rappellé cet amusant souvenir d'antan qui montre, histoire de revenir au sujet, qu'entre bonnes personnes, le respect, la bonne entente et la tolérance priment la rigueur formaliste des dogmes.



Marianne ARNAUD a dit…

Je remercie très sincèrement Philippe Bliah dont les commentaires m'ont toujours paru apporter un contrepoint intéressant aux articles publiés sur ce site.
Mais aujourd'hui pas de contrepoint puisque nous sommes d'accord pour déplorer "les nobles aspirations des familles", juives ou pas, concernant 'éducation des jeunes filles.
Aussi il ne sera guère étonné quand je lui aurai dit que j'ai quitté toute pratique religieuse à dix-sept ans, c'est-à-dire au moment où j'ai enfin eu quelque chose d'intéressant à raconter au confesseur qui, depuis des années me pressait de questions sur "le péché de chair", sans que je comprenne seulement de quoi il retournait.
Mais là où c'est moi qui vais lui apporter un contrepoint, c'est que je n'ai jamais pour autant renié le Christ et son Évangile.
Et lorsqu'au milieu des années 1980 apparut : La Bible traduite et présentée par André Chouraqui, j'en fis l'acquisition pour moi, et un exemplaire pour chacun de mes enfants.
Aussi en ce matin de Noël, qu'il me soit permis de citer ici, la présentation de l'"Évangile de Jean" qu'en fait André Chouraqui qui écrit dans le dernier paragraphe :

"... On peut justement penser que ni dans la Bible ni dans la littérature universelle, il n'existe de livre comparable au quatrième évangile. Il confirme en la complétant l'unité profonde de la Bible et de son ultime partie, le Nouveau Testament, aux jaillissements des feux du génie créateur d'Israël, confronté à l'épreuve de la destruction de sa patrie et à l'heure de de son exil. Jean voit dans l'incarnation du messie la réponse donnée par Elohim à un monde aux abois pour le sauver du néant, en communiquant aux hommes les mystérieux bienfaits de la vie divine."

Joyeux Noël à tous !

Marianne ARNAUD a dit…


Cher monsieur Benillouche,

Merci pour ce cadeau !
Et merci aussi pour cette place si singulière et si importante que vous tenez, sans le savoir, dans ma vie !
Je n'ignore pas que mes commentaires sont loin d'être à la hauteur de ce que vous seriez en droit d'en attendre.
Mais j'ai quelques excuses : à vingt ans j'ai été soumise à un arsenal de tests psychologiques dont le verdict est resté gravé dans ma mémoire :
"Intelligence moyenne. Esprit primesautier."
Que voulez-vous faire avec çà ? Alors vous imaginez avec les injures du temps !
Aussi je ne peux donc que les mettre en l'état, à vos pieds, (ainsi qu'aux pieds de vos lecteurs) en vous demandant, (ainsi qu'à eux) de continuer d'avoir pour moi cette grande indulgence qui m'aide si bien à continuer à vivre heureuse, envers et contre tout.

Avec mes souhaits de Joyeuses Fêtes pour vous, et pour tous les lecteurs de Temps et Contretemps !

Francis Moritz a dit…

Merci à Madame Arnaud pour son témoignage très personnel, dans lequel la sincérité et l'émotion nous amènent à réfléchir, sur nous même et sur notre relation à l'autre. On comprend bien à sa lecture qu'il y a des valeurs bien plus importantes que les polémiques de toutes natures auxquelles nous assistons par médias interposés.
Merci également à Jacques Bénillouche de nous en avoir donné l'occasion. Amour, paix et sérénité pour tous.

ingrid Israël-Anderhuber a dit…

Petit voyage dans le temps qui nous permet d'apprendre à mieux connaître un chroniqueur de Temps et Contretemps.
Marianne, vous concluez : "C'est avec vous, amis juifs, que j'ai eu envie de partager ces souvenirs de Noël, car personne mieux que moi ne sait ce que nous vous devons, à commencer par notre Jésus qui s'appelait Yéshoua, qui est né juif et qui est mort juif." A quoi je me permets d'ajouter : puis qui est RESSUSCITé, et monté au Ciel pour nous préparer une place, comme il l'a dit, et qui REVIENT BIENTÖT, comme il nous l'a promis avant son départ. Par conséquent, préparons-nous dès à présent afin que, lorsqu'il reviendra, nous soyons trouvés dignes de lui...