ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

samedi 16 novembre 2013

LE BONNET ROUGE D'ASTERIX Par Jean SMIA



LE BONNET ROUGE D'ASTERIX

Par Jean SMIA
copyright © Temps et Contretemps

Bonnets rouges en Bretagne

Ce n'est pas un habituel mouvement de protestation contre ceci ou cela.
     Non, ce sont des chefs de familles salariés, promis aux files d'attente de l'ANPE, qui se révoltent au constat que leurs enfants ne trouveront pas d'emploi dans la région où ils ont choisi de vivre, région où vivaient leurs parents et grands-parents, car l’Europe en a décidé autrement. Ils veulent confirmer haut et fort qu'ils n'ont jamais voté pour construire le type de gouvernance dans laquelle on les contraints de vivre.





Mobilité des jeunes



L’Europe, par son acceptation passive de la mondialisation, conduit inéluctablement à mettre en balance les salaires européens et ceux du tiers monde, pour aller vers le moins disant. Ce qui, par voie de conséquence, ne peut mener qu'à la paupérisation européenne. Et ceci est accompagné d'une incitation à la «mobilité» pour les jeunes. Ce qui leur implique de quitter le nid régional, avec tout ce que cela comporte comme augmentation de villages déserts et abandonnés.
Portique d'écotaxe



L'écotaxe sera appliquée en France, non pas parce que c'est une volonté des citoyens exprimée par ses élus, mais parce que c'est une directive européenne que nos gouvernants ne peuvent que mettre en application. À cela se rajoutent :

- d'une part la gaucherie gouvernementale, qui pense calmer les choses par des promesses hors de proportion avec ses possibilités financières : 3 milliards pour acheter la mairie d'une ville, et 15 millions pour une région sinistrée. (Il faut savoir que 15 millions ne représentent que le montant des allocations chômage d'un seul trimestre pour 3.000 nouveaux chômeurs.)

- d'autre part l'atonie d'une absence de projet national. On ne sait plus pourquoi on travaille ou pourquoi on fait des sacrifices : pour quel avenir ? Quel projet ? Construire quoi ? L'activité professionnelle n'est plus une dynamique vers un objectif commun, national ou régional, non, c'est juste le moyen de parvenir à passer les échéances du mois en cours pour tenter de commencer le mois suivant sans découvert bancaire. Cernés par des radars avec des portables écoutés et géo localisés.

- des bavardages insanes sur les formes de racisme en France au prétexte de Taubira : à présent, il faut faire attention à l'expression employée selon la couleur de peau ou la religion de l'interlocuteur.


Fahrenheit 451



En effet, maintenant lorsqu'on arrête un faussaire on ne peut parler de monnaie de singe que si le faussaire n'est pas de race noire. D'autre part il n'y a rien d'offensant à écrire que Monsieur Copé rit jaune ou que Monsieur Placé s'est encore coupé, mais inversez les sujets de ces deux expressions et vous serez traîné devant les tribunaux pour injures raciales. Personne ne prend conscience que ce pinaillage ne fait rien d'autre qu'emprisonner les gens dans leurs caricatures.

Pendant ce temps, il devient impossible à tout citoyen français d'afficher le moindre patriotisme sauf à se faire cataloguer d'extrémiste raciste. Préférez la prose de Sacha Guitry à celle de Nabila, l'humour de Devos à celui de Djamel, et la valse musette au rap, et vous les verrez ces échanges de regards soupçonneux et entendus. Au titre de la réciprocité, le petit peuple se sert de la permissivité qui a laissé sans punition, au nom de la «diversité», des textes de chansons engranger des fortunes en proclamant «nique la France» et il ne comprend pas qu'on lui refuse un droit de réponse, et il a la mémoire longue le petit peuple.

Je ne pense pas qu'il existe un seul Français qui ait rêvé de construire cette forme de société actuelle qui tend de plus en plus vers celle que Ray Bradbury décrivait dans Fahrenheit 451. Oui, lorsqu’aucune catégorie sociale et professionnelle n'est satisfaite, apparaissent des formes de refus qui sentent la sédition généralisée. Et ce, pas seulement qu'en France.

Faire valser les chaises ministérielles n'y changera rien.


6 commentaires:

Vincent Jabeau a dit…

Un article moche et décevant de la part de ce blog

Jacques BENILLOUCHE a dit…

@Vincent

Certains articles ne plaisent pas certes. Mais nous tenons à être ouverts à toutes les sensibilités et à toutes les idées dès lors où elles s'expriment avec courtoisie et sans haine.

Bien sûr les auteurs restent responsables de leurs écrits.

merci de votre commentaire

Sitbon a dit…

SOS Racisme -cette machine de Guerre inventée par François Mitterrand- a mis la France au pas rapidement .
Impossible d'échapper à ses foudres et ses ukazes.
Vous avez raison, bientôt il sera impossible de parler d'idées noires, ou qualifier une couleur noire de " tête de nègre ". Va falloir " marcher entre les clous " , oups ! excusez-moi " emprunter le passage piéton " . Clous ça risque d'évoquer une crucifixion et bonjour les ennuis.

Vincent Jabeau a dit…

Monsieur Benillouche,
La courtoisie ne suffit pas forcément. Relire ici des commentaires lus mille fois, sans reflexion ni profondeur, sans information, sans distance, entrecoupés de blagues vaseuses, décridibilisent le reste. Votre ligne éditoriale devient floue. Sur le fond, la droite "démocrate chrétienne" comme l'extrême-droite ne sont pas les amies de la générosité, et sont au mieux indifférentes aux juifs et à Israël, pourêtre plus spécifique.

Jacques BENILLOUCHE a dit…

Notre ligne éditoriale est simple.

Informer les lecteurs sur la situation au Proche-Orient et sur Israël en particulier, je ne dirais pas dans un souci d’objectivité car elle n’existe pas, mais avec rigueur et se fondant sur des faits avérés. Dans ce domaine il y a un manque certain d’éléments pour la compréhension. C’est pourquoi nous axons nos thèmes sur l’analyse et non sur la diffusion d’informations que l’AFP fait mieux que nous.

Mais nous ne sommes pas des militants, ni les porte-paroles de Tsahal et encore moins des supplétifs du ministère israéliens des affaires étrangères.

Et parfois nous publions des billets d’humeur, de droite comme de gauche, acides pour certains, naïfs pour d’autres pour donner une autre respiration aux lecteurs, le week-end en général.

Quant aux commentaires, nous n’en publions qu’une infime partie tant certains sont insultants pour le chroniqueur, sans intérêt pour le débat ou purement diffamatoires ou excessifs. Nous privilégions les commentaires critiques qui participent au débat.

Nous sommes suffisamment taxés de "gauchistes" ou de soutien aux "colons" pour considérer que nous nous situons entre ces deux extrêmes.

Jean Smia a dit…

Oui, c'est un billet d'humeur et de mauvaise humeur. Monsieur Michel Onfray a fait le même constat mais il le dit avec bien plus d'élégance :

http://www.youtube.com/watch?v=WG2GuZyoFHk&feature=player_embedded