ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mardi 27 août 2013

LES FOSSOYEURS DE LA FRANCE par Marianne ARNAUD




LES FOSSOYEURS DE LA FRANCE

Par Marianne ARNAUD

copyright © Temps et Contretemps



«Ce n'est pas la gauche, la France. Ce n'est pas la droite, la France. Prétendre faire la France avec une fraction c'est une erreur grave, et prétendre représenter la France au nom d'une fraction, c'est une erreur nationale impardonnable.» Ainsi parlait De Gaulle en 1965, au cours d'une interview télévisée.





Erreurs nationales




Depuis ce temps, combien «d'erreurs nationales impardonnables», nos élites, qu'elles soient de droite ou de gauche, ont-elles commises au détriment du peuple français ? Nous Français «de souche» ou Français «par amour», allons-nous encore longtemps accepter que nos élites politiques jettent sur nous le discrédit pour nous obliger à abandonner les valeurs qui ont fondé notre nation ? Oserons-nous affirmer haut et fort que nous ne renoncerons jamais ni à notre identité, ni à notre histoire, ni à notre culture ?

Il est indigne de tenir le peuple français pour responsable de la gestion calamiteuse de la décolonisation et de lui en demander une perpétuelle repentance. Il faut en finir avec ces idées fausses qu'on assène aux Français depuis des décennies. Non, la France n'a pas toujours été une terre d'immigration. Non, l'intégration des immigrés ne va pas de soi. Il est vrai qu'il faut beaucoup de courage à un immigré pour s'intégrer à une société étrangère, pour accepter son histoire, la faire sienne, accepter sa culture, ses normes.



L’école de la République





Mais tout cela s'apprend dès l'école et demande des années d'efforts que la victimisation permanente des immigrés ne favorise pas. Bien au contraire. Cela fait trente ans que la France n'intègre plus les étrangers entrants. Et dans le même temps les Français perdent l'esprit national au point d'avoir accepté sur leur propre sol, des «communautés» de tous ordres qui ont investi des quartiers entiers où ils font régner leur propre loi qui n'ont rien à voir avec les lois de la République.

Que quelqu'un se lève et fasse ce constat en public, il est immédiatement enjoint de se taire. C'est ce qui vient d'arriver à Manuel Valls pour avoir osé indiquer que la France devrait revoir ses lois sur le regroupement familial. Le peuple français a subi un énorme préjudice quand on a réussi à lui faire admettre que pour mieux accueillir les populations entrantes, il lui fallait renoncer à sa propre identité, faute de quoi il serait considéré comme étant un peuple xénophobe et raciste.

Or c'est l'identité française qu'il faut restaurer, s'il n'est déjà pas trop tard. Cela devra passer par une réforme en profondeur du code de la nationalité, faute de quoi, ce que représentait la nation française en Europe et dans le monde risque d'être perdu à jamais. C'est le combat que nous devrons mener, en priorité, contre ces élites qui sont les véritables fossoyeurs de la France.

10 commentaires:

corto74 a dit…

Bonjour,
Avant Valls, il y en a eu un, il n y a pas si longtemps qui a voulu reformer le regroupement familial, repenser notre modèle d intégration, réveiller les Français sur les questions d'identité nationale, etc... Il fut " crucifié " sur place par toute la Socialie et plus encore. Cet homme s'appelait Sarkozy.

Marianne ARNAUD a dit…


@ Corto74

Figurez-vous, mon cher Corto, que cela ne m'avait pas échappé.
Et aujourd'hui qu'entend-on ? Que Harlem Désir, le premier secrétaire désigné par Hollande, demande, à la tribune de l'Université d'été du P.S. qu'une loi accorde au plus tôt, le droit de vote aux étrangers pour les prochaines municipales de 2014, ainsi que cela figurait dans les promesses de campagne de Hollande.
Cette loi qui serait considérée comme une forfaiture par de nombreux Français qui ne supportent pas de voir la nationalité dissociée de la citoyenneté, et ainsi se détériorer toujours plus notre Nation, n'est qu'une "erreur impardonnable de plus".
Mais vous verrez que plus les protestations se feront entendre, et plus les "élites" de gauche mais aussi de droite se rejoindront pour accuser les protestataires de racisme ou de tout autre crime.

Bien à vous.

corto74 a dit…

Marianne,
Sur ce coup là, je suis assez confiant car cette promesse ne sera pas tenue pendant ce quinquennat pour les mêmes raisons qui firent reculer Mitterrand qui en avait fait lui aussi une promesse: Une large majorité des français n en veut pas mais mieux encore, les parlementaires n en veulent pas et donc la majorité des 3/5 en Congrès n est pas atteignable.

Huguette BOKOBZA a dit…

J aime votre article Marianne Arnaud ..je regrette d'ailleurs que son audience se limite au blog de Jacques ( je me trompe peut-être ) ..vous avez raison ,s'intégrer dans la société française s 'apprend des l'école ,mais encore faut-il réformer notre système scolaire ,apprendre la FRANCE ,,son histoire,ses hommes célèbres,son histoire et même celle de la colonisation et de ce qu'elle a apporté ...je le dis et redis comment expliquer que des immigrés de troisième génération ,devenus Français, par le droit du sol,se sentent encore étrangers ? comment expliquer pourtant que les Marocains et les Tunisiens ,arrivés en France après l'indépendance des protectorats dans les années 60 se soient fondus dans le pays,sans jamais rien demander ,en apportant leur savoir-faire et leurs capacités...et témoignent encore et toujours leur reconnaissance ..
Comment nos gouvernants de droite ou de gauche n'ont ils pas compris que la " victimisation " est un malheur . elle ne fait qu'accroître les ressentiments et la ghettoïsation des populations ...et puis peut-on encore ,a-t-on les moyens d accueillir "toute la misère du monde " ?
Grave ,la situation est grave..comment redresse la barre ?qui aura le courage de s'y attaquer ?

Monique COHEN-ALEXSANDROWICZ a dit…

Tout à fait d'accord avec votre analyse Huguette , hélas je ne crois pas que le gouvernement actuel fera quoique ce soit pour changer cette situation !!!

Marianne ARNAUD a dit…


@ Corto74

J'ai entendu ce matin sur Europe1, que Hollande veut ouvrir un "débat" sur l'identité française, l'immigration , etc.
Après ce qui s'est dit à l'Université d'été du PS, je dois dire que je crains le pire.
Il n'est que d'attendre.

@ Huguette et Monique

Je vous remercie de m'avoir lue et d'avoir apprécié ce billet.
Sachez qu'écrire chez monsieur Benillouche est une très grande satisfaction pour moi car cela témoigne de la confiance qu'une personne de la qualité humaine et professionnelle de monsieur Benillouche m'accorde, et qui dépasse largement ce que ma simple compétence était en droit d'espérer.
Je pense également que la réputation d'un site tient plus à la qualité de ses lecteurs plutôt qu'à leur nombre.
Sur le fond, j'ai été moi-même une de ces étrangères, arrivée en France, sans connaître ni sa langue, ni son histoire, ni sa culture.
Il m'a fallu plusieurs années d'efforts et subir pas mal d'humiliations, avant de me sentir tout à fait au même niveau que mes camarades d'école.
Cela se passait à une époque où la France était encore fière d'elle-même et consciente de ce qu'elle avait apporté au monde. En ce temps-là, elle savait transmettre aux enfants que nous étions, cette fierté d'appartenir à cette grande nation.
Aujourd'hui, parlant avec mes amis français et même avec mes propres enfants, je constate que mon attachement pour la France est viscéral, alors qu'eux-mêmes, pour la plupart, n'ont pas une grande conscience de ce qu'être Français veut dire. Pour eux, être Français, va de soi.
Ils n'ont pas la moindre idée de ce que cela peut être que de n'avoir pas de racines, pas de langue, pas de culture.
Si je possède tout ceci aujourd'hui, c'est à la France que je le dois, et je m'avise que mon tour est venu de la défendre à la mesure de mes moyens, contre tous ceux qui s'acharnent à vouloir la voir disparaître.

Très cordialement.

Marc a dit…

Bonjour,

La citation de DE Gaulle que vous avez choisi de nous présenter me glace le sang! la notion de race n'existe pas ( même si ce terme est présent dans la déclaration des Droits de l'Homme...c'est une erreur). De plus, reste à prouver que la France serait UNIQUEMENT ou spécifiquement de religion chrétienne et de culture latine. C'est bien réducteur!

Enfin, DE Gaulle n'était pas vraiment un grand ami du peuple juif et de la cause sioniste.

D'une manière plus générale, je trouve la teneur de vos billets bien (trop?) à droite et souvent assez peu nuancée ... ce qui me semble à contretemps de ce blog qui se distingue par la tempérance et la finesse que M. Benillouche apporte à ses analyses (géo)politiques .

Je respecte vos idées mais je ne les partage pas. Tant pis.

Cordialement,

Jacques BENILLOUCHE a dit…


@ Marc

N’est-ce pas l’intérêt d’un site que d’être ouvert à toutes les sensibilités ? La richesse des expressions suscite le débat dans la courtoisie et sans haine. Bien sûr nous n’avons pas tous la même vision des choses et de la politique et nous ne pouvons que nous féliciter de vivre en démocratie, en France et encore plus en Israël.
Merci de votre commentaire et de votre fidélité. N’hésitez jamais à nous faire part de votre sentiment.

Marianne ARNAUD a dit…


@ Marc

Il faut rendre à César ce qui est à César.
Si je suis responsable du texte de mes billets, je n'en choisis pas les illustrations. Cette phrase retranscrite par monsieur Peyrefitte me paraît aussi sujette à caution.
Que De Gaulle qui - contrairement à ce que vous en dites - était à l'origine, un grand ami et protecteur de l'état d'Israël, se soit cru contraint à un renversement d'alliances après l'indépendance de l'Algérie, pour des raisons géopolitiques de rapprochement avec l'Afrique, n'est un mystère pour personne. La suite prouve largement que la confiance mise dans les pays arabes n'a pas été payée de retour. Cela fera sans doute partie de la liste des erreurs de ce néanmoins grand homme politique français.
Ma citation de De Gaulle figure en caractères italiques au début du texte, et je trouve assez plaisant que vous me reprochiez un billet "bien trop à droite" au moment même où je m'efforce de renvoyer gauche et droite dos-à-dos.
Je suis sûre que vous ne tarderez pas à écrire un billet qui sera l'exact contrepoint du mien, et où vous nous montrerez que tout n'est que luxe, calme et volupté dans la France de gauche de votre coeur.
Croyez bien que, ce jour-là, je prendrai un grand plaisir à vous lire.

Marc a dit…

@ Marianne

Malheureusement rien n'est calme, volupté et luxe... ni en France, ni ailleurs...

Je ne suis pas particulièrement de gauche mais je suis assurément inquiet qu'une partie du peuple français pense que la radicalisation - parfois à l'extrême - des idées politiques puisse être le début d'une réponse à l'état actuel du Monde.

Il en va de même en Israël d'ailleurs.

Rassurez-vous, je ne sous-entends pas que vous alliez dans ce sens, je n'ai rien lu de vous qui m'autorise à le penser.


@ M. Benillouche

Merci pour votre réponse et votre travail. Bonne continuation.

Cordialement,