ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mardi 6 août 2013

AU FEU, LES POMPIERS ! Par Marianne ARNAUD



AU FEU, LES POMPIERS !

Par Marianne ARNAUD
copyright © Temps et Contretemps


Une question devrait actuellement se poser en France : est-il bien raisonnable de continuer à envoyer des médecins, des ambulances et des pompiers dans ces banlieues que les politiques et les media eux-mêmes, reconnaissent comme étant des «zones de non-droit» ?

Une démocratie comme la nôtre pourra-t-elle encore longtemps supporter sans se révolter, d'entendre parler de ces victimes dépouillées, de ces pompiers «caillassés», de ces policiers tués dans l'exercice de leurs fonctions ?


Samia Ghali




Voilà un an déjà, Samia Ghali sénatrice-maire socialiste des 15e et 16e arrondissements de Marseille, déclarait au quotidien «La Provence» : «Cela ne sert à rien d'envoyer un car de CRS pour arrêter des dealers. Quand dix d'entre eux sont arrêtés, dix autres reprennent le flambeau. Face aux engins de guerre utilisés par les réseaux, il n'y a que l'armée qui puisse intervenir», ajoutait-elle.



La France en guerre



Bien sûr la sénatrice avait été désavouée par le ministre de l'Intérieur et par le président de la République. Elle avait même dû subir l'ironie du syndicat de policiers Alliance : «La France n'est pas en guerre !» Voire !

Car depuis un an la guerre des cités à Marseille et ailleurs «se poursuit et s'amplifie» sans que le gouvernement ne sache ni ne puisse réagir efficacement.
Règlement de comptes à Marseille



Qui nous dira combien il y a eu de règlements de comptes mortels durant l'année écoulée, en France, jusqu'à ce samedi où, à nouveau, des pompiers qui venaient secourir une vieille dame dans le quartier du Mirail à Toulouse se sont faits caillasser par des «jeunes» du quartier ?

Pourquoi alors refuser de comprendre que les caïds surarmés qui régissent ces quartiers et terrorisent les habitants qui en sont les premières victimes, ne veulent y voir, ni médecins, ni pompiers, ni policiers qu'ils considèrent tous, comme étant les représentants de l'État, leur ennemi ?

Devant un tel constat ne serait-il pas plus raisonnable de considérer ces «zones de non droit» comme des zones à reconquérir, au besoin par l'armée, avant que la France ne plonge dans le chaos que déjà certains lui prédisent ?

6 commentaires:

Jacques BENILLOUCHE a dit…

Chère Marianne,

Autant qu’il m’en souvienne, dans notre période contemporaine, la seule fois où la France a fait appel à l’armée pour le maintien de l’ordre dans une ville fut à l’occasion de la Bataille d’Alger en 1957.

Les parachutistes du colonel Bigeard, sous les ordres du général Massu, avaient alors réussi à réinstaller le droit dans la cité d’Alger après avoir éliminé les chefs terroristes et leurs complices, les oncles ou les grands-pères des caïds de nos cités.

Le résultat a été au-dessus de toute espérance tandis que Bigeard avait gagné l’admiration du peuple français. Cependant, paradoxalement, une partie de l'opinion publique métropolitaine considère encore cette bataille comme une défaite morale en raison des méthodes brutales utilisées par l'armée française pour d'obtenir des renseignements.

Il est donc difficile de satisfaire tout le monde.

Marianne ARNAUD a dit…


Cher monsieur Benillouche,

"Défaite morale" écrivez-vous.
Mais quand un grand journal sous la plume de Natacha Polony titre : "Quand Marianne n'est plus la France" et qu'elle conclut son article ainsi :
"Marianne n'est plus la France parce que la France n'est plus la France, mais un amas d'individus sans valeurs communes."
Comment qualifiriez-vous cette défaite-là ?
Moi je n'en sais rien, mais je comprends qu'il y a le feu à la maison !

Très cordialement.

corto74 a dit…

Un peu qu il y a le feu à la maison. Dès lors que comme à Argenteuil, la communauté musulmane demande à mettre en place ses propres milices citoyennes, effectivement, on peut se dire : danger !

sauf que tout cela est consciencieusement étouffé par les autorités et les medias: on joue à l autruche, la tête dans le sable !

Marianne ARNAUD a dit…


@ Corto 74

Toujours un plaisir de vous lire ici, mon cher Corto.
Ah, nos media ! Aujourd'hui il n'était question que des quatre déplacements en une semaine de Hollande.
L'entreprise de décérébration du peuple marche à plein !

Très cordialement vôtre.

Saulnier a dit…

C'est le moment de (re) lire 1984
Nous nous en approchons grâce à Peillon et Mme Vallaud Belkacem introduisant subrepticement l'enseignement de la théorie des genres des le CM 1, , Manuel Valls ne disant pas ce qu'il fait et ne faisant pas ce qu׳il dit, et un Big Brother main d'acier dans un ventre de velours.

Marianne ARNAUD a dit…


@ Saulnier

Puisque vous en parlez, qu'un Vncent Peillon, en qui d'aucuns ne voient qu'un jeune homme cultivé et sympathique, puisse écrire :
"Toute l'opération consiste bien, avec la foi laïque, à changer la nature même de la religion, de Dieu, du Christ et à terrasser définitivement l'Eglise", en dit long sur le fanatisme de ce "Juif de François Hollande" à qui nous confions l'éducation de nos enfants.

Cordialement.