ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

jeudi 20 juin 2013

LE FRONT NATIONAL A LE VENT EN POUPE Par Gérard AKOUN



LE FRONT NATIONAL A LE VENT EN POUPE

Par Gérard AKOUN
Judaïques FM

Dimanche dernier, le parti socialiste a été battu dés le premier tour de la législative partielle de Villeneuve sur Lot. Un résultat prévisible : il s’agissait  de pourvoir au siège laissé vacant par Jérôme Cahuzac, et on comprend parfaitement le peu d’enthousiasme manifesté par les électeurs de la circonscription à voter, et de surcroit à voter socialiste. Mais cet échec  s’inscrit sur  une liste  qui ne cesse de s’allonger. 

Ecouter la chronique


video

Le parti socialiste a  perdu huit sièges en un an. Par deux fois son candidat a été éliminé dès le premier tour et a laissé s’affronter au second tour les candidats de l’UMP et du Front National. Au-delà de l’affaire Cahuzac et du choc qu’elle a provoqué dans la gauche, force est de constater un rejet des socialistes au pouvoir. François Hollande s’était, certes, abstenu de faire des promesses inconsidérées, mais ceux qui l’ont élu espéraient, quand même, voir s’améliorer leur quotidien.


La boite à outils




Mais le chômage ne cesse d’augmenter sans que l’on puisse savoir quand sa courbe s’infléchira,  les annonces de plans sociaux et de fermetures d’entreprises ne cessent de s’accroître. Les réformes, pour améliorer la compétitivité, pour aider financièrement les petites et moyennes entreprises  à se développer, pour diminuer le chômage des jeunes  sont en cours d’application, mais elles n’ont pas encore produit leur effet. La  «boite à outils», comme dit François Hollande, est bien garnie mais la morosité est de plus en plus profonde. 
Nombre de nos concitoyens  semblent se faire à l’idée que les hommes politiques, de droite  comme de gauche, même de bonne volonté, sont incapables de faire face à la mondialisation. Ils n’attendent pas de solutions de la droite, elle était encore au pouvoir il y un an. Quand ils entendent ses leaders critiquer le gouvernement actuel et proposer des solutions pour résoudre les problèmes, ils ne peuvent s’empêcher de se demander pourquoi ils ne les ont pas mises en œuvre quand ils étaient aux affaires. 
Cahuzac à l'Assemblée

La vague populiste qui gonfle élection après élection et dont le Front National fait son miel, se nourrit d’une certitude, la droite comme la gauche se servent, à quelques nuances prés, du même logiciel, l’Europe, le libre échange, la liberté de circulation… pour sortir de la crise, alors qu’il faudrait  changer de logiciel. Elles en sont incapables, pensent un certain nombre de Français, et il ne peut en être autrement dans la mesure où, à de rares exceptions prés, leurs représentants font partie du même monde. Ils sortent des mêmes moules universitaires, ils bénéficient de privilèges qu’ils s’accordent.  Ils sont souvent malhonnêtes, pensent-ils et ce ne sont pas les affaires en cours, Cahuzac, Guéant, Bettencourt, Tapie… qui vont les faire changer d’avis. Ces Français  ne se sentent plus représentés  par le PS ou l’UMP. Ils votent Front National.


Image modernisée


Ils ont voté, auparavant, tantôt à droite, tantôt à gauche ou pas du tout, ce ne sont pas tous  des extrémistes, mais ils sont sensibles au discours  du Front National, sur l’immigration  et sur l’identité française en danger. Ils sont contre l’Europe, contre l’Euro, contre Bruxelles responsables de tous nos maux, ils veulent être protégés. Marine Le Pen a réussi à faire oublier son père, à moderniser l’image de son parti, au point que 47% seulement des français, selon le baromètre 2013 de la Sofres, considèrent encore le Front National comme  un danger pour la démocratie. Elle-même est créditée de 40% d’opinions favorables, de 48% auprès des sympathisants de l’UMP. 

2014 sera une année électorale, les européennes d’abord, puis les municipales. Selon un sondage récent IFOP Paris-Match, le Front National ferait jeu égal avec le PS et l’UMP, 21% chacun, aux européennes, Si ce score devait se confirmer les dirigeants de l’UMP auront du mal à éviter des accords aux municipales entre les deux organisations d’autant que la barrière entre les deux est, déjà, bien poreuse.

Marine Le Pen  donne une image plus lisse, plus acceptable  du Front National, mais il lui arrive de  livrer le fond de sa pensée, de se  découvrir  comme elle vient de le faire au cours d’une visite en Russie où elle a déclaré lors d’un entretien avec des journalistes: «je pense que nous avons des valeurs communes, la Russie est présentée sous des traits diabolisés, ce serait une sorte de dictature, un pays totalement fermé, cela n’est pas objectivement la réalité».  Les Français, madame Le Pen rejettent une telle démocratie et ils vont vous le faire savoir. 

5 commentaires:

andre a dit…

Le FN a une proportion d'ouvriers dans son électorat plus forte que celle du PS et la barrière est vraiment poreuse entre la gauche et l'extrême droite . Les ouvriers et petits artisans français qui ont quitté les banlieues et les communautés d'immigrés pour s'éloigner dans des zones péri urbaines , constituent le gros des troupes FN . Cela a été parfaitement établi par des organismes sérieux . Il est vain de broder sur la collusion UMP -FN qui n'a encore jamais exister.
André M

bakoun a dit…

il y avait environ une vingtaine de duels entre le PS et le FN au second tour des législatives de 2012 et le Bureau de l'UMP a décidé(déclaration de JF Copé) " dans le cas de duel entre le FN et la gauche, pas question de voter pour le FN, pas question non plus de voter pour un candidat PS" les électeurs de droite pouvaient faire ce qu'ils voulaient s'abstenir, voter blanc....Pour l'UMP la gauche, le FN c'est du pareil au même; on peut donc s'en laver les mains. j'ai la faiblesse de penser qu'il vaut mieux un député UMP de plus pour la France qu'un du FN

Jean Smia a dit…

L’Europe, pour laquelle ils avaient voté contre, leur a imposé un jeu auquel ces électeurs n'ont jamais demandé à participer: la mondialisation.
Bien contents, aux débuts, de trouver des chaussettes et des slips au quart du prix, ils se rendent compte aujourd'hui que ce nouveau jeu ne leur permet plus de fabriquer d'automobiles ni de permettre à leurs enfants d'avoir un métier stable.
Alors, loin de toute considération de partis, ils voteront pour ceux qui n'ont pas encore échoué à les sortir de cette glu.

Marianne ARNAUD a dit…


Osez le terme, monsieur Akoun, et écrivez : "Ces Français ne se sentent plus représentés par l'UMPS" !

Vous avez très bien expliqué - nonobstant quelques euphémismes - au cours de votre article, les raisons du rejet de ce qu'on a usage d'appeler les "partis de gouvernement". Rejet des socialistes au pouvoir, chômage qui ne cesse d'augmenter, échec des mesures pour améliorer la compétitivité, "boîte à outils" qui n'est pas à la hauteur de la situation et donc, qui ne sert à rien d'autre qu'à amuser les journalistes, la multiplication des affaires dont certaines sont avérées mais dont d'autres attendent depuis des années une conclusion judiciaire qui ne vient toujours pas.

Alors, monsieur Akoun, vous aurez beau faire et beau écrire, il faudra bien vous résigner à constater que les Français vont rejeter en bloc, et l'idée de "pacte républicain" et celle du "cordon sanitaire" dont on les a abreuvés jusqu'à plus soif depuis tant d'années.
J'ajoute qu'il est tout de même paradoxal que ces vaincus de l'élection de Villeneuve-sur-Lot, prétendent donner aux Français des leçons de républicanisme en sifflant et huant un candidat de vingt-trois ans qui vient d'obtenir les voix du suffrage universel.

Très cordialement.

Max SITBON a dit…

La faute a qui ?
La gauche a toujours nié la réalité et avec SOS a terrorise ceux qui prévenaient des dangers.
Le FN arrivera inévitablement au pouvoir. Et cela n'évitera pas la Guerre civile qui se prépare