ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

dimanche 16 juin 2013

ILS SONT VRAIMENT FOUS CES GAULOIS ! Par Marianne ARNAUD



ILS SONT VRAIMENT FOUS CES GAULOIS !

Par Marianne ARNAUD
copyright © Temps et Contretemps



C'est en ces termes qu'on nous raconte que Bruxelles, Londres et Berlin ont qualifié «non sans humour», l'attitude de la France qui voulait opposer son veto au lancement des négociations sur un accord commercial entre l'Union européenne et les États-Unis. Attitude d'autant plus inimaginable que cet accord qu'on nous présente comme «historique» profiterait surtout, paraît-il, à la France.





Exception culturelle


Négociations sur l'exception culturelle


Or si nous sommes capables de renoncer aux gaz de schistes, quel qu'en soit le prix à payer, jamais nous ne saurions renoncer à notre «exception culturelle» car elle n'a pas de prix. Et qu'importe si on nous raconte que «l'exception culturelle» est déjà garantie par les traités européens. Le principal c'est qu'avec ce veto, la France peut mettre les Européens et les Américains sur le gril, un peu comme à l'époque où De Gaulle faisait la politique de la «chaise vide». Bien fait pour les ultralibéralistes de Londres, les partisans de la rigueur de Berlin et tous ces donneurs de leçons de Bruxelles !

Quoi ? Le consensus que nous avons finalement accepté et signé ne serait qu'une «vieille ficelle de la diplomatie» qui permettrait à la France, mais aussi aux vingt-six autres, «de revendiquer la victoire sur des objectifs contradictoires» ? Ah perfide Albion ! Et perfides tous les autres aussi ! Et un «diplomate de haut rang» d'enfoncer le clou : «En refusant tout compromis sur la question essentiellement symbolique de l'audiovisuel, les Français n'avaient plus le choix qu'entre une perte de face nationale et un échec collectif de l'UE.»



Angela Merkel




Bon ! «Un échec collectif de l'UE», normalement cela n'aurait pas dû nous faire peur, mais Angela Merkel avait averti depuis Berlin : «les États-Unis et l'Europe ont besoin d'un grand projet qui les unisse», ce n'était peut-être pas le moment de la fâcher à nouveau, surtout qu'avec sa campagne électorale on ne sait pas comment elle pourrait prendre les choses. Bref la France a cédé et signé, et tout compte fait, c'est une bonne affaire de réglée.

Maintenant notre président va pouvoir s'occuper à plein temps de ces «escrocs en bande organisée» qui il y a quelques mois encore dirigeaient la France et que 46% des Français, nous disent les sondages, verraient déjà revenir pour piquer la place de Hollande. Ils sont vraiment fous ces Gaulois !

Source : Alexandrine Boullhet - Le Figaro économie du 15/16 juin 2013


Aucun commentaire: