ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

lundi 27 mai 2013

TAGUIEFF-BENILLOUCHE : MÊME COMBAT ?




TAGUIEFF-BENILLOUCHE :  MÊME COMBAT ?



P-A Taguieff
Peut-on être deux personnes à nous tromper aussi ostensiblement ? Certes je ne suis pas doté d’un diplôme universitaire de troisième cycle et encore moins d’une expertise dans le domaine des sciences politiques. Mais il n’en est pas de même de Pierre-André Taguieff, directeur de recherche au CNRS, attaché au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) et enseignant à l'Institut d'études politiques de Paris.

     
Barack Hussein


Le 30 janvier 2013 [1], j’avais écrit un texte sur Barack Obama et j’avais inséré un paragraphe qui visait un universitaire français pour lequel j’avais des doutes sur son amitié sincère pour Israël parce que je trouvais ses thèses trop proches de l’extrême-droite française et son attitude trop anti-arabe. Je le soupçonnais de chercher à attiser les relations judéo-arabes pour saboter tout éventuel dialogue entre israéliens et palestiniens au nom d’un islamisme exacerbé. J'avais eu alors droit à un torrent d'insultes de ses adeptes qui le considéraient comme un gourou intouchable.


J’avais écrit en effet :


"C’est cette même démarche d’information qui nous conduit à réaliser un texte similaire pour le président américain. En effet, parallèlement aux attaques insensées contre François Hollande et durant quatre ans, nous avons eu droit à la même charge contre Barack Obama, orchestrée par un universitaire, français non juif, devenu gourou des francophones qui appréciaient son anti islamisme forcené et tellement exacerbé qu’il inspirait le doute. Tant de haine pour le président américain et tant de dévotion pour un État juif, qui lui était étranger, sonnaient mal dans l’esprit de ceux qui cherchaient la finalité de cette démarche étonnante sauf à y voir un but mercantile. Il avait inondé les médias de ses textes illuminés et de ses brûlots sur Barack Hussein, en martelant systématiquement le deuxième prénom pour prouver que le président américain était musulman donc antisémite. Il était allé jusqu’à annoncer  avec certitude que pour cette raison ultime, il ne serait pas réélu ; c’est dire sa capacité d’analyse pondérée."

Arabophobie


            Pierre-André Taguieff, dans son «Dictionnaire historique et critique du racisme» (Presses Universitaires de France) vient d’adopter une thèse similaire, sinon plus agressive, à l’encontre de notre même universitaire.
 

"L'arabophobie touche également des milieux cultivés. S'appuyant sur une lecture caricaturale du «choc des civilisations», Guy Millière, universitaire proche des milieux néo-conservateurs américains et défenseur inconditionnel d'Israël, prône la guerre totale contre les palestiniens. Prenant comme exemple les émeutes des banlieues, ce théoricien néo-conservateur tend à voir la France, à ses yeux en passe de devenir musulmane, comme un ennemi de la civilisation occidentale. Nombre de clichés racistes se retrouvent dans son discours: xénophobie, haine antimusulmane et amalgames entre maghrébins, délinquants et terroristes. Quant à l'islam, il «n'a, écrit-il, aucunement participé de façon positive à l'histoire et à la culture du pays». Les arabes sont vus comme nombreux et violents."


P-A Taguieff, qui n’est pas juif mais passionné par la culture juive, est un expert de «la nouvelle droite». Il ne peut être soupçonné de partialité dans son jugement désintéressé et ne peut être accusé de susciter volontairement «un tort immérité» à l’encontre de cet universitaire qui a fait d’Israël, de l’islamisme et d’Obama son fonds de commerce. Il a tout simplement fait un excellent diagnostic.


[1]
  http://benillouche.blogspot.co.il/2013/01/les-juifs-de-barack-obama.html

Aucun commentaire: