ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

samedi 25 mai 2013

ÉLECTION PARTIELLE : LA DERNIÈRE LIGNE DROITE



ÉLECTION PARTIELLE : LA DERNIÈRE LIGNE DROITE

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps

         
         
          Il s’agit de la dernière ligne droite pour cette élection législative partielle. Les chiffres du vote par Internet ne prêtent pas à l’optimisme. Il avait été dit que, lors de la précédente élection, le système informatique avait eu des ratés ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Il avait été dit aussi que l’abstention était due aux difficultés de déplacement pour une élection qui avait lieu, dimanche, un jour non chômé en Israël. Toutes les excuses étaient bonnes à avancer pour justifier que seulement 4.734 votants avaient fait leur devoir en Israël en 2012 sur plus de 60.000 inscrits.



Désintérêt constant



            En constatant les chiffres des votants par Internet en mai 2013, on ne peut que s’élever contre le désintérêt flagrant des franco-israéliens pour cette élection, malgré la présence de vingt candidats couvrant tout le spectre électoral. Les autorités consulaires françaises ne peuvent en aucun cas être accusées de laxisme car tout a été fait, même avec des spots vidéos et la participation active de l'Ambassadeur Christophe Bigot, pour pousser les français à voter. Mais seulement 1.502 électeurs se sont exprimés en Israël en mai 2013 par internet alors que dans le même temps 3.264 voix ont été enregistrées en Italie.

            De nombreux français d’Israël s’estiment de moins en moins concernés par une élection qui ne les touche vraiment pas malgré les promesses des candidats. Depuis leur alyah, les centres d’intérêt ont été déplacés ; les enjeux s’expriment sur un autre terrain, celui d’une probable guerre au nord du pays ou avec l’Iran. Par ailleurs il est difficile de gommer la certitude qu’un seul député ne pouvait ni influer sur la politique du Quai d’Orsay ni sur la politique française à l’égard des expatriés car les préoccupations sérieuses des français de la Métropole étaient à mille lieues de celles des franco-israéliens. La situation économique en France laisse en outre planer des doutes sur les possibilités de financement de projets exclusifs en Israël.


Risque italien et turc
Alexandre Bezardin



            Dans cette dernière ligne droite, la tendance pourrait être cependant inversée si les électeurs d’Israël faisaient preuve d’un dernier sursaut en allant voter, dimanche 26 mai. En effet et contrairement à la précédente élection, le risque est grand de voir les deux candidats d’Italie et de Turquie  disputer le second tour. 

Si les israéliens ne révisent pas leur intention d’abstention, le deuxième tour se disputera d’une part entre Alexandre Bezardin, dissident UMP et ancien suppléant de Valérie Hoffenberg, qui bénéficie d’une grande implantation en Italie et d’autre part Marie-Rose Koro, vivant en Turquie, soutenue par la machine socialiste et ayant pris comme suppléant un franco-israélien Ygal Dawidowicz, proche de Daphna Poznanski. 
Marie-Rose Koro

Nous ne soyons aucune raison pour que les électeurs d’Italie, de Turquie et de Grèce votent pour des juifs qui n’ont pas cessé d’exprimer leur attachement exclusif à Israël en faisant appel à des gourous religieux ou des personnalités israéliennes alors qu’il s’agit d’une élection purement française. 
Mais les franco-israéliens paieront surtout leur désunion parce que deux ou trois candidats seulement auraient pu mieux défendre leurs intérêts. Mais la politique du «Moi ou personne» a prévalu. Par ailleurs les invectives et les injures, qui ont émaillé la campagne électorale et qui se sont diffusées jusqu’à l’étranger, n’ont pas donné une bonne image de quelques candidats qui, pour certains, se sont crus porteurs d’une mission divine ou pro-israélienne.  
Les leçons du passé ne servent à rien dans le pays des miracles. 

Aucun commentaire: