ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

dimanche 13 janvier 2013

MALI: RETOUR VERS LE FUTUR par Jean SMIA


 
MALI: RETOUR VERS LE FUTUR
 
Par Jean SMIA
copyright © Temps et Contretemps
 

Un des rares bienfaits de la colonisation en Afrique noire fut l'éradication des razzias maures qui déportaient les populations noires vers les marchés aux esclaves. La colonisation révolue, plus rien ne s'oppose à ce que les maures reprennent possession de leurs terrains de chasse historiques.
L'alibi de l'islam venant donner le change à une ONU tacitement complice. Le principe directeur de l'esclavagisme maure se perpétue dans cet islam dénaturé pour lequel tout non musulman est considéré comme esclave, à fortiori s'il est noir.  
 
Djihadistes au Mali








Islamisation 

Des politiciens, dont l'habileté aux litotes justifie la fonction, ont imaginé une nouvelle formule: la protection contre «le brigandage islamique.» Cette litote a pour intention de ramener ces événements à un épiphénomène local. Surtout éviter les amalgames: occulter que tous les mouvements que l'on voit prendre racine en Tunisie, en Égypte, en Syrie, en Somalie, au Mali, en Afghanistan et ailleurs ont tous le même objectif : L'ISLAMISTISATION des populations pour en faire des esclaves asservis à leurs nouveaux maîtres.
Ce cancer ronge un quart de la planète, qui est devenu un marché aux esclaves à ciel ouvert. À l'image d'un cancer, nous assistons à une prolifération cellulaire qui insensibilise les mécanismes anti prolifératifs avec production de métastases.  Cette insensibilisation aux mécanismes anti prolifératifs est déjà présente dans toute l'Europe. Nos médias et nos si courageux politiques y apportant leur efficace contribution par leur terreur de passer pour islamophobes.
Dans ce contexte, envoyer des troupes au Mali est aussi efficace qu'un petit sparadrap sur une fracture ouverte. Puisque, à l'image d’Israël, même si nous obtenons une victoire sur le terrain, il reste plus que certain que l'objectif d'éradiquer ce cancer ne sera pas atteint. Un parallèle avec le protocole de soin du cancer du sang devrait être envisagé pour juguler la prolifération de cette épidémie qui ne menace pas seulement les maliens. 

Cancer 

Pour tenter soigner un cancer du sang, le protocole médical est le suivant:
- on commence par détruire toutes les cellules blanches (cellules protectrices), les pourries et les bonnes.
- on analyse si la production des nouvelles cellules blanches contient suffisamment de bonnes, et on aide, par injections, à ce que la proportion de bonnes soit la plus grande possible.
- Si ça ne marche pas : on procède à une greffe de moelle pour donner à l'organisme la possibilité de produire des cellules blanches fonctionnelles.
- Si ça ne marche pas : le cancer gagne et le patient meurt.

Armée française au Mali

On a idéalisé un concept de «guerre propre» et de «frappe chirurgicale», alors que ce n'est que de la littérature. Une guerre, c'est fait pour tuer. C'est celui qui restera vivant qui aura raison. Quant au Mali, va commencer l'habituel décompte des victimes par nos médias : aujourd'hui nous menons par 17 à 3, et, selon leur habitude, ils vont nous présenter 3 morts inutiles contre 17 martyrs, avec comme accompagnement, les savants commentaires de «spécialistes» soigneusement sélectionnés...

2 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…

Commencer un billet en écrivant : "bienfaits de la colonisation" même s'il est précisé qu'ils sont "rares", ne manque pas d'une certaine audace tout à fait répréhensible.

Puis caractériser la reconquête démocratique des peuples comme étant une reprise "de leurs terrains de chasse historiques" par les Maures, est carrément iconoclaste et tout à fait irrecevable par nos cerveaux sur lesquels les "forces de progrès" règnent en maîtres.

kravi a dit…

Ça, c'est sûr que ce n'est pas politiquement correct.
Je rappelle en outre que Madame Taubira -- représentant ainsi l'ensemble de la bien-pensance contre la stigmatisation -- a présenté l'esclavagisme comme étant uniquement le fait des occidentaux. De l'esclavagisme maure et africain, il ne doit même pas être question.