ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

jeudi 17 janvier 2013

HOLLANDE CHEF DE GUERRE Par Gérard AKOUN



HOLLANDE CHEF DE GUERRE

Par Gérard AKOUN
Judaïques FM

Hollande reçoit les maliens à l'Elysée

Le voici dans un emploi  inattendu pour tous ceux qui n’ont eu de cesse de présumer  de sa mollesse, de se moquer de son indécision chronique, de son incapacité à trancher. Souvenons-nous des surnoms, «Flanby» étant le plus connu, dont on l’avait affublé, à droite comme à gauche ; ses camarades de parti n’ayant  pas été en reste pour insister sur son côté mollasson.


 Cliquer sur le triangle noir écouter la chronique



Capitaine de pédalo




Eh bien «le capitaine de pédalo» a prouvé qu’il était capable d’affronter les tempêtes, d’user des pouvoirs régaliens qui lui sont dévolus par la Constitution, pour engager la France dans la guerre. Le soutien à son action est quasi unanime à droite comme à gauche et à quelques exceptions prés, chacun salue son calme et sa détermination. Il reste bien entendu quelques esprits chagrins, peu nombreux quand même, des journalistes très marqués à droite et bien connus dans la communauté juive, pour chipoter et faire la fine bouche. Ils se répandent sur les télés ou sur les radios, pour dire : «il a été contraint et forcé d’intervenir, il ne pouvait pas faire autrement», ou minimiser son action en ajoutant «il ne  fait qu’appliquer un plan préparé par Nicolas Sarkozy» ou pour s’étonner  qu’il puisse parler de guerre contre le terrorisme  sans le qualifier d’islamique.

François Hollande a pris le risque d’engager l’armée française seule dans cette entreprise mais  il fallait  décider très rapidement, 24 ou 36 heures plus tard, les djihadistes seraient rentrés à Bamako, la capitale du Mali dont il aurait été très difficile par la suite de les déloger. La France répondait à l’appel au secours du gouvernement malien ; elle savait que son action serait approuvée par l’ONU, par les États de l’Afrique de l’Ouest, par les États- Unis, par l’Union Européenne, mais il n’était pas possible d’attendre que  leur soutien se manifeste de manière tangible pour stopper l’avance des djihadistes et commencer à les détruire pour reprendre les propres mots du président de la République. Il ne fallait pas leur laisser le temps de s’installer.



Aide logistique



Aujourd’hui, l’armée française se bat seule sur le terrain mais elle bénéficie déjà d’une aide logistique des anglais et des américains. Elle devrait, plus ou moins rapidement recevoir en renfort, des contingents de soldats africains. Je pense que François Hollande n’est pas peu fier de démontrer que la France, vilipendée sur le plan économique, considérée comme une nation de second ordre, est encore capable d’assumer un rôle de grande puissance, en  prenant la tête en Europe  de la lutte internationale contre le terrorisme. 

En politique intérieure, l’accord signé la semaine dernière entre le patronat et les syndicats constitue une avancée  importante dans l’assouplissement des rigidités  du marché du travail. Ce n’est pas encore l’accord historique recherché mais il valide la méthode prônée et appliquée par François Hollande et par son gouvernement qui consiste, sur le plan social,  à réformer par le dialogue plutôt que par l’affrontement, en privilégiant le temps de la négociation avant de légiférer en cas d’échec. Ceux qui avaient cru déceler dans cette méthode un manque de courage à affronter les conflits, voire une certaine lâcheté, se sont trompés.

François Hollande ne craint pas l’affrontement ; on va en avoir la confirmation avec «le mariage pour tous». Les opposants ont été reçus par le Président, ils ont organisé à Paris une grande manifestation avec une participation consistante, 800.000 personnes selon les manifestants, 340.000 selon la police. C’est important, mais il ne faudrait pas oublier qu’en 2010, à Paris, contre la réforme des retraites, à un mois d’intervalle, il y eut deux manifestations qui avaient réuni selon la police respectivement 400.000 et 800.000 participants. 

Encouragés par la démonstration de force de dimanche dernier, un certain nombre de députés de l’UMP demandent un référendum. François Hollande a eu l’intelligence de disjoindre la question du mariage entre deux personnes du même sexe  de la procréation médicale assistée qui fait plus débat. Il ne cédera pas sur le mariage, la loi sera votée d’autant que 60% des français y sont favorables. Il n’y aura pas de référendum. Jean Marc Ayrault pourra toujours rappeler aux députés UMP ce que disait François Fillon : le gouvernement écoute l’avis de ceux qui ont manifesté. Mais il écoute aussi l’avis de ceux qui n’ont pas manifesté.

Ce fut la semaine de vérité pour François Hollande, il maintiendra le cap.


2 commentaires:

andrew a dit…

Bravo ! c'est un hymne a la gloire de votre fromage préféré ...

Marianne ARNAUD a dit…

Vive la guerre "fraîche et joyeuse" du Président Hollande !