ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

jeudi 20 décembre 2012

CONSTRUIRE… par Gérard AKOUN


CONSTRUIRE…
 
Par Gérard AKOUN
Judaïques FM


Le gouvernement israélien multiplie, depuis deux semaines, les annonces  de nouvelles constructions à Jérusalem-Est et en Cisjordanie. Une des  dernières en date concerne 1.500 unités de logements à Ramât-Shlomo. Pour mémoire,  rappelons que ce projet date de 2010, et qu’il avait été annoncé alors même que Joe Biden, le vice-président des États-Unis, se trouvait en voyage officiel en Israël. Un pur hasard du calendrier, parait il, qui avait provoqué la colère des américains.


video
Cliquer sur le triangle noir pour écouter l'émission
 
Projet déjà annoncé

A l’époque Benyamin Netanyahou, avait expliqué, pour calmer le jeu, que ce projet avait été annoncé par une commission du ministère de l’intérieur, sans pouvoir décisionnaire et qu’il aurait  besoin d’être validé. C’est fait depuis le début de la semaine, les appels d’offres vont pouvoir être lancés. Le premier ministre annonce de nouvelles constructions, la municipalité de Jérusalem en fait autant. L’ONU condamne, bien sur. La France, la Grande Bretagne, l’Allemagne et le Portugal, tous quatre membres du Conseil de Sécurité, préparent une déclaration commune pour condamner ces constructions qu’ils jugent illégales.
Les États-Unis, quant à eux, et c’est le plus grave, considèrent qu’il s’agit, là, de gestes de provocation vis-à-vis des palestiniens mais aussi à leur égard. On leur tient, discrètement, le même discours lénifiant, ces décisions ne seront suivies d’effets que dans plusieurs mois ou plusieurs années ou même, pas du tout. Ce seraient des décisions à but électoral, en France on se contente de faire des promesses, qui permettraient à la coalition Likoud-Beiteinou de ne pas être débordée sur sa droite par le parti Habaiyt Hayehudi, crédité dans les sondages de quinze sièges. Son président Naftali Bennett ne déclare t-il pas «il faut continuer à construire à Jérusalem, dans les territoires. Ce qui entraine l’isolement international d’Israël, ce ne sont pas les constructions mais la schizophrénie des gouvernants».
Les palestiniens, eux, ont annoncé leur intention de saisir le Conseil de Sécurité ; il est possible même que, comme le permet leur nouveau statut «d’observateur non membre», ils puissent recourir à la Cour Pénale Internationale. C’est dire que dans les mois à venir, avec un Hamas en embuscade, dont les chefs sont en concurrence pour prendre la direction de l’OLP, il n’y aura pas de reprises des négociations avec l’Autorité palestinienne.
 

Condamnations unanimes
 
 

Le parti travailliste condamne ces annonces ; Tsipi Livni, la présidente du nouveau parti du centre HaTnouah s’en inquiète car elles isolent Israël, elle ajoute : «il ne faut pas jeter l’argent public pour quelques maisons sur une colline ou pour une route menant à une localité qui ne fera pas partie d’Israël lors de tout accord final». En fait, en focalisant la campagne électorale sur les problèmes de construction et de sécurité, la coalition au pouvoir fait en sorte que l’on ne parle pas des méfaits, sur le plan économique et social, de la politique libérale à outrance menée depuis de nombreuses années. Les couches moyennes se sont appauvries et les pauvres sont devenus encore plus pauvres. Shimon Peres vient de lancer un cri d’alarme : en 2011 900.000 petits israéliens vivaient sous le seuil de pauvreté, c’est quatre fois plus qu’il y a trente ans et la population israélienne n’a pas augmenté dans les mêmes proportions. A Tel-Aviv on a installé des tentes, provisoirement, pour accueillir des SDF. Est ce  digne de la Start-up Nation ?
La campagne électorale va porter sur les constructions dans les implantations et la sécurité d’Israël puisque, selon la coalition au pouvoir, les deux sont liés, mais ne faudrait il pas, aussi, débattre de la faiblesse du peuplement juif en Galilée et dans le Néguev, qui constitue  un véritable danger pour Israël ? Il suffit de circuler en voiture, pour se rendre compte du développement des villages arabes. Selon un article de notre consœur Pascale Zonszain dans Actualité Juive du 13 décembre, les arabes, les bédouins ont construit illégalement plus de 150.000 maisons individuelles et immeubles d’habitation en Galilée et dans le Néguev. Souhaite-t-on qu’à terme ces régions demandent leur autonomie ou leur rattachement à un État de Palestine quand les arabes y seront majoritaires ? Ne faudrait il pas mieux organiser, faciliter le peuplement juif de ces territoires qui ne sont ni disputés ni contestés, alors que le devenir des autres, que ça plaise ou non  reste aléatoire ? 

3 commentaires:

Pat Quartier-PAROLEVOLEE a dit…

Imputer la responsabilite exclusive de la misere sociale qui sevit scandaleusement en Israel aux partis de droite-sous entendu- favorisant par priorite des constructions juives au detriment des problemes sociaux est malhonnete.
Le veritable changement de cap en la matiere provient essentiellement au Parti Travailliste de chimon Peres a partit des accords d'Oslo et dans la meme foulee aux corrompus de Kadima qui ont avec les Accords d'Oslo lance le slogan :faire d'Israel un Hong-Kong economique laique en contrepartie de vieilles pierres et de champs de tomates".
Le parti travailliste pour lequel a vote alors la classe economique la plus favorisee et donc la moins populaire est l'instigateur premier de ce changement de societe regrettable où la croissance anarchique s'est faite excessivement au detriment du social.
Par la suite tous les gouvernements ont suivi, s'entend ceux de droite pas plus ni moins que les precedents au service de la classee dominante.Qui en Israel compte serieusement sur la gauche classique ou Kadima pour remedier ce probleme?
La question des constructions releve d'une autre discussion.

Mivy a dit…

On peut discuter sur la responsabilité de la droite au pouvoir dans l'accroissement de la misère, mais qu'elle soit responsable ou non ne change rien, la misère augmente.
Or si la campagne s'axe sur ce sujet l'équipe en place est mal partie, d'où l'intérêt de porter l'attention sur des sujets nationaux.
C'est d'ailleurs l'attitude constante des dictatures arabes, qui incapable de juguler le chômage chez eux, parlent des "pauvres palestiniens"

andre a dit…

Les méfaits de la politique libérale" , c'est d'abord la réduction du taux de chômage et une augmentation de produit national brut de3 à 4 % par an,. Les inégalités augmentent et il faudra tenter de les réduire mais surtout que l'on ne casse pas la machine pour faire plaisir aux candidats de la gauche en quête de suffrages!
Le système fonctionne et il pourrait fonctionner mieux mais entre les mains des doctrinaires qui ne savent pas comment naît la richesse , il se gripperait et le pays perdrait tous ses paris.
André M