ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

vendredi 23 novembre 2012

DE PLOMB DURCI À PILIERS DE DÉFENSE par Gérard AKOUN


DE PLOMB DURCI À PILIERS DE DÉFENSE

Par Gérard AKOUN
Judaïques FM


Hamas à Gaza

        Quand l’opération «Piliers de défense» a commencé, les média français ont considéré, à quelques exceptions prés, qu’Israël avait, comme tout autre pays, le droit de se défendre contre ces roquettes qui tombaient, jour après jour, sur son territoire. L’agresseur était clairement désigné, c’était le Hamas. Dans la mesure où il affirme gouverner Gaza, il est responsable de la reprise du conflit qui en réalité, n’avait jamais vraiment cessé. Des roquettes continuaient à tomber sur le sud du pays mais en nombre limité.

Cliquer pour écouter la chronique


video
Cliqur sur le triangle noir pour écouter la chronique
 
Représailles

Les dirigeants du Hamas savaient pertinemment  qu’en déclenchant ce pilonnage intensif, ils se heurteraient à de sévères représailles israéliennes et, compte tenu du déséquilibre des forces, ce seraient les civils gazaouites, qui en seraient les principales victimes. Ont-ils été obligés d’assumer ce réchauffement du conflit sous la pression du djihad islamique, dont on connait les liens avec l’Iran ?  C’est très possible : cet affrontement  profite, principalement, à l’Iran et à la Syrie, le nucléaire iranien comme les massacres en Syrie, ne sont plus à la une des médias et il n’était pas dans l’intérêt du Hamas de voir partir  en fumée, dans les décombres provoquées par les frappes  israéliennes, les centaines de millions de dollars distribués par l’Emir du Qatar.
 
Mais, très vite, il aura suffi qu’il y ait plus de victimes palestiniennes que de victimes israéliennes pour que  nos médias nationaux retrouvent leur tropisme pro-palestinien, leur aversion vis-à-vis d’un Israël fort, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Cette comptabilité des victimes, qui n’est prise en compte que dans le cadre du conflit israélo arabe, comme seul critère du degré d’évaluation des responsabilités, est détestable. On peut faire beaucoup de reproches à Israël, mais on ne peut lui reprocher de protéger sa population, de faire en sorte que les  centaines de roquettes qui tombent tous les jours sur son territoire, et qui visent des populations civiles, fassent le moins de victimes possibles. En fermant les écoles dans les villes du sud soumises à des bombardements incessants, on a évité un carnage quand une école à Ashkelon a été détruite entièrement par un missile Fajr de fabrication iranienne.  Fallait il que le nombre de victimes soit à peu prés identique pour que nos médias prennent aussi en compte, comme pour les palestiniens, les traumatismes provoqués chez les israéliens ?
Les habitants de Gaza souffrent, personne ne peut le nier, ils font la une des journaux télévisés, mais le fait de le savoir, les console t-il des pertes qu’ils subissent, d’autant que les terroristes les amplifient en n’hésitant pas à installer leurs lance-roquettes dans les écoles, dans les habitations. Le sort des civils n’est pas leur souci principal. Comment  pourrait-il l’être, quand leur bras armé, les brigades Al Quassam, déclare dans des vidéos à l’intention des soldats israéliens «nous aimons plus la mort que vous n’aimez la vie». Les journalistes français, comme tous ceux qui couvrent ce conflit,  possèdent toutes ces données, ils ne les utilisent pas. L’information qu’ils fournissent au public est biaisée.
 

Cessez-le-feu
 

Un attentat a eu lieu à Tel-Aviv, mais  un cessez le feu de vingt quatre heures a été conclu, au Caire, entre le Hamas et Israël, sous les auspices du président égyptien Mohamed Morsi et de la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton. Des discussions vont se poursuivre pour aboutir, il faut l’espérer, à une trêve de longue durée. Les conditions de l’accord sont les suivantes : Israël devra  cesser les éliminations ciblées, et les incursions à Gaza mais le blocus de Gaza ne sera pas allégé dans un premier temps. Le Hamas et le Djihad islamique s’engagent à arrêter les tirs de roquettes. Les israéliens ont évité une intervention terrestre  coûteuse en hommes et qui aurait été désastreuse pour leur image car les bavures n’auraient pas manqué. Les palestiniens ont sans doute épuisé une bonne partie de  leur stock de roquettes et se sont rendu compte qu’ils ne disposaient pas d’un soutien réel de l’Egypte .Tous deux avaient donc intérêt à conclure ce cessez-le-feu.
Aujourd’hui, on semble avoir évité le pire, mais impossible de savoir de quoi sera fait demain. Les affrontements  ont duré huit jours, ils ont fourni la preuve que le statu quo est mortifère ; les palestiniens sont de mieux en mieux armés ; on est passé des kassams dont la portée était d’une quinzaine de kilomètres et la charge en explosifs de un à trois kilos aux Fajr-5 dont la portée dépasse les soixante-quinze kilomètres et la charge emportée les cent kilos d’explosifs. Israël peut encore obliger ses adversaires à accepter un cessez-le-feu, mais jamais rien de définitif ; l’opération «Plomb durci »  a débuté fin 2008, un calme relatif n’aura duré que quatre ans. Il est temps que palestiniens et israéliens, admettent qu’ils sont condamnés à cohabiter sur la même terre et qu’ils négocient un compromis  douloureux mais nécessaire.

 

1 commentaire:

JEAN a dit…

Tout a été dit et redit sur l'inégalité de traitement des médias sur ce conflit et ceux à venir , pour des raisons sans doute inavouables , car vous savez bien que les dirigeants palestiniens et en particulier ceux du Hamas ne veulent en aucun cas d'une paix quelle qu'elle soit avec Israël , sinon sa dispartion totale .