Après l’affichage du premier article, le chargement des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

mardi 9 octobre 2012

VACCINS OU DÉCONTAMINATION ?


VACCINS OU DÉCONTAMINATION ?

Par Jean SMIA
copyright © Temps et Contretemps



Le fanatisme religieux est un virus qui possède les particularités du sida et du cancer à la fois. Du sida puisqu’il se transmet par contiguïté avec neutralisation des défenses naturelles. Du cancer puisqu’il entraîne la modification du comportement d'une cellule. À cela se rajoute un symptôme de schizophrénie religieuse auto destructrice.




Communauté ciblée

L'islam en prison

Il se trouve que ce virus a pris pour cible une de nos communautés religieuses comme cela pourrait arriver à n'importe laquelle d’entre elles. On s'acharne à poser des questions à ces musulmans, responsables ou anonymes, français ou étrangers, alors qu'ils ne sont que les victimes de ce virus. C'est un peu comme si, un fils, un cousin ou un neveu vous volait votre identité et commettait, sous votre nom, crimes et malversations et que des journalistes venaient vous demander votre sentiment. 
Comment faire comprendre qu'on est victime, sans enfoncer ce parent dévoyé ? Ce sont précisément ces explications embrouillées autour du «on ne fait pas ça chez nous» que l'on entend en réponse. Puis, comme par compensation, on va interroger un rabbin ou un curé, qui vont aussi ne bredouiller que des lieux communs.
Or, derrière toutes ces inquiétudes, il y a une question d'ordre général plus grave qui concerne l'État français, un État de droit. Notre code pénal dispose de lois, de mesures et de procédures pour protéger les citoyens de l'influence des sectes mais rien sur le détournement ou la falsification d'une religion. Les armes juridiques manquent ainsi que la définition de ce délit.  Que prévoit notre code pénal pour ce type d'usurpation ? Qui déclenche les poursuites ? Au nom de quoi ou de qui ? Quelles sont les peines encourues ?

Séparation de l'Église et de l'État

Lorsque l'État entre en guerre, les Églises défendent l'État ; mais lorsqu'on détourne une religion, l'État reste sans moyens pour se défendre. Alors on décide qu'il faut attendre qu'il y ait du sang, ou un délit de droit commun pour agir. Certains soupçonnent les ministres de chercher à améliorer leur côte de popularité en ne procédant aux arrestations qu’après les actes.
Ce que nous vivons ne concerne pas que l'islam mais toute autre religion. Imaginons que des catholiques fanatiques décident, au nom de la défense de leur catholicisme, que les cafés doivent fermer pendant les Vêpres et qu'ils menacent de commettre des attentats pour obtenir gain de cause. Faut-il attendre que des attentats aient lieu ou avons-nous des moyens juridiques de nous prémunir de cette sorte de projets ? S'ils n'existent pas, il faudrait peut-être penser à en faire voter.
Emmanuel Vals semble réagir efficacement. Cependant, les RG avaient la «fiche» de l'activiste tué à partir duquel une douzaine de personnes ont été arrêtées; et ce n'est pas fini. Alors se posent les questions :
-          Les RG avaient-ils des «fiches» sur les 12 autres ? Si non : pourquoi ?
-          De combien de «fiches/profil» similaires à celle-ci et à celle de Merah, disposent les RG ?
-          Les RG doivent-ils seulement compiler des fiches ou existe-il un «service action» qui aurait la charge du nettoyage ou de la prévention ?

Sécurité du territoire

Dans ce contexte, il s'agit de la défense et de la sécurité du Territoire, comme au temps de la guerre froide, car il s'agit d'une guerre qui nous est déclarée. Une guerre bactériologique. Une guerre dans laquelle l'ennemi se déguise en musulman, afin d'inoculer le virus du fanatisme à ceux de nos enfants qui rêvent d'une revanche à leur exclusion culturelle et sociale.
Une guerre qui nous été officiellement déclarée le 5 août 1990 par la Déclaration du Caire des droits de l'homme en islam qui projette de soumettre tous les humains à l'islam. 60 pays l'ont signée [1].  Une guerre à nos droits de l'homme a été dénoncée à notre parlement européen à Bruxelles le 9 juillet 2012,  au sujet de laquelle il a été instamment demandé à tous nos gouvernements de prendre les mesures appropriées. À moins que les cours de morale à l'école soient considérés comme la mesure la plus appropriée à cette situation.
Le gouvernement ne dispose d'aucun vaccin contre ce virus, pas même de «cellules de décontamination», car nos prisons sont, à présent, des centres d'inoculation. Il doit faire face à une guerre bactériologique à laquelle il serait peut être judicieux d’avoir  l'avis de l'État-major de nos armées, un avis de professionnels sur une guerre déclarée il y a plus de 10 ans sans qu’ils le sachent.
Chaque fois que 20 activistes sont arrêtés, 200 sont contaminés. Rien qu'en France.......

[1] tapez OCI sur Google pour trouver les pays signataires et le texte

Aucun commentaire: