ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

lundi 21 janvier 2013

KAHLON : UN COUP DUR POUR NETANYAHOU



KAHLON : UN COUP DUR POUR NETANYAHOU


Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps



En raison de la nouvelle actualité, nous republions un article du 15 octobre 2012 qui traçait un portait de Moshé Kahlon.
Benjamin Netanyahou a décidé de nommer Moshe Kahlon à la tête de l'Administration des Terres d'Israël. Le Likoud a déclaré que le but de cette nomination était de réduire considérablement les coûts des logements pour les citoyens d'Israël, et en particulier pour les jeunes couples et les anciens combattants.
Les adversaires du premier ministre assimilent cette nomination à une manœuvre de dernière minute pour redresser la courbe défavorable des sondages. Ainsi la leader du parti travailliste Shelly Yachimovich a déclaré : «La nomination de Kahlon à la tête de l'Administration des Terres d'Israël est un cri depuis l'enfer social que Netanyahou nous prépare dans 48 heures, s'il est élu. Kahlon avait démissionné en signe de protestation contre la politique économique et sociale de Netanyahou, et c'est une preuve de panique de la part de Netanyahou».





Moshe Kahlon, né le 19 novembre 1960 à Hadera, n’est pas connu en Europe et pourtant c’est l’un des hommes politiques israéliens les plus en vue. Député du Likoud, il détient les portefeuilles de ministre des Communications et de ministre de la Santé et des Affaires sociales. Il a été élu pour la première fois député à la Knesset en 2003. Sa réussite a été concrétisée durant les primaires du Likoud où il est arrivé troisième sur la liste des candidats.



Caution orientale


Trois mois avant les élections anticipées de janvier 2013, il a annoncé qu’il faisait une pause politique en ne se présentant pas aux prochaines élections. Il n'a pas justifié sa décision qui n’est pas claire parce qu’il était pratiquement certain d'obtenir la première place aux primaires du Likoud. Sa décision brutale a surpris tous les politiques,  et le premier d’entre eux.
C’est un coup dur pour Netanyahou car Moshé Kahlon, issu d'une famille nombreuse modeste, était la caution orientale du premier ministre en raison de ses origines libyennes. Il représentait aussi sa caution sociale car, durant son mandat à la Knesset, il s’était attaché à améliorer la situation financière des catégories sociales défavorisées israéliennes. Il avait présenté en particulier un projet de loi visant à réduire la facture d’électricité des familles pauvres. Par ailleurs, il a voulu casser le monopole des opérateurs de téléphonie mobile en libéralisant le marché. Il avait réussi à faire baisser les coûts du forfait de l’ordre de moitié. Il avait pour cela ouvert le marché israélien à d’autres opérateurs, Golan Mobile en particulier créé par le français Michaël Bokobza, ancien directeur de Free.

Symbole social
A la tribune du Likoud
     Au moment où les élections ont été anticipées pour cause de refus de vote d’un budget d’austérité, Netanyahou perd un symbole social qui devait jouer un rôle primordial dans la campagne électorale du Likoud. Cela dénote que le premier ministre a du mal à partager un pouvoir omnipuissant face au vide d’une opposition atone.  D’ailleurs, Kahlon aurait mieux trouvé sa place parmi les travaillistes avec lesquels il partage les mêmes convictions sociales.
Mais il est une constante que le monde politique israélien n’arrive pas à garder ses meilleurs hommes qui ont du mal à s’habituer à un système sclérosé qui ne fait pas la part belle aux hommes d’initiative et ambitieux, aux créateurs et parfois aux génies politiques. Les jalousies à l’intérieur du parti mettent souvent à mal la montée en puissance des étoiles qui ont tendance à se décourager vite. La politique est ainsi faite que les hommes n’arrivent plus au sommet pour leurs compétences mais plutôt pour leur capacité à avaler des couleuvres et à se courber face au chef. Le secteur privé est avide de ce genre de personnages qui révolutionnent les habitudes. L’adage que les meilleurs quittent la politique et que les mauvais restent se vérifie ainsi.

      On ne connait pas l’avenir de Kahlon mais c’est une pointure qui manquera aux partis politiques, et au Likoud en particulier. Il était le symbole de la réussite d’un oriental face à la puissance établie. Il avait sa propre personnalité qui lui a permis de prendre position en faveur de la contestation lors de la révolution des tentes en Israël durant l’été 2011. 
Les tentes au boulevard Rothschild


      D’ailleurs il a été le seul ministre du Likoud à voter contre les coupes budgétaires parce qu’il estimait qu’elles touchaient particulièrement les classes défavorisées.  On se demande ce qu’il faisait parmi les gens de droite. Il se voyait bien en ministre des finances pour infléchir la politique économique du gouvernement mais il aurait pris trop d’ascendant sur le premier ministre qui n'aime pas qu'on lui fasse de l'ombre bien qu'il surfe sur des sondages qui lui sont favorables. Mais le premier ministre devrait se méfier d’une trop grande assurance qui risque de devenir un fardeau en l'éloignant de ses meilleurs éléments.  


Aucun commentaire: