ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

lundi 15 octobre 2012

FRANCOPHONIE : BALAYER DEVANT SA PORTE



FRANCOPHONIE : BALAYER DEVANT SA PORTE

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps

              
Francophonie à Kinshasa

        Les délégués de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), réunis à Kinshasa, ont terminé leurs travaux en s’éloignant des termes constitutifs de leurs statuts qui privilégiaient les intérêts culturels aux problèmes politiques. Comme d’habitude, ils ont voté des résolutions politiques. La Francophonie s'est élargie, samedi 13 octobre, en accordant à l'Arménie le statut de membre à part entière de l'organisation, celui d'observateur à l'Uruguay et en faisant entrer le Qatar directement comme membre associé. Les pétrodollars ont certainement convaincu les délégués que le français était très développé au pays de la charia. Le dollar n’a pas d’odeur.


                              Refus du veto

L'OIF compte désormais 57 membres, dont 3 associés et 20 observateurs mais Israël, avec ses centaines de milliers de francophones et ses projets culturels français, n’a pas droit de siéger parmi ces «défenseurs» de la langue de Molière.
Mais les décisions finales prises par les délégués ne laissent pas d’étonner. Comme d'habitude, la politique n’est pas restée absente des débats, dans une sorte d’Assemblée générale de l’ONU bis. Se référant au problème syrien, tous les pays se sont élevés contre le blocage au sein du Conseil de sécurité, incapable de prendre des décisions face au veto de l’un ou de l’autre membre permanent. Ils ont donc réclamé une modification des règles internes à l’ONU pour permettre une prise de décision majoritaire par la suppression de la règle du veto, avec bien sûr l’idée masquée de pouvoir un jour voter une motion contraignante contre Israël lorsque le veto américain ne protégera pas l’État juif.
Mais les délégués de l’OIF ont un culot désarmant. Ils devraient d’abord balayer devant leur porte car ils réclament des changements des règles à l’ONU sans songer qu’ils devraient d’abord les appliquer à la Francophonie en priorité. En effet, la règle actuelle du veto permet à un seul pays de s’opposer à l’entrée d’un nouveau membre au sein de l’OIF à l’instar du Liban qui s’oppose à l’entrée d’Israël au sein des pays défenseurs de la langue française.
Fais ce que je dis mais….

Lire le précédent article sur la Francophonie en cliquant :

http://benillouche.blogspot.fr/2012/06/var-gaq-gaq-gaq_22.html


2 commentaires:

Hubert NATAF a dit…

Cela ne changera pas, à quoi bon d'essayer

Marianne ARNAUD a dit…

La Qatar entrant directement comme membre associé de l'OIF, sans passer par la case "observateur".
Israël indéfiniment bloqué par le moindre veto du plus petit état arabe.
J'ai honte. Honte pour la France dont les dirigeants aveuglés par la cupidité et l'opportunisme, ne savent même plus reconnaître qui sont leurs vrais amis.