ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

samedi 4 août 2012

L’ÉGYPTE S’ENFLAMME par Zvi MAZEL



L’ÉGYPTE S’ENFLAMME

Par Zvi MAZEL

Ancien ambassadeur d’Israël en Égypte

Fellow of the Jerusalem Center for Public Affairs

copyright © Temps et Contretemps


Le combat des chefs se poursuit, indécis, fait de rebondissements juridiques et de coups fourrés. Chacune des parties marque des points à son tour et il est encore trop tôt pour déterminer qui, des généraux ou des Frères musulmans, l’emportera en fin de compte.
Hicham Kandil



Gouvernement de technocrates

La Haute Cour a jugé la déclaration constitutionnelle promulguée par la junte conforme à la constitution mais a remis à septembre sa décision concernant la légalité de l’assemblée constituante. En attendant, ladite assemblée met les bouchées doubles et  continue à mettre au point une série d’articles à forte connotation islamique, affirmant la supériorité absolue du pouvoir civil et subordonnant l’armée au président. Elle ne cache pas son but, qui est de terminer la rédaction de la constitution et de la soumettre au referendum avant  que la Haute Cour n’ait rendu son arrêt.
En effet, une fois la constitution ratifiée par référendum, on voit mal comment la Haute Cour pourrait prendre une décision allant contre la volonté du peuple, démocratiquement exprimée. Pour le moment, la junte, qui s’est donné les moyens d’intervenir dans la rédaction de la constitution, ne bouge pas, sans qu’il soit possible de savoir si elle attend son heure ou si elle s’apprête à jeter l’éponge.
Morsi et Kandil
Après bien de tergiversations le président Morsi a choisi le premier ministre chargé de prendre en main les destinées du pays. Il s’agit d’un technocrate peu connu, mais proche des milieux de la confrérie des Frères musulmans.  Hisham Kandil s’est entouré de ministres technocrates ou Frères musulmans ; certains appartenant aux deux groupes à la foi. Cependant un général devient ministre de l’intérieur tandis que le maréchal Tantawi garde son poste de ministre de la défense. Seulement deux femmes, dont un copte, sur les 35 ministres. Le nouveau gouvernement commence à fonctionner tant bien que mal.
Maréchal Tantawi

Les services publics en panne

Pendant ce temps,  le ramadan et ses contraintes rendent fou un peuple qui n’en peut plus d’attendre l’amélioration de son sort. La chaleur a battu des records historiques, entraînant de fréquentes coupures d’électricité et d’eau, très mal supportées par les dizaines de millions d’égyptiens qui jeunent du lever au coucher du soleil. La pénurie de pétrole s’installe et le gaz butane manque. Sans la précieuse bouteille, indispensable pour la cuisson dans ce pays où le gaz de ville ne touche qu’une petite partie de la population,  impossible de préparer le repas qui marque la fin du long jeune.
Alors, dans les longues files d’attente sous un soleil de plomb, les esprits s’échauffent vite. La semaine dernière, début d’émeute dans la queue : bilan, cinq morts. Partout les nerfs sont à fleur de peau et le moindre incident peut transformer la rue en champ de bataille. Voici quelques exemples tirés de la presse égyptienne ces derniers jours. En Haute Égypte, des soldats importunent des femmes respectables et tout le  village se soulève contre les forces de sécurité. Les soldats ripostent en tirant à balles réelles : quatre morts.

Incidents sanglants


En plein cœur du Caire, un individu armé d’un couteau entre dans le luxueux complexe des Tours du Nil et réclame de l’argent. Un policier intervient et tire. L’individu est tué. Aussitôt c’est l’émeute. Affrontements, bâtiments endommagés, véhicules incendiés. L’ordre revient mais, avec la nuit, les affrontements reprennent. Les arrestations se multiplient tandis qu’un déluge de gaz lacrymogène s’abat sur les taudis où s’entassent des familles entières.  
La situation ne fait qu’aggraver les tensions intercommunautaires d’autant que les extrémistes musulmans et les salafistes ont l’impression d’avoir le vent en poupe. Les coptes en payent le prix.  Dans la grande banlieue cairote, un repasseur copte brûle accidentellement la chemise d’un client musulman, les injures fusent, le ton monte  et   le quartier  s’embrase ; bilan un mort, des dizaines de blessés ; plus grave encore,  des familles coptes sont priées, sans ménagement, de quitter leur logement et d’aller chercher refuge ailleurs.
Le président Morsi a lancé un appel au calme et a promis de faire respecter la loi, mais ce sont là des promesses creuses. Cela fait des mois que l’insécurité va grandissante. Les plus riches emploient des gardes du corps pour accompagner leurs enfants à l’école après une série d’enlèvements pour rançon. Les agressions verbales ou physiques contre les femmes sont monnaie courante. Les hôpitaux doivent fermer leurs portes à clé pour tenter de se protéger contre les trafiquants armés venant y chercher de la drogue.

Nerfs à fleur de peau
Souk du Caire

Et les touristes, source vitale pour des millions d’égyptiens, se font rares. Les commerçants de Khan el-Khalili, l’immense souk du Caire, sont sortis de chez eux pour la première fois de l’histoire pour aller manifester dans la rue. Comme toujours, il y a ceux qui cherchent un bouc émissaire : les États-Unis, bien sur, mais surtout  Israël. Ainsi une station de télévision a l’heureuse idée de convoquer des personnalités en vue pour ce qu’ils croient être une interview pour la télévision allemande : une fois dans le studio, on leur «révèle» qu’il s’agit en fait de la télévision israélienne. Fou de rage, un acteur se jette sur la speakerine, la frappe et la jette à terre….
Autre exemple : le président israélien Shimon Pérès ayant envoyé au président Morsi ses vœux à l’occasion du Ramadan, l’ambassade égyptienne à Tel-Aviv lui a fait parvenir tout à fait officiellement  une réponse polie de la présidence égyptienne. La publication de cette réponse provoque un tel tollé dans la presse égyptienne que le porte-parole de la présidence en vient à en  démentir l’existence !
L'Egyptien Alaaedin Abouelkassem, premier escrimeur africain médaillé olympique
Tout de même, cette fin de semaine a apporté trois bonnes nouvelles. Un accord a enfin été conclu avec la Banque Mondiale qui va prêter de l’argent à l’Egypte à long terme et à un taux très bas. L’Égypte a remporté une médaille d’argent au fleuret aux Jeux Olympiques. Enfin et plus important encore pour les masses, le nouveau ministre des sports a promis de rétablir les matches de football, interrompus depuis les incidents sanglants qui avaient fait des dizaines de morts à Suez il y a quelques mois.

Aucun commentaire: