ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mardi 10 juillet 2012

LES GRANDS HOMMES ET LES AUTRES



LES GRANDS HOMMES ET LES AUTRES

Par Jacques BENILLOUCHE
         
Menahem Begin

        Yitzhak Shamir, ainsi que Menahem Begin et David Ben Gourion, ont consacré leur vie à leur pays et avaient des relations désintéressées avec l’argent. Ces hauts dignitaires de l’État ont eu une vie simple, presque ascétique, dans leur petit appartement d’israélien moyen. L’État d'Israël est souvent chiche avec ses héros.



Dénuement


Le contraste est saisissant avec les hommes d’aujourd’hui car ce petit homme Shamir, qui a risqué sa vie au groupe Stern et au Lehi pour l'indépendance de  l’État d’Israël, qui a bourlingué en Europe en tant que responsable du Mossad, qui a été ministre, premier-ministre et président de la Knesset, a fini sa vie dans un relatif dénuement, avec ses maigres revenus de fonctionnaire, dans une maison de retraite de Tel-Aviv. Sa  femme avait demandé en vain une aide financière médicale qui lui a été partiellement refusée.
        Or, ancien premier ministre peut être un job en or et certains s’en sortent beaucoup mieux que d’autres. D’autres premiers ministres roulent sur l’or parce qu’ils ont fait de leur ancien poste un business fortement rémunéré en monnayant très cher leurs conférences aux États-Unis.
Ehud Barak

On se demande si la nouvelle génération d’hommes politiques ne vient pas au pouvoir pour s’enrichir. Cela explique que les industriels et les hommes de la finance israélienne désertent les travées de la Knesset parce qu’ils ont déjà de gros moyens grâce aux grands groupes qui leur offrent des rémunérations d’un montant exorbitant, relativement au salaire moyen de 8.000 shekels. Ehud Barak vient de vendre son appartement de la tour Akirov à Tel-Aviv à un prix de 5,5 millions d’euros (26,5 millions de shekels) pour le double du prix d’achat.

Corruption

Ehud Olmert

Nous apprenons aujourd’hui que l'ex-premier ministre israélien Ehud Olmert a été jugé coupable de «manquement à ses devoirs». Le jugement concerne l’affaire dite du «Centre d’investissement», un organisme officiel à l’aide duquel il avait favorisé des prêts et des garanties officielles au profit de sociétés gérées par Uri Messer, son ex-associé dans un cabinet d’avocats, alors qu’il était ministre du Commerce et de l’Industrie (2003-2006).
Les casseroles qu’il traine depuis plusieurs années sont nombreuses. Ehud Olmert a aussi été inculpé le 5 janvier 2012 de corruption dans le cadre d'un scandale immobilier à Jérusalem alors qu'il était maire de la ville. Douze personnes, dont son ancienne directrice de cabinet, Shula Zaken et son successeur à la mairie Ouri Loupolianski, accusés d'avoir reçu des pots-de-vin de promoteurs à l'origine d'un vaste projet immobilier surnommé «Holyland», ont également été inculpées.
Le temps est loin où le général de Gaulle exigeait de payer, de sa poche personnelle, le repas de ses enfants invités à titre privé à l’Élysée. Il est vrai qu’il y a les Grands hommes, et les autres. Mais la démocratie israélienne a beaucoup souffert ces derniers temps d’affaires peu glorieuses touchant à des dirigeants peu scrupuleux. Beaucoup d'entre eux ont fréquenté les prisons tandis que d'autres y croupissent encore. Il serait temps de faire le ménage politique. La justice implacable israélienne a l'avantage de ne pas se courber devant les politiques et les ministres.

Aucun commentaire: