ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

dimanche 8 juillet 2012

BILLET D’HUMEUR : L’HORREUR AFGHANE




BILLET D’HUMEUR : L’HORREUR AFGHANE

Par Jacques BENILLOUCHE

L'exécution filmée

L’horreur a-t-elle des limites ? C’est la question que l’on pourrait se poser lorsque des informations dignes du moyen âge nous parviennent. Et encore, il est fort probable qu’en cette lointaine période, les hommes avaient plus d’humanité. On reste sans voix ou plutôt sans plume.



Un islam de haine

Dénoncer les crimes commis par des islamistes extrémistes n’est pas du bon goût de toutes les chancelleries occidentales car cela risque d’indisposer des dirigeants musulmans qui ont besoin de toute notre sollicitude, eu égard à la richesse de leur sous-sol. Mais pourtant, il est nécessaire de traquer ce qui ressemble à de l’horreur gratuite.
Malgré la présence locale des américains, totalement débordés, une afghane de 22 ans, Najiba épouse de Juma Khan, a été condamnée à mort. Les talibans, qui règnent en maîtres en Afghanistan soumis à l’arbitraire de la charia, l’accusaient d’adultère et son époux a approuvé la sentence alors que les faits n’étaient pas avérés.
Un groupe d’hommes s’est réuni dans un village à une centaine de kilomètres de Kaboul pour filmer l’exécution comme s’il s’agissait d’un spectacle de fête. Les images de la vidéo sont terribles et insupportables pour une personne censée. Il faut avoir les nerfs solides. Selon la vidéo «plusieurs dizaines d'hommes, assis par terre ou regroupés sur des toits de maisons à flanc de montagne, fixent la silhouette d'une femme recouverte d'un voile grisâtre, qui leur tourne le dos. L'accusée, assise sur ses talons, écoute la sentence, ou plutôt son arrêt de mort, sans bouger ni chercher à s'enfuir.»

Un époux "courageux"

Son mari, habillé tout de blanc pour la circonstance, jubile à l’idée de se faire justice lui-même. Tout juste sa femme se permet-elle de tourner fugitivement la tête en début de séquence, avec courage et résignation, dans un dernier regard de pitié. Aux cris d'Allah Akbar, l’homme indigne tire deux premiers coups en direction de la femme qu'il manque. Une troisième balle la touche à la tête. La victime s'écroule. Mais insatisfait, il fait feu à dix reprises encore pour défouler sa haine sur le  cadavre.  
Le courageux commandant taliban local, a supervisé l’exécution, laissant à ses subordonnés les missions secondaires et banales de couper les mains et les pieds des afghans coupables de vol. La propagation d’un islam radical se fait dans l’indifférence des occidentaux qui ferment les yeux sur une lèpre qui dévore progressivement le monde moderne sans gêner nos consciences.
Ces méthodes archaïques risquent d’atteindre les pays qui ont gagné leur révolution et où les libertés sont bafouées systématiquement par des machistes qui se vengent de leur impuissance, avec facilité et lâcheté, sur des femmes qui ne sont plus considérées comme faisant partie de la race humaine. 
Le président afghan Hamid Karzai (2e g), le Premier ministre japonais Yoshihiko Noda (2e d) et le secrétaire général de l'ONU, Ban ki-Moon, le 8 juillet 2012 à Tokyo

Et, dans cette indifférence totale, la communauté internationale a promis, ce 8 juillet à Tokyo, 16 milliards de dollars d'aide sur quatre ans à l'Afghanistan. Comprendra qui veut !

Aucun commentaire: