ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

vendredi 29 juin 2012

LE CAS PRASQUIER



LE CAS PRASQUIER
Par Jacques BENILLOUCHE
Serge Hadjenberg

                Je ne fais aucune fixation sur le cas de Richard Prasquier qui est une personnalité respectable, manquant certes de charisme au moment où la communauté traverse des instants difficiles.
J’avais écrit le 12 mai un article : «Prasquier est sorti de son rôle»

          J’avais alors estimé que le président du CRIF, en prenant une position affichée pour Nicolas Sarkozy, hypothéquait l’avenir en cas d’élection de François Hollande qui ne l’avait d’ailleurs pas invité à l’Élysée le jour de sa prise de fonctions. J’avais conclu l’article par la phrase :
Il a déjà mérité sa Légion d’Honneur et il se grandirait à s’en aller sur la pointe des pieds à moins qu’il ne cherche encore à soutenir son candidat à l’élection législatives pour la 8ème circonscription incluant Israël. Il pourra se tromper une deuxième fois pour démontrer que, s’il est un bon cardiologue, il est un mauvais politique.
La solitude du critique

        J’avais été violemment critiqué, insulté, et traité de gauchiste à la suite de cet article parce que j’avais attenté à l’image d’une icône de la communauté juive.

        Mais je viens de recevoir un renfort en la personne du directeur de RadioJ, Serge Hadjenberg, à l’occasion de son éditorial du 28 juin. Il ne peut pas être qualifié à proprement parler de gauchiste. Il a utilisé des termes moins diplomatiques que les miens en lui demandant de «dégager» : «Je me surprends à utiliser un récent et court slogan: -dégage!-. Son second et dernier mandat se termine fort heureusement dans dix mois.» 
        Membre lui-aussi du CRIF, il a encore  abondé dans mon sens : «Jamais un président du CRIF n'avait clairement donné des indications de vote pour un des deux grands candidats à une élection présidentielle, contrairement à toutes les règles et coutumes de notre organisation».
Cela va mieux en le disant à la radio. C’est aussi agréable de ne pas se sentir seul.

Aucun commentaire: