ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

lundi 18 juin 2012

UNE CLAQUE, ET MAINTENANT ?



UNE CLAQUE, ET MAINTENANT ?
Par Jacques BENILLOUCHE

                Les jeux sont faits. Les français ont tranché sans état d’âme pour donner à la gauche tous les pouvoirs en France. Ils l’ont fait en toute connaissance de cause en privilégiant leur intuition plutôt que les consignes des appareils politiques et les mises en garde dressées devant eux. Certes de nombreux commentaires viendront s'opposer à la terminologie de "claque" mais il n'y a pas de mots pour illustrer la défaite de nombreux ténors de l'UMP. Aujourd'hui, le combat est terminé et les passions doivent s'appaiser pour permettre à la France de gagner la guerre économique. 
  





Barons inamovibles
        Les français ont mis à la retraite des barons inamovibles de la politique qui s’étaient accrochés à leurs sièges mais qui ont fait leur temps à l’instar de François Bayrou au centre, Jack Lang et Jean-Pierre Brard  à gauche, ou Michèle Alliot-Marie et Eric Raoult à droite. Ces députés professionnels  avaient occupé les travées de l’assemblée en bloquant la promotion des jeunes pousses. Les français ont décidé de rajeunir la classe politique et de féminiser l’élite des dirigeants. Ils ont voulu des politiques jeunes et nouveaux qui pouvaient souffler des idées originales et audacieuses. Ils ont démontré qu’ils n’acceptaient pas de rente de situation pour ceux qui ont vécu dans l’ombre des cabinets, tel Claude Guéant qui n’avait pas vocation à occuper de droit, à 67 ans, un poste électif.
Nathalie Kosciusko-Morizet

        Vis-à-vis de l’UMP, ils ont dénoncé par leur vote la stratégie du virage à l’extrême-droite en balayant les politiques qui en étaient les meneurs, ceux de la Droite Populaire : Hervé Novelli, Eric Raoult, Nadine Morano, entre autres. Mais ils ont prouvé leur maturité en sauvant judicieusement quelques têtes modérées de droite qui seront les élites de demain à l'instar de Nathalie Kosciusko-Morizet. Elle n’utilise pas la langue de bois et a exprimé de manière nette son refus de s’associer au Front national ce qui lui valut d’être marginalisée parce qu’elle n’était pas dans la ligne droite du parti.
Elle avait eu du mal à suivre la voie imposée par Patrick Buisson, le frontiste conseiller de l’ombre de Nicolas Sarkozy. En effet, descendante du côté de son père d’Abraham Salomon Kosciusko, né à Suwałki, en Pologne, modeste marchand juif, elle symbolise l’avenir d’un UMP recentré vers les fondamentaux républicains. François Copé, ayant fait son temps, pourrait payer cet échec aux élections en étant renvoyé à la base. Elle pourrait donc avec François Fillion orienter le parti vers un gaullisme plus fédérateur, en rupture avec la voie strictement à droite qui a failli. Avec un époux de sensibilité socialiste, elle tient par ailleurs de son arrière-grand-père, André Morizet, sénateur et maire communiste de Boulogne-Billancourt, les idées de gauche dont elle aimait se prévaloir en 2008 : «Je ne renierai jamais ma culture de gauche, je me sens profondément mitterrandiste». Elle pourrait, avec quelques chiraquiens, faire renaitre la fibre gaulliste disparue avec la retraite de Jacques Chirac.
Front de Gauche
Pour Israël, les résultats de ce deuxième tour enlèvent l’hypothèque du Front de Gauche qui avait été brandie par certains soutiens sarkozystes juifs comme épouvantail contre François Hollande. Constitué de militants anti-israéliens qui confondent volontairement antisionisme et antisémitisme, ce groupuscule a perdu la moitié de ses membres dont le plus virulent, Jean-Luc Mélenchon. Israël ne s'en portera pas plus mal.
Ces gauchistes ont été laminés et ne pèseront pas lourd dans la politique internationale qui sera suivie par François Hollande. C’est un réel motif de satisfaction bien que l’avenir des relations franco-israéliennes ne soit pas au centre des préoccupations actuelles du nouveau gouvernement. Mais le danger d’une pression frontale des pro-palestiniens s’estompe. Les palestiniens pourraient adopter un profil bas avec la perte de leurs plus gros soutiens français.
Les socialistes seront jugés sur pièce et ils ne pourront invoquer aucune excuse en cas d’échec puisqu’ils détiennent tous les pouvoirs. Les français attendent d’eux des solutions concrètes aux problèmes de chômage, de sécurité et de dette mais aucun procès d’intention ne pourra leur être fait avant le délai normal pour la réalisation de leurs objectifs. Les français resteront vigilants.
Députée de l’étranger
Daphna Poznanski
Daphna Poznanski, la franco-israélienne qui siègera à l’Assemblée pour représenter entre autres les français d’Israël, sait que le défi sera immense pour elle. A l'occasion de sa dernière réunion de campagne, elle nous avait entretenus de son programme. Parce qu’elle est au fait de la vision israélienne au Proche-Orient, après plus de vingt années de séjour en Israël, elle devra tenter de renouer les liens distendus entre les deux gouvernements après la guerre d’égo entre Benjamin Netanyahou et Nicolas Sarkozy. Elle sait qu'il y a d'autres solutions que la guerre pour résoudre le conflit israélio-palestinien.
Elle est proche de François Hollande et son diagnostic pourra être utile quand le temps d’Israël viendra, quand le processus de paix devra être réanimé. Elle pourra aider l'action de l’ambassadeur d’Israël parce que des liens affectifs la lient depuis des dizaines d’années au parti de la majorité présidentielle dont elle a tissé l'implantation en Israël. Elle sait que 92% des français ont voté pour le président sortant et elle aura besoin de résultats concrets pour prouver qu'il ne fallait pas avoir peur des socialistes au pouvoir. Les franco-israéliens ont aussi besoin d'elle. 

5 commentaires:

andre a dit…

NKM, je l,avais baptisée du beau surnom de la Dame de Fer et je lui avais predit un bel avenir dans les colonnes de Temps et Contretemps .
Je suis heureux de ne pas mêtre trompé mais ce n'est pas son ancrage un peu à gauche qui lui a permis de remporter l'election mais son équation personnelle: culture,intelligence,diplômes et un charme irresistible.
André M

Marianne ARNAUD a dit…

En général, cher monsieur Benillouche, quand on donne une claque, il faut s'attendre à en recevoir une autre en retour !

MIRO 55 a dit…

sauf bien sur Madame vous le savez mieux que quiconque Jésus qui lui étai JUIF tendait l'autre joue

MIRO 55 a dit…

sauf que, en France pays (encore) catholique Jésus aurait tendu l'autre joue (remarquez le pauvre il était Juif ...)

Jonathan a dit…

Vous n'avez pas l'air de savoir comment marche le système parlementaire français. Daphna Poznanski n'est pas une élue locale mais une élue de toute la Republique et son rôle a l'Assemblée n'est pas d'aider les Francais d'Israel mais de voter les lois de la France. En tant que membre de la majorité elle n'aura a peu près aucun rôle ou pouvoir.
De plus, les Francais d'Israel, pour la plupart, n'attendent rien d'elle et n'ont pas besoin d'elle. Nous sommes Israeliens et les élus qui nous intéressent siègent a la Knesset.