ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

jeudi 14 juin 2012

DE LA JALOUSIE EN POLITIQUE Par Gérard AKOUN



DE LA JALOUSIE EN POLITIQUE
Par Gérard AKOUN
Judaïques FM

On pouvait suivre, avec sympathie, les efforts de Valérie Trierweiler  pour définir sa place, son rôle  aux côtés d’un compagnon devenu Président de la République. Elle avait du mal à accepter le titre, repris des États-Unis, de Première Dame qui en France, n’a pas beaucoup de sens, tout juste une formule de politesse,  dans la mesure où nos institutions n’ont prévu  aucune fonction officielle pour l’épouse ou la compagne d’un président.



Cliquer sur le triangle noir pour écouter l'émission


Omniprésence
Chacune de celles qui se sont succédé depuis le début de la Cinquième République, ont eu leurs bonnes œuvres, à l’exception de Danielle Mitterrand, qui avait gardé une activité  politique internationale, en créant en 1986 la Fondation France Libertés «pour un monde plus juste et plus solidaire». Valérie Trierweiler,  journaliste politique depuis plus de vingt ans souhaitait, quant à elle, continuer à gagner sa vie en poursuivant sa vie professionnelle dans un autre domaine que la politique qui lui était désormais interdite ; on le comprendra aisément.
On pouvait être agacé  par son omniprésence aux côtés de François Hollande, même dans des circonstances où elle ne s’imposait pas, par la manière dont elle voulait exprimer son emprise sur l’homme, surtout en présence de Ségolène Royal. Mais aujourd’hui il ne s’agit plus  d’un simple agacement. Valérie Trierweiler a franchi la ligne jaune en soutenant ouvertement l’adversaire de Ségolène Royal. Il est rare que la seconde compagne, soit  jalouse de la première, mais il semblerait que la jalousie de Valérie Trierweiler tienne de l’irrationnel ; elle  voudrait  effacer les vingt années de vie commune de son compagnon avec son ex-compagne, les quatre enfants qu’ils ont eus ensemble. Elle, qui voudrait vivre avec un homme qui n’aurait eu, précédemment, aucune attache, comment pourrait elle supporter qu’il puisse avoir des relations, même limitées au champ  politique ou institutionnel, avec son ancienne compagne ?
Royal en difficulté

Ségolène Royal
On ne peut admettre ce tweet de soutien que Valérie Trierweiler a adressé à Olivier Forlani, ce dissident du PS qui met en difficulté Ségolène Royal à la Rochelle, en se maintenant au second tour alors qu’il est arrivé en seconde position. 22 mots, moins de 140 signes ont provoqué le premier couac du quinquennat, ont écorné l’image de François Hollande en  sabotant  tous ses efforts  pour apparaître comme un Président normal, qui ne mélange pas vie privée/vie publique à la différence de son prédécesseur. Valérie Trierweiler n’a pas supporté que son compagnon puisse soutenir publiquement son ancienne compagne. Mais pouvait-il  faire autrement alors qu’Olivier Forlani se réclame de la majorité présidentielle et de son amitié avec lui ?
Valérie Trierweiler, journaliste politique expérimentée, sait lire des résultats électoraux ; elle a donc pu constater, que le dissident du PS n’a pu se maintenir au second tour qu’en bénéficiant  du soutien de l’UMP dés le premier tour. En effet au premier tour de l’élection présidentielle, Hollande avait obtenu 26.000 voix et Sarkozy 22.446 ; au premier tour des législatives, Royal en obtient 19.000,  Forlani 17.100, la candidate UMP 11550. Les candidats se réclamant de Hollande obtiennent 10.000 voix de plus qu’à la présidentielle, la candidate UMP 11.000 voix de moins.
Olivier Forlani
Les chiffres parlent d’eux même, Ségolène Royal a peu de chances d’être élue, d’autant que la droite appelle, officiellement cette fois, à voter, dimanche prochain, pour Olivier Forlani devenu son candidat. La compagne du président le sait, elle sait aussi qu’en  prenant le contre-pied de François Hollande, elle l’affaiblit, en France comme à l’étranger, à la grande satisfaction de la droite, mais elle  s’en soucie fort peu, elle ne fait pas de politique.  Elle veut seulement que Ségolène Royal soit battue, et faire savoir, par son tweet ravageur, qu’elle participe activement à la défaite de celle qu’elle considère encore comme une rivale à écarter de sa route. C’est petit, c’est mesquin, mais la jalousie fait partie des sept péchés capitaux. Il serait temps, que madame Trierweiler  ferme son compte twitter et qu’elle se tienne à l’écart de la politique car ce n’est pas elle qui a été élue Président de la République.

Aucun commentaire: