ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mardi 19 juin 2012

CRIMES DE HAINE



CRIMES DE HAINE

Par Jacques BENILLOUCHE

            Les faits semblent confirmer nos inquiétudes en ce qui concerne l’activisme de certains extrémistes israéliens encouragés par des leaders inconscients. L’incendie de la mosquée du village de Djaba, près de Ramallah, mise à sac, incendiée et sur laquelle ont été taguées des inscriptions en hébreu, ne fait avancer aucune cause sinon celle des partisans de la séparation définitive entre juifs et arabes, donc celle de la création d'un Etat palestinien. Nul ne peut cautionner volontairement ces actes de vandalisme anti arabes qui conduisent à la haine. On ne comprend pas la finalité d’actions de ce genre qui ne pousseront certainement pas les arabes à fuir leur région, au contraire.


Acte inconscient

            Cet acte n’aurait pas été désavoué par le pire des antisémites. Il n’y a aucune gloire à profaner un lieu de culte en mettant le feu aux livres et aux tapis de prières. L’argument éculé que les palestiniens se comportent de manière barbare ne tient pas car, justement, les israéliens doivent rester dignes dans leur combat et se comporter en citoyens responsables. Ils ne peuvent pas imiter des anachroniques imbibés de haine. A quel acte d'héroïsme peut être assimilé l'incendie d'un lieu de prière, même musulman ? 


          Les luttes politiques doivent être menés autrement et il ne peut être toléré de rester muet devant des actes inadmissibles. Ceux qui ont condamnés les barbares qui ont détruit et souillé la synagogue de Gaza après son évacuation sont les mêmes qui réagissent avec les mêmes méthodes. Le cycle infernal, attentat-représailles, risque à présent de s’engager par incendie de lieu de culte interposé.
            Le combat politique se fait autrement, sans lâcheté, dans la dignité et dans le respect  des édifices religieux car on ne tire aucune gloire dans l’atteinte aux attributs d’un culte. La religion doit être mise à l’écart du conflit avec les palestiniens et les rabbins, qui souvent inspirent ou tolèrent de tels actes, devraient mettre en garde leurs fidèles que la guerre se fait avec des fusils contre les terroristes et les criminels et non contre les symboles. Le commandant en chef de la police israélienne, Yohanan Danino, a eu raison d’appeler «à juguler ce grave fléau de criminalité nationaliste. L'atteinte aux symboles religieux et aux lieux saints est très explosive, elle a des répercussions sur tout le public ».
            Israël est suffisamment critiqué dans le monde pour sa politique au Proche-Orient pour ne pas recevoir, en plus, l’opprobre des Nations quand certains israéliens se comportent comme ceux qui, aux pires moments précédant la Shoa, taguaient les boutiques juives de Magen David de haine et détruisaient les symboles du Livre sacré. Les israéliens doivent vivre dans l’honneur et ne pas ressembler à ceux qui veulent les détruire. 


Aucun commentaire: