ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

jeudi 19 avril 2012

COMMÉMORATIONS Par Gérard AKOUN




COMMÉMORATIONS

Par Gérard AKOUN
Judaïques FM

Cette année, les calendriers juif et civil se rejoignent pour faire coïncider Yom Ha–Shoah avec l’anniversaire de la révolte du ghetto de Varsovie.
Combattants du ghetto de Varsovie

video
Cliquer sur le triangle noir pour écouter l'émission

Les armes à la main

Nous allons donc commémorer, le même jour, la mémoire de ceux qui ont combattu et sont morts les armes à la main dans les ruines du ghetto de Varsovie, pour avoir le droit de choisir leur mort, et la mémoire de ces six millions de juifs, des femmes, des enfants, des  hommes, des vieillards qui ont été assassinés dans les camps de la mort. Nous allons les réunir, cette année, dans notre souvenir.
A l'heure où la génération qui a vécu la Shoah s'éteint doucement, naturellement, sans bruit, il est sans doute plus fondamental encore de consacrer une journée au souvenir.
Zakhor : «souviens-toi de ce que t'a fait Amelek quand vous étiez en chemin à votre sortie d'Égypte». Ce commandement de Deutéronome 25, 17 est toujours valable aujourd'hui et reste un devoir, et un travail, de chaque génération.

Réflexion
Libération d'un camp de concentration

Six millions de morts valent bien une journée de recueillement, de souvenir et de réflexion. Yom Ha-Shoah ne doit pas être seulement  le rappel de cette période sombre et l'hommage à ses victimes, il doit être, aussi, l'affirmation toujours renouvelée, de notre vigilance face à tous les signes plus ou moins apparents de résurgence d'un antisémitisme, qu'on voudrait définitivement révolu. Les terribles évènements de Toulouse nous ont prouvé deux choses; la première, si on en doutait, que l'antisémitisme n'avait toujours pas été  éradiqué, même si l'ennemi a changé. La seconde, que nous vivons dans un pays qui reconnait explicitement et condamne avec  fermeté le caractère antisémite de ces crimes.
        Vigilance et confiance doivent être les deux pôles de la vie juive dans la France d’aujourd’hui. De la même façon, notre attitude face à la Shoah doit être double : «maintenir le souvenir des torts subis et, tout à la fois, ne pas s’installer dans cette posture de deuil, voilà à quelle difficulté il faut se confronter». C’est ce qu’écrit le Grand Rabbin Gilles Bernheim dans son dernier ouvrage «N’oublions pas de penser la France».

Devoir de mémoire


Yom Ha-Shoah est là pour que le souvenir perdure et se transmette, et pour que les morts ne meurent pas une seconde fois en tombant dans l’oubli, essentiellement de la jeune génération. Mais pour autant, le devoir de mémoire ne doit pas oblitérer le devoir de vivre et d’effacer Almalek –entendons l’Allemagne nazie– de nos mémoires. Honorons la mémoire des victimes, et, simultanément, effaçons le nom des bourreaux.
Évoquons l’histoire avec nos enfants et simultanément, donnons-leur l’image d’un judaïsme qui n’est pas fait uniquement de souffrance, mais est porteur de vie, de joie et d’avenir.
Mais  le travail de mémoire concerne aussi les non-juifs ; la Shoah n’est pas un accident lié à un quelconque particularisme, elle concerne l’humanité dans son ensemble; il faut l’étudier, non pour plaindre les juifs, leur accorder des droits particuliers ou mieux les protéger, mais pour savoir jusqu’à quel degré d’inhumanité, l’homme peut s’abaisser et s’en prémunir.
Plus jamais çà pour le peuple juif, plus jamais çà pour l’humanité.

Aucun commentaire: