ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

dimanche 11 mars 2012

TEHERAN REACTIVE LE FRONT DE GAZA



TEHERAN REACTIVE LE FRONT DE GAZA

Par Jacques BENILLOUCHE

Le chef d'Etat-Major Benny Gantz et le chef de la région sud Tal Russo
                  

          De manière périodique, le front de Gaza s’échauffe alors qu’une trêve est censée régner. Plus de 123 missiles Grad et Quassam ont été lancés cette semaine depuis la bande de Gaza sur le sud d’Israël faisant plusieurs blessés, dont trois ouvriers thaïlandais. Toutes les villes du sud du pays ont été touchées par des missiles Et comme d’habitude, les représailles succèdent aussitôt aux attaques, permettant à Tsahal de tester en grandeur nature l'efficacité du système antimissile Dôme de fer qui a réussi à intercepter 35 roquettes tirées sur les villes du Sud.

Cycle infernal
Comités de résistance populaire de Gaza

Les israéliens prennent la situation très au sérieux. C’est pourquoi ils ont décidé de frapper fort, au sommet, pour enrayer le cycle infernal. Douze palestiniens ont été tués par des frappes aériennes tandis que le système Dôme de fer a été enclenché pour stopper en partie les missiles qui visent les villages israéliens. Zoheir Al-Qayassi, chef des Comités de résistance populaire et commandant politique, a été ciblé à Gaza alors qu’il était recherché depuis août 2011 pour la planification de l’attentat réalisé à la frontière israélo-égyptienne qui avait fait 8 morts.  Dans sa voiture figurait aussi Mohammed Ahmad Al-Hanani qui avait été libéré à l’occasion de l’échange du soldat Guilad Shalit.  Israël faisait ainsi comprendre que les anciens prisonniers qui reprenaient du service actif resteraient dans sa ligne de mire. D'ailleurs le rapatriement du corps de Al-Hanani vers son village natal de Beit-Fourik, près de Naplouse, a été refusé par le premier ministre israélien.
Zahir Qaisi
            Mais les activistes qui ont décidé de reprendre cette offensive de missiles ne font pas partie du Hamas mais du Djihad islamique soutenu par l’Iran, confirmant ainsi la volonté de Téhéran de réactiver la frontière de Gaza pour détourner l’opinion internationale des problèmes qu’il rencontre. Les sanctions imposées par l’Union européenne trouvent une réponse dans sa capacité à générer des troubles, par alliés interposés. Le Hamas a été mis devant le fait accompli mais il s’est trouvé dans l’obligation de cautionner ces actions terroristes par les propos de son porte-parole, Ismaël Radwan : «Le peuple palestinien a le droit à la légitime défense. »
L’armée a diffusé un clip vidéo montrant le tir d’un lanceur de fusée Grad monté sur véhicules. Ces armes, en provenance de Libye, sont arrivées en novembre 2011 à Gaza. Elles étaient convoyées par cinquante mercenaires libyens qui ont renforcé les Frères musulmans. Ces armes avaient été déjà vues sur le champ de bataille libyen lors des combats contre les troupes de Kadhafi. Ces libyens ont été envoyés pour former les troupes du Djihad à Gaza. 

Risque d’extension
Dégâts des roquettes dans le sud

            Les dirigeants militaires israéliens s’attendent à une extension des attaques. Ils ont imposé à la population du sud du pays de se protéger dans les abris, après avoir interdit tous les évènements publics et les défilés de carnaval liés à la célébration de la fête de Pourim. Pour eux, le rôle de l’Iran est manifeste car le Djihad islamique est son bras armé à Gaza. Ils sont convaincus que le Hamas a été volontairement laissé à l’écart de ces décisions qui viennent directement du haut commandement iranien.
              D'ailleurs, le Hamas tente de mettre fin à cette nouvelle spirale de violence à Gaza dans laquelle il a tout à perdre. En effet il est en pleine restructuration de la ville et il craint que ces troubles n'entrainent de nouvelles destructions. Les palestiniens ont annoncé qu'une délégation du Hamas, dirigée par Mahmoud A-Zahar, est partie, ce samedi 10 mars, pour le Caire via le terminal frontalier de Rafah, afin d'évoquer avec le gouvernement égyptien l'escalade face à Israël, mais également la pénurie d'électricité à Gaza. D'autres cadres du mouvement, Mahmoud al-A'a, et Khaled Abou Sayid, l'accompagnent.
            Les services de renseignements israéliens avaient mis plusieurs fois en garde les autorités politiques sur le danger que faisait courir le Djihad islamique avec les 10.000 missiles qu’il avait reçus grâce à la contrebande des tunnels. Cette réactivation du front de Gaza poursuit cinq objectifs. 
video
 Cliquer pour voir la destruction d'un centre de stockage d'armement
Il s’agit d’abord de soulager la pression qui s’intensifie sur le régime de Bassar Al-Assad pour lui permettre de continuer à développer sa répression contre le peuple syrien. L’Iran entretient toujours sa menace militaire contre l’État juif dont la destruction est prônée par la république islamique. Donc toute action militaire entre dans le cadre de ce projet. Il veut par ailleurs envoyer un message clair au nouveau régime égyptien pour qu’il s’abstienne de reprendre le contrôle de la péninsule du Sinaï et de s’opposer à la contrebande d’armes. La reprise des tirs de missiles menace aussi toute velléité du président Mahmoud Abbas de reprendre langue avec les occidentaux et sape son projet de réunification du peuple palestinien. Enfin, l’Iran ne serait pas opposé à semer les graines d’une déflagration militaire dans la région pour soulager la pression occidentale qui commence à porter ses effets négatifs sur le régime iranien.

Discussion au sommet en Israël
Des fumées s'élèvent dans la ville de Gaza

            Les problèmes ont été mis sur la table du gouvernement israélien et du cabinet restreint qui doit statuer sur la fin de guerre des missiles. Il envisage tous les moyens pour éradiquer l’action des groupes d’Al-Qaeda et des groupes islamiques radicaux dans le Sinaï qui prêtent main forte aux militants de Gaza. Israël avait jusqu’alors rendu responsable le Hamas pour toutes les attaques en provenance de la bande. Mais il semble que cette position devra être révisée car les services de renseignements  israéliens confirment que les attaques sont planifiées et exécutées en dehors de la sphère des dirigeants du Hamas.
            Les solutions qui seront prises doivent tenir compte de trois facteurs stratégiques. L’armée israélienne est prête puisqu’elle entraine ses fantassins à détruire les tunnels et les bases souterraines bétonnées inaccessibles par l’aviation. Elle a tiré les enseignements de la guerre du Liban de 2006 et de Gaza de 2009.  Les forces de défense israéliennes ont ainsi présenté de nouvelles méthodes pour mener des guerres souterraines car de nombreux tunnels de combats ont été érigés par le Hamas et le Hezbollah. Jusqu’à présent, Tsahal évitait d’entrer dans les tunnels et les centres de commandement souterrains mais la stratégie a été modifiée. Les dirigeants militaires sont convaincus que la victoire contre les bunkers fortifiés des terroristes passe par l’envoi de troupes terrestres, contrairement aux guerres précédentes. Certains envisagent même clairement, à nouveau, la réoccupation de territoires si cela devenait nécessaire.
Le gouvernement israélien est conscient qu’une action de plus grande envergure pourrait entrainer une guerre régionale mais, pour certains observateurs, il paie le prix de sa passivité devant le danger du réarmement de Gaza où sont stockés  des milliers d’armes sophistiquées à la frontière d’Israël. Il n’ignore pas non plus le risque planifié du réchauffement de la frontière nord avec le Hezbollah, qui n’attend que les ordres de Téhéran pour lancer ses troupes ultra équipées contre Tsahal. 
La France s'inquiète de l'évolution de la situation tandis que l'ambassadeur de France Christophe Bigot a demandé au Consul général de Tel-Aviv de se rendre à Ashdod et à Ashkelon pour exprimer sa solidarité. Nul n’est capable aujourd’hui de prédire la tournure que prendra la situation, si elle devait se dramatiser.  

Aucun commentaire: