ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

jeudi 22 mars 2012

SOLIDARITÉ NATIONALE FACE À L’HORREUR Par Gérard AKOUN


SOLIDARITÉ NATIONALE FACE À L’HORREUR
Par Gérard AKOUN
Judaïques FM
Chronique diffusée à 9h du matin le 22 mars 2012

L'assassin Mohammed Merah

C’est le soulagement qui prévaut en France après l’identification et la localisation, même s’il reste encore retranché dans un appartement cerné par les forces de l’ordre, du responsable des ces meurtres horribles qui ont  été  commis  à Montauban et à Toulouse.  Des assassinats qui ont d’abord frappé des soldats, des parachutistes, et dont on a pu subodorer le caractère raciste quand  on a appris, par la suite, que trois d’entre eux étaient d’origine maghrébine et le quatrième antillais. Puis il y eut la tuerie atroce, commise  à Toulouse, dans la cour de l’école-collège  Ozar  Hatorah  qui a couté la vie à trois enfants et au père de deux d’entre eux. 

 

video
Cliquer sur le triangle noir pour écouter la chronique

Cruauté

Ces meurtres, par leur cruauté, ont beaucoup plus frappé  l’opinion publique, parce que c’était des enfants qui avaient été froidement  assassinés, et que le crime était manifestement raciste. Mais le lien a été  très rapidement  établi entre toutes les victimes. Les uns avaient été exécutés  parce qu’ils avaient combattu sous l’uniforme de la République en Afghanistan contre les Talibans, les autres parce qu’ils étaient juifs. C’est ce que d’ailleurs le tueur a confirmé alors qu’il était cerné dans son appartement  par les forces de police. Il s’est revendiqué d’El Quaida, il voulait punir l’armée française pour sa participation à la guerre en Afghanistan, et venger les enfants palestiniens victimes d’Israël.
Il faut se féliciter de la réaction unanime des dirigeants politiques, des responsables religieux et de la population face à ces drames ; il faut saluer cette trêve dans la campagne électorale, toute à l’honneur de notre classe politique,  qui nous a permis pendant quarante huit heures, toutes opinions confondues, de communier avec les victimes, de montrer notre solidarité avec les familles endeuillées. Le criminel s’est revendiqué d’El Quaida ; fait-il réellement partie de cette nébuleuse, je ne le sais pas, mais  le but poursuivi était le même. 

Cohésion nationale

En tuant des juifs et en punissant ceux qu’il considère comme des traitres parce qu’ils vont combattre leurs frères, il s’agissait de jeter l’opprobre sur tous les musulmans en France et peut être de provoquer des violences à leur égard ou du moins les isoler de la communauté nationale. Tous les responsables religieux, communautaires juifs ou musulmans ont su rester mesurés dans leurs déclarations et ont surtout privilégié la cohésion nationale. Richard Prasquier, le président du CRIF et Mohammed Moussaoui, le président du Conseil français du culte musulman ont récusé  tout amalgame entre l’islam de France et l’islamisme dont se réclame le terroriste.
Il faut, aussi, se féliciter de la rapidité avec laquelle les services spécialisés dans la lutte contre le terrorisme ont pu identifier et localiser le coupable. Ils n’ont pu, malheureusement, prévenir le massacre survenu à l’école, mais  ils auront empêché  Mohamed Merah de commettre d’autres assassinats  déjà programmés. Si depuis 1997 la France n’a pas subi d’attentats terroristes sur son territoire, contrairement à d’autres pays, elle le doit à l’efficacité de ses services antiterroristes, à la surveillance qu’ils  exercent  à l’encontre des prédicateurs islamistes qui sévissent dans certaines  mosquées et des jeunes qui vont s’initier à la violence  en Afghanistan et au Pakistan où ils ne se contentent pas d’étudier le Coran. En 2001 ces services avaient prévenu les américains d’une menace imminente d’attentat islamique, mais les américains n’en avaient pas tenu compte. A Montauban et à Toulouse, il est possible que les assassinats des parachutistes  aient orienté, à tort, la police vers des règlements de compte entre soldats. Le temps passé à suivre cette fausse piste même s’il a été très bref  a été fatal aux victimes de l’école Ozar Hatorah.
Je terminerai en citant cette déclaration  courageuse de Salam Fayyad, le premier ministre de l’Autorité Palestinienne, que les soutiens inconditionnels à la cause palestinienne devraient méditer pour éviter des dérapages qui les conduisent de l’antisionisme à l’antisémitisme : «il est temps que ces criminels arrêtent de revendiquer leurs actes terroristes au nom de la Palestine et de prétendre défendre la cause de ses enfants, qui ne demandent qu’une vie décente pour eux-mêmes et tous les enfants du monde».    

Aucun commentaire: