ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

lundi 20 février 2012

EDWARD AMIACH : UN VRAI HOMME POLITIQUE



EDWARD AMIACH : UN VRAI HOMME POLITIQUE

Par Jacques BENILLOUCHE
            
Edward Amiach est un vrai homme politique, au sens noble du terme, parce qu’il se soucie d’abord de ses concitoyens avant de défendre ses intérêts personnels. Il a considéré que sa candidature gênait plus qu’elle n'apportait de plus-value et il ne s'est pas entêté. Alors, pour éviter la division, il a annoncé, dans une longue lettre circonstanciée, le retrait de sa candidature à la députation dans la 8ème circonscription incluant Israël. Il a peur de prendre «le risque d’assister finalement à un vote idéologique qui provoquera la frustration de ne pas répondre aux attentes des électeurs.»  

Je connais la mentalité des hommes d’affaires pragmatiques et ses convictions ne cadraient pas avec la nécessité de se lancer dans une bataille d'égos, au risque de diviser pour gagner : «je refuse de prendre le risque de provoquer une dispersion des voix». Le peuple juif a toujours souffert de sa division et le nombre de candidats en est la preuve. Au lieu de se rassembler pour être forts face à nos ennemis, nous affichons ouvertement notre absence de solidarité alors que l'intérêt général l'exige. Chacun pense être le meilleur et parfois, ce qui est plus grave, on préfère le chaos à la victoire de l'autre.
Je ne le connaissais pas avant d'avoir fait l’interview qu’il m’avait accordée. Il avait une façon d’afficher sa sincérité, pour ne pas dire sa naïveté, qui donnait l’impression qu’il était trop pur pour entrer en politique, dans ce monde d’invectives, d’intérêts privés, de coups bas et d’insultes. C’est un dirigeant d’entreprise à principes rigides alors que les principes n’ont rien à faire dans le combat politique. Il suffit de voir le faible nombre de responsables de sociétés à l’Assemblée pour constater que les hommes d'affaires n'ont ni la niaque et ni la hargne pour le combat politique.
Il quitte la scène des élections de 2012 sur la pointe des pieds, en homme politique responsable, qui a vu l'intérêt de sa communauté avant le sien. Mais durant ces quelques mois, il a gouté à cette drogue qui le mènera certainement, à nouveau, dans un autre registre, vers le combat pour la défense d’Israël. Une lutte digne mais dure, éprouvante mais enrichissante.

A bientôt Edward !  

Aucun commentaire: