ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

jeudi 5 janvier 2012

LE DERNIER BASTION DES MACHOS EST TOMBE


La nouvelle devrait inquiéter les machos car le dernier bastion qui résistait encore est tombé. Elles ont même réussi à s’infiltrer parmi les pilotes, les élites des élites. Elles, ce sont les femmes qui envahissent à tous les degrés divers les structures politiques, industrielles et à présent militaires de l’Etat d’Israël. La nouvelle promotion de l’armée de l’air comptera cinq femmes pilotes qui viennent de terminer la formation la plus difficile au monde, dans la base aérienne de Hatzerim.
Contre l’anachronisme

C’est la meilleure réponse que les femmes pouvaient opposer aux anachroniques qui interprètent la religion à leurs propres fins pour parquer les femmes loin de leurs regards dédaigneux. Mais les machos pourront difficilement rester de marbre devant cette invasion féminine.
Ils vont encore trouver que cela devait leur arriver à force d’être laxistes dans la défense de leurs acquis masculins. Sûrs d’eux, l’autre dirait dominateurs, ils étaient persuadés qu’elles n’oseraient pas les attaquer sur ce terrain dangereux où il faut faire preuve de flair, de présence d’esprit, de courage et d’initiative. Eh bien ! Elles l’ont fait. Non seulement elles entrent dans l’aviation militaire mais elles envahissent tous les domaines puisqu’elles seront pilotes de chasse, pilotes d’avions de transport ou navigatrices. Tous les ans, leur chiffre augmente et elles récidivent sans avoir froid aux yeux. Elles seront donc à présent déjà 27 à avoir grignoté le seul espace militaire resté longtemps masculin.

Alice Miller, la première

Ces cinq téméraires doivent leur chance à Alice Miller qui, la première en 1994,  avait plaidé à la Cour Suprême le droit d’être admise comme officier de l’armée de l’air. Les juges avaient été sensibles à ses arguments sans se rendre compte qu’ils allaient ouvrir la boite de pandore et permettre à des "ménagères" de marcher sur les plates-bandes des machos.
Dans l’armée elles souhaitent être des hommes comme les autres et n’arrêtent plus de parler d’égalité en apprenant à « mordre, à aboyer, à grogner et à gémir comme les pires hommes ». Mais il s’agit d’un rêve partiel car ces rares privilégiées n’ignorent pas que les inégalités persistent. Dans le privé, les femmes gagnent toujours 23% de moins que les hommes. Et même bardées de diplômes, elles galèrent. En politique ? Ce n'est guère mieux. Quand l’une d’entre elles réussit, elle est aussitôt traitée d’homme. Ben Gourion avait dit de Golda Meir qu’elle était «le meilleur homme de son gouvernement !» Certains vont jusqu’à dénier à Tsipi Livni le droit d’être chef de l’opposition et à fortiori premier ministre sous prétexte que c’est une "faible" femme. En effet pour la classe politique, fortement machiste, les femmes sont aptes à être uniquement ministres de la santé ou de la famille mais certainement pas les égales des hommes. L’écrivaine Benoite Groult avait cependant estimé que «le féminisme n’a jamais tué personne, le machisme tue tous les jours.»
A l'heure où la place des femmes est discutée dans certains bus, ces cinq femmes pilotes sont un véritable pied de nez à tous ces barbus qui considèrent que l’horloge s’est arrêtée il y plusieurs siècles et qu’il est toujours logique que les femmes soient cantonnées aux tâches subalternes ou à l'arrière des autobus..
Un seul risque cependant : que l'industriel français Dassault les débauche pour faire la promotion de son Rafale qui a du mal à décoller à l'étranger.

Aucun commentaire: