ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

lundi 16 janvier 2012

LE CRIF ROULE T-IL POUR NICOLAS SARKOZY ?



LE CRIF ROULE T-IL POUR NICOLAS SARKOZY ?

                                     Par Jacques BENILLOUCHE


    Le CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France) est une instance juive pluraliste qui regroupe de nombreuses organisations et associations. Il est censé représenter tous les juifs de France auprès des instances politiques du pays. Dès sa forme primitive, il avait été créé pour unifier l'ensemble de la communauté juive. Devant intégrer tout le spectre politique de la communauté, il se doit d’afficher, au moins ouvertement, une neutralité à toute épreuve. Il n’a pas vocation à interférer dans la campagne électorale présidentielle ni proposer ou susciter un choix. Mais sa neutralité a été écornée depuis l’avènement de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République. 

APARTHEID

        Un nouvel exemple suffit à démontrer l’alignement  du CRIF au parti majoritaire. Il concerne le rapport de la commission des affaires étrangères sur la géopolitique de l’eau, consacrée pour moitié au bassin du Proche-Orient (Liban, Jordanie, Israël, Palestine). Ce rapport avait donné l’occasion au rapporteur Jean Glavany d’accuser Israël «d’apartheid». Nous avions fustigé dans ce blog [1] la faute de sémantique de ce rapport partial pointant son doigt accusateur contre Israël. Tous les parlementaires français étaient tenus pour responsables : ceux qui l’ont rédigé, ceux qui l’on inspiré et ceux qui l’ont cosigné.
       Notre ami, Gérard Akoun, directeur fondateur de radio Judaïques FM  et contributeur régulier du blog « Temps et Contretemps »,  avait publié sa réflexion [2] qui ne laissait aucun doute sur sa désapprobation devant l’acharnement d’une classe politique française anti israélienne. Mais il avait tenu, en fin d’article, à préciser que le socialiste Jean Glavany ne devait pas être seul incriminé  puisque la commission comportait autant de socialistes que d’UMP et que le président était le député UMP Lionel Lucas des Alpes maritimes. Il avait estimé à juste titre que l'UMP était, avec le parti socialiste, co-coresponsable de la rédaction d’un rapport biaisé et à tout le moins partial.

CENSURE PARTIELLE

       Nos articles sont souvent repris et publiés par certains sites mais nous n’avons jamais connu auparavant de censure. Certains de nos articles n’étaient pas relayés mais jamais partiellement censurés. Le CRIF a jugé utile de reprendre l’article de Gérard Akoun [3 ] mais, dans le but de charger uniquement les socialistes, a eu l’indélicatesse de supprimer toute la partie de l’article qui parlait de coresponsabilité entre socialistes et UMP ce qui dénaturait ainsi sa conclusion : « Claude Goasguen a eu le mérite de dénoncer, publiquement, ce rapport, mais il a voulu en faire une machine de guerre contre le rapporteur socialiste et son parti, en oubliant de souligner la participation de ses propres amis politiques à cette mission ; ce faisant il a affaibli l’impact de sa dénonciation.  Que ce rapport, partial, partiel, ait pu être adopté à l’unanimité par la mission d’information, puis au sein de  la commission des affaires étrangères par les députés, de droite comme de gauche, qui y siégeaient,  est consternant. En ont-ils mesuré les conséquences ? L’ont-ils lu, l’ont-ils entendu, on peut se poser la question. » 


Honneur bafoué

        En cherchant à ne pas impliquer le parti du président, le CRIF tenait certainement à ménager le président Nicolas Sarkozy, en difficulté dans les sondages. Ces méthodes sont inadmissibles d’un collectif juif qui doit manifester sa neutralité en période électorale et ne pas hypothéquer  l’avenir d’une communauté juive plurielle qui risquerait de pâtir  en cas d’alternance politique.
       Il n’y avait aucune obligation à reprendre notre article et encore moins à le « caviarder » pour satisfaire une volonté de flagornerie à l’égard d’un pouvoir discrédité.  Le CRIF doit veiller à défendre une communauté une et indivisible et ne s’aligner sur aucune thèse politique sauf la défense inébranlable d’Israël.  
    Le CRIF vient de prendre date dans  l’histoire politique du pays et sa prise de position partiale ne joue pas en faveur des juifs de France. Le rédacteur et socialiste Jean Glavany a commis une faute de sémantique, les députés UMP ont couvert cette faute puisqu’ils ont cosigné le rapport mais il n'appartient pas au CRIF d'essayer de masquer la réalité en gommant la responsabilité d’une des parties. L’honneur est bafoué. 

[1] http://benillouche.blogspot.com/2012/01/var-gaq-gaq-gaq.html

[2] http://benillouche.blogspot.com/2012/01/geopolitique-de-leau-denonciation.html

[3] http://preprod.crif.org/fr/tribune/g%C3%A9opolitique-de-l%E2%80%99eau-d%C3%A9nonciation-d%E2%80%99isra%C3%ABl

Aucun commentaire: