ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mardi 24 janvier 2012

22 JANVIER 2012 : A NEW STAR FRANCAISE IS BORN



22 JANVIER 2012 : A NEW STAR FRANCAISE IS BORN


Par Jacques BENILLOUCHE


    C’était d’abord la curiosité qui poussait le téléspectateur à suivre, en direct, le premier discours de campagne de François Hollande. Puis au fur et à mesure des phrases, des intonations  et des propositions, la mayonnaise prenait pour laisser apparaitre un nouveau combattant politique. Ceux qui ont connu la période de 1981, celle où François Mitterrand représentait alors à l’époque l’espoir d’un renouveau de la gauche, ont distingué clairement les accents et les mimiques au point qu’un certain mimétisme donnait à penser qu’il s’agissait du même candidat. Le candidat voulait être lui-même et a volontairement tenu à éliminer les scories d'extrême-gauche qui pouvaient polluer sa soirée; les représentants des écologiques et du parti de gauche avaient été soigneusement mis à l’écart car les socialistes voulaient être entre eux et sans ceux qui pouvaient ternir leur image.
    Certes, comme dans toute campagne électorale,  les promesses ont été étalées, les espoirs ont été égrainés mais tous les peuples ont besoin de rêve pour surmonter les difficultés. François Hollande a mobilisé son camp, a conquis la foule de ses partisans, a cherché à effacer la critique de son appartenance à la « gauche molle » en affichant plus de fermeté, a voulu que la jeunesse croie en lui et à son avenir. Le pays est tellement en difficulté que tout soupçon d’espoir conduit à l’euphorie et pourtant, tout le monde sait que des lendemains difficiles attendent les français. Mais Nicolas Sarkozy avait fait rêver en 2007, François Hollande tente de le remplacer en 2012.

Métamorphose

    Il faut avouer que la surprise était totale devant un homme métamorphosé, certainement grâce aux sondages qui le placent au firmament et parce que dans le malheur économique où se trouve le pays, il prône le changement qui n’est pas forcément porteur de réussite. Mais la droite à été tétanisée par la surprise ; ses réactions ont été désordonnées tant elle n’a pas trouvé le point d’impact mortel. Il est certes difficile de toucher un missile qui s’élève dans le ciel et d’abattre un candidat lisse, à la mine de jeune communiant, qui ne traine aucune casserole derrière lui.
    L’habituel tonique secrétaire général de l’UMP, François Copé, a paru désarmé dans le débat télévisé face à Manuel Valls et, au lieu de s’en prendre au candidat et à son programme, il a préféré remonter aux sources de l’histoire pour viser personnellement le porte-parole du parti socialiste. C’est dire la difficulté face à cette nouvelle icone du parti socialiste qui rassemble tout autour de lui et qui assèche les voix des écologiques. A ce sujet, il faut d'ailleurs se demander si ces derniers n’ont pas volontairement choisi la candidate la plus vulnérable pour augmenter les chances socialistes. 
     L’UMP, prise de court, aura à affuter ses armes pour faire mentir les sondages qui placent François Hollande à 30% des intentions de vote et Nicolas Sarkozy et Marine le Pen au coude à coude pour la deuxième place. Le parti du président avait choisi la stratégie du mépris face à un « petit candidat » qui n’avait ni le charisme et ni la stature d’un habitué des combats politiques et des joutes électorales. La tortue de la fable semble avoir fait son bout de chemin face au lièvre dominant. Giscard d’Estaing avait usé de la même tactique en 1981 en annonçant sa candidature en mars et il avait perdu sa réélection.

    Israël n’a rien à attendre de tous les candidats français car la France doit d’abord penser à elle et à ses citoyens avant de songer à satisfaire les desiderata d’un pays étranger. A la rigueur une politique plus équilibrée et moins systématiquement pro-arabe pourrait satisfaire l’État juif mais la politique internationale se fait au Quai d’Orsay et non à l’Élysée. Alors on peut seulement rêver à une nouvelle idylle franco-israélienne comme celle qui a régné de 1948 à 1958,  à l’instigation des socialistes et des radicaux-socialistes, et qui a été détruite en quelques semaines avec l’arrivée de Maurice Couve de Murville aux côtés du général de Gaulle. Pour Israël ce sera le défi à surmonter avec le candidat François Hollande. A new star française is born le 22 janvier 2012.   

Aucun commentaire: