ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

samedi 26 novembre 2011

Anne-Marie Antonietti : Le courage de l’engagement




Anne-Marie Antonietti : Le courage de l’engagement
La nouvelle Bat-Noah

Je suis profondément laïc mais très sensible aux professions de foi des personnes qui vont au bout de leurs convictions religieuses avec ténacité. J'ai toujours été impressionné, sans approuver souvent, par la force de la croyance de ceux qui acceptent tous les sacrifices jusqu'à décider de vivre dans leur monde que j'ai tendance, à tort certainement, de qualifier d'anachronique parce qu'il est imperméable au modernisme.
Pourtant, Anne-Marie Antonietti a rejoint le Peuple Elu à travers Israël, pays des contrastes, et a choisi le chemin le plus difficile car les tenants de l’orthodoxie religieuse sont exigeants, rigides sur la loi religieuse, la Halakha, insensibles aux motivations et jaloux de leurs prérogatives. Elle a décidé de suivre les sept lois de Noé, les lois noahides, représentant des impératifs moraux données d'après la tradition juive par Dieu à Noah comme une alliance éternelle.
Elle s'astreint dorénavant à suivre les sept commandements :

  • d'établir des tribunaux,
  • de l'interdiction de blasphémer,
  • de l'interdiction de l'idolatrie,
  • de l'interdiction des unions illicites,
  • de l'interdiction de l'assassinat;
  • de l'interdiction du vol,
  • de l'interdiction de manger la chair arrachée à un animal vivant.
Les adhérents à ces lois sont souvent appelés B'nei Noah (Enfants de Noé) ou Noahides, et peuvent souvent se retrouver dans des synagogues juives.
Elle se présente ainsi :  

"Je suis Corse, et je viens d’Ajaccio, en Corse du Sud. Mais j’ai aussi  habité longtemps à Paris, où j’ai étudié le Droit, puis travaillé 10 ans ; j’ai aussi habité en Suisse, et en Italie.
Ces dernières années, je travaillais à l’hôpital d’Ajaccio, à la bibliothèque des malades : mon rôle était, en particulier, de faire les visites aux malades et aux personnes âgées. J’ai donné ma démission en novembre 2004, pour venir sur le continent étudier l’Hébreu, dans le but de partir aider en Israël, comme volontaire avec Sar-el.
Je dois dire que je ne m’étais jamais intéressée à Israël, jusqu’à il y a environ 4 ans.
Certes, j’avais connu la Bible en 1986, dans des circonstances d’ailleurs très particulières : j’avais mis mes papiers et mes affaires en ordre et j’étais sur le point d’aller me suicider en me fracassant avec ma voiture dans un précipice ! (Ceux qui connaissent les petites routes de Corse savent que, chez nous, dans la montagne, il est difficile de se « louper » ; il est parfois plus difficile... de rester sur la route !)
Mais à l’instant où je prenais mes clefs pour partir, j’ai entendu à la radio un couple de chrétiens protestants évangéliques : ils parlaient de l’amour de D.ieu, et de Ses Plans pour nos vies. Il serait impossible d’exprimer à quel point cela m’a bouleversée... surtout dans UN TEL moment ! Je leur ai téléphoné, et ils m’ont fait venir tout de suite chez eux. C’est eux qui m’ont fait connaître la Bible, et ce D.ieu qui m’a empêchée de me tuer, en me révélant Son Amour.
Cela m’a donc menée jusqu’à D.ieu, et à la Parole qu’Il a inspirée à Son peuple, afin que tous Le connaissent; mais non jusqu’à ce peuple lui-même. Et c’est normal, puisqu’il est dit aux chrétiens : nous sommes « le nouvel Israël », les nouveaux détenteurs des promesses de D.ieu !
Puis, il y a environ 4 ans, j’ai participé à une semaine d’études de la Bible, avec quelqu’un qui nous parlait de la place d’Israël et du peuple Juif, dans les Plans de D.ieu. Mes yeux se sont, alors, comme « ouverts ». Disons que cela m’a ôté les «lunettes déformantes» avec lesquelles on nous apprend à lire les textes ! Et je me suis ENFIN rendu compte que, dans la Bible, il est partout question d’Israël, de Jérusalem, de Sion, et du peuple Juif ! J’ai enfin compris que D.ieu n’en a pas «fini avec Son peuple», mais que les Promesses sont seulement pour eux, et pour ceux qui veulent être «greffés» sur leur peuple. J’ai donc choisi, comme Ruth la Moabite, d’être greffée sur ce peuple, et d’aimer le pays qui lui est promis « en possession éternelle ».
Nos nations prennent, hélas, de plus en plus, les positions que nous les voyons prendre. Mais, pour ma part, j’ai choisi de donner ma vie, pour servir ce peuple et son pays, par tous moyens, et autant que je le pourrai. C’est la reconnaissance que je leur dois, puisque c’est par eux que j’ai connu leur D.ieu, qui m’a sauvée par Son Amour et qui a transformé ma vie en me donnant la foi et l’espérance.
Depuis de très nombreuses années, j'adore le D.ieu d'Israël, je crois Sa Parole et je m'efforce de marcher avec Lui dans la vie. Mais je cherchais aussi comment me situer par rapport à Israël (surtout pas, bien sûr, dans le rejet, comme le fait de plus en plus ce monde ; ni dans l'indifférence, qui équivaut à pactiser avec ses ennemis ; ni dans la "substitution", par laquelle on veut prendre la place, et même le nom d'Israël)."

Anne-Marie Antonietti vient d’avoir, le 22 novembre, la consécration des mains des rabbins orthodoxes, par la grande porte, en faisant «une démarche d'engagement, vis-à-vis de D.ieu, de Sa Torah, et vis-à-vis d'Israël comme peuple par lequel D.ieu S'est révélé au monde, et par lequel Il veut nous enseigner.». 

Elle peut être assimilée comme une juive. C’est un défi exceptionnel car il a exigé des renoncements, des doutes et enfin des certitudes. Pour le laïc que je suis, cette démarche doit être saluée comme le courage d'une femme, sans pour autant constituer une arme contre les autres religions.

Aucun commentaire: