ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

samedi 29 mai 2010

ISRAËL ET LE TRAITE DE NON-PROLIFERATION NUCLEAIRE

(Cliquer sur la photo pour l'aggrandir) ISRAËL ET LE TRAITE DE NON-PROLIFERATION NUCLEAIRE Par Jacques BENILLOUCHE La conférence du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) est parvenue le 28 mai à un accord portant sur le désarmement et sur la création d'une zone exempte d'armes nucléaires au Proche-Orient. Le TNP, entré en vigueur en 1970, a servi de directive mondiale pour limiter la prolifération des armes nucléaires. La conférence a adopté quatre plans d'action sur la vérification des programmes nucléaires nationaux pour s’assurer de l’usage pacifique qui est fait de l'énergie atomique. Les participants ont planifié une réunion internationale en 2012 qui devrait inviter tous les Etats de la région, en particulier l’Iran et Israël. Ellen Tauscher, sous-secrétaire d'Etat américaine, reste optimiste : « Nous nous attacherons, avec les pays de la région, à créer les conditions d'une conférence couronnée de succès ». Cependant les organisations internationales ont repris l’habitude de traiter Israël avec beaucoup de sévérité comme elles l’ont démontré lors du rapport Goldstone où une seule des parties en cause a été condamnée. Le président Barack Obama s’en est inquiété au sujet du TNP : « Nous notons toutefois que notre capacité à y parvenir est sérieusement amoindrie du fait que le document final singularise Israël dans sa section consacrée au Proche-Orient, ce que les Etats-Unis regrettent profondément ». Si la conférence cherchait à brusquer l’Etat d’Israël, elle ne se serait pas prise autrement. La conférence estime qu’Israël doit adhérer au traité et placer ses installations nucléaires sous le contrôle de l’AIEA mais aucune mention n’est faite de l’Iran qui ne figure pas dans les recommandations. Paradoxalement, l’Iran et l’Egypte avaient déjà mené une action pour forcer Israël à rejoindre le TNP afin qu’il renonce à son arsenal nucléaire. Or, l’Etat juif n'a jamais admis posséder l'arme atomique et par ailleurs, il est improbable qu’il accepte la création au Proche-Orient d'une zone dépourvue d’armes nucléaires tant que l’état de guerre y règnera. Hypocrisie internationale Les Etats-Unis, confortés dans leur récent revirement vis-à-vis d’Israël, appuient la position de leur allié. Le vice-président Joe Biden a mis en garde les ambassadeurs arabes à Washington pour qu’ils cessent de mentionner nommément Israël dans la déclaration du TNP : « Cela rendrait beaucoup plus difficile pour Israël de venir à cette conférence. » L’Iran n’a pas encore donné son accord sur sa participation d’autant plus qu’il nargue les injonctions de l'ONU lui imposant de se prononcer clairement sur son programme nucléaire. Israël, qui n’apprécie pas d’être systématiquement fustigé et montré du doigt, a dénoncé « l’hypocrisie » de l’accord. Un responsable gouvernemental a affirmé à l’AFP que : « Cet accord est marqué du sceau de l'hypocrisie. Seul Israël est mentionné alors que le texte passe sous silence d'autres pays comme l'Inde, le Pakistan, la Corée du nord qui disposent d'armes nucléaires ou, plus grave encore, l'Iran qui cherche à s'en doter ». Il est fort probable que l'organisation, en 2012, d'une conférence internationale pour un Moyen-Orient dénucléarisé n’aura pas l’impact attendu dès lors où les principaux protagonistes seront absents et où les diplomates axeront leurs critiques uniquement sur Israël. Ce sera une conférence, parmi tant d’autres, qui se bornera à prononcer des vœux pieux. Ecoutez le texte sur radio JérusalemPlus en cliquant sur le titre de l'article en rouge : http://www.jerusalemplus.tv/index.php?option=com_content&task=view&id=4746&Itemid=218 http://www.aschkel.info/article-israel-et-le-traite-de-non-proliferation-nucleaire-par-jacques-benillouche-51312518.html

Aucun commentaire: